La canneberge, l'anti-bactérien urinaire

canneberge, prévention, cystites, infections urinaires, homeophyto

La canneberge, descriptif

La canneberge est une baie rouge qui pousse dans les sols acides et pauvres des tourbières de l'Amérique du Nord et sur la côte Est des États Unis. Elle fait partie de la famille des Éricacées qui comprend entre autres la myrtille.

Ses baies acidulées se développent sur les pousses verticales issues des tiges rampantes. La production commerciale de canneberge se fait presque entièrement aux États-Unis et au Canada. Les Amérindiens maitrisaient déjà l'utilisation de ces baies sauvages pour leurs propriétés thérapeutiques. Ils la feront d'ailleurs découvrir aux premiers colons pour ses propriétés anti-scorbut.

  • Nom français : Canneberge, Cranberry
  • Dénomination internationale : Vaccinium macrocarpon
  • Famille botanique : Éricaceae

Composition de la partie active

En thérapeutique, on utilise le fruit ou le jus de canneberge pour diminuer le risque d'infections urinaires récidivantes.

Le fruit frais 

  • Très riche en acides (ascorbique, citrique, quinique, benzoïque...)
  • sucre (fructose)
  • Anthocyanosides
  • Flavonoïdes
  • Resveratrol

Elle renferme de l'acide hippurique et des proanthocyanidines à hauts poids moléculaires qui auraient propriété de modifier la composition chimique de l'urine de façon à inhiber l'adhérence des bactéries (E. Coli en particulier) à la paroi du tractus Urinaire.

Propriétés

La canneberge a fait l'objet de très nombreuses études pharmacologiques et d'observations cliniques

  • Antibactérien intestinal et urinaire
  • Inhibe la croissance d'Helicobacter Pilori
  • S'oppose à l'adhésion de candida albicans sur les muqueuses

À l'origine, ce fruit était administré dans le but d'acidifier les urines et d'ainsi créer un milieu défavorable au développement des bactéries. Depuis, des études ont démontré que ses effets bénéfiques résidaient plutôt dans sa capacité à inhiber l'adhésion des bactéries aux parois de l'urètre et de la vessie.

Le mode d'action n'étant pas bactéricide mais uniquement mécanique (effet anti-adhésion), il n'y a pas de phénomènes de résistance ce qui offre une alternative aux traitements antibiotiques.

La canneberge, usages et indications

Prévention des infections urinaires à E Coli

  • L’indication la plus intéressante de la canneberge est la prévention des récidives de cystites à colibacille chez les sujets à risque, la prise doit alors être de longue durée
  • Pour les personnes incontinentes, le jus de canneberge a la propriété de « désodoriser » l’urine, rendant ainsi la perte d’urines moins embarrassante.
  • Deux études randomisées et contrôlées réalisées auprès de femmes sujettes aux cystites à répétition indiquent que la consommation de jus de canneberge (ou d'un extrait de fruits séchés) réduit le taux de récidives

Ulcères et gastrites à H.Pylori

Candidoses orales dues à Candida albicans

Parodontoses

Posologie

On peut utiliser le jus de fruit, les extraits sec de fruits ou la poudre de fruits

Cystites récidivantes

  • Boire de 250 ml à 750 ml par jour de jus de canneberge contenant de 26 à 33 % de jus pur
  • Ou boire 10 à 50 ml/j de jus concentré
  • Ou prendre 600 à 1000mg/jour de jus deshydraté
  • Ou sous forme d'extraits secs (capsules, comprimés...) prendre l'équivallent de 36 mg de Proanthocyanidines

Quelle que soit la forme, on conseille généralement de prendre le produit de canneberge juste avant les repas ou deux heures après avoir mangé. Il est aussi important de boire beaucoup d'eau, particulièrement si on prend des capsules ou comprimés composés de jus déshydraté.

Nom latin: 
Vaccinium macrocarpon
Nom usuel: 
Canneberge
Modifié le: 
11/10/2017
par: 
Véronique Baumann
Auteur : Véronique Baumann - Médecin homéopathe - 14/01/2011

À propos de l'auteur

Docteur Véronique Baumann, médecin homéopathe, fondatrice du site Homeophyto.com et auteure d'ouvrages grand public sur l'homéopathie. 

La référence en homéopathie, phytothérapie et médecines complémentaires depuis 1999