Verrues et naturopathie

phyto

Verrues, le point de vue du naturopathe

Les verrues sont des élevures ou excroissances en rapport avec une hypertrophie des papilles de la peau. On en distingue médicalement 3 types cliniques:

 

Les verrues planes

  • Elles siègent sur la face des sujets jeunes (front, joue, menton) et sont souvent associées à des verrues banales au niveau des mains.

Les verrues vulgaires

  • Ce sont des petites élevures cornées siégeant surtout sur les mains, les doigts et la face.
  • Leur surface est rugueuse, irrégulière ; elles peuvent devenir confluentes et forment alors une masse d'aspect bourgeonnant.
  • Elles se groupent souvent autour d'un élément primitif plus important, la "verrue mère" ; elles peuvent quelquefois présenter un pédicule plus ou moins net ("poireau").
  • À la plante des pieds, elles peuvent siéger au niveau des points d'appui où elles ressemblent à un cor.

Elles sont contagieuses et auto-inoculables par grattage ou excoriation du voisinage de la verrue mère.

Les verrues séniles

  • Ce sont des plaques arrondies légèrement saillantes recouvertes d'un enduit grisâtre ou jaunâtre sous lequel existe une surface mamelonnée, irrégulière.
  • Elles siègent surtout au niveau du visage, des mains et du dos.
  • Elles sont susceptibles de transformation épithèliomateuse et c'est pourquoi il faut éviter les grattages et irritations locales.
  • Le traitement médical comporte des applications diverses : radiothérapie, radiumthérapie, électro-coagulation, cryothérapie, réfrigération, etc..., ainsi que des médicaments: attouchements avec de l'acide lactique, avec de la pâte salicylée, ingestion

Verrues et naturopathie

Nous parlerons surtout ici des verrues planes et des verrues vulgaires ou banales pour envisager des traitements dits naturels.

À travers les siècles, on a lutté contre les verrues avec des succès variables.

Les aspects psychologiques

La raison des succès et des échecs est le plus souvent d'ordre psychologique, mais  ces affections cutanées sont également influencées par des aspects physiologiques. On s'est rendu ainsi compte que la majorité des verrues traitées par la chaleur (thermocautère) se reproduisaient ensuite en plus grand nombre.

  • Les verrues apparaissent très souvent après un choc physique ou émotionnel ou sur des terrains prédisposés, nerveux, hyper-émotifs, souvent intériorisés, introvertis.
  • La présence de verrues peut, en revanche, conduire à un sentiment d'infériorité, à une fixation sur l'impression d'être anormal, vulgaire, "laid".
  • Il se produit dès lors un cercle vicieux: plus la personne se sent défavorisée par les verrues, plus ces verrues prennent de l'extension, ce qui accroît encore le trouble psychologique.

On a impliqué des causes endocriniennes

Mais celles-ci peuvent être la conséquence des troubles psychologiques engendrés par l'apparition des verrues.

La médecine homéopathique comporte une bonne part de bons résultats par exemple avec Causticum, Antimonium crudum, Dulcamara, Calcarea carbonica, Thuya, Lycopodium, Sepia, Staphysagria, etc.

Certains médecins ou guérisseurs, bien au courant de l'aspect psychologique du trouble ne manquent pas de conseiller une pommade ou un médicament anodin qui jouera le rôle de placebo.

Des améliorations ont pu être obtenues par le régime végétarien, par un régime de désintoxication, par un régime de fruits, par un régime lacté, par un régime d'eau citronnée, etc... Il est remarquable que la simple prise de chlorure de magnésium (5 ou 10g par jour à diluer dans l'eau de boisson) a pu souvent, à elle seule, donner des résultats extrêmement intéressants en une ou deux semaines.

Nous citerons un cas à titre d'exemple : des parents nous présentent un jour leur fille âgée de 10 ans, très impressionnée et chagrinée par la présence d'une vingtaine de verrues sur le dos de ses mains. Nous prenons à part cette enfant et, avec un haricot, nous frottons chacune de ses verrues et nous jetons le haricot dans un trou humide en lui disant : "Dans une quinzaine de jours, le haricot sera pourri et tes verrues seront parties, à condition que tu n'y penses plus du tout et que tu ne les regardes même plus".
Une quinzaine de jours plus tard, les parents viennent, remplis de joie, nous montrer les mains de l'enfant : toutes les verrues ont disparus ! J

e pense que de bons résultats peuvent être souvent obtenus si l'on fait intervenir simultanément le régime alimentaire, le chlorure de magnésium et une intervention placebo, d'ordre purement suggestif et psychologique.

Article d' André Passebecq paru dans l'Encyclopédie de Naturopathie.  

Modifié le: 
24/10/2018
par: 
Véronique Baumann
Auteur : - 14/05/2000

À propos de l'auteur

André Passebecq, naturopathe

La référence en homéopathie, phytothérapie et médecines complémentaires depuis 1999