Transpiration et homéopathie

Expert

peau

La transpiration, un excellent indicateur pour le choix du médicament homéopathique

Ou comment transpirent quelques uns de nos grands portraits homéopathiques. Bien entendu, ce signe général ne sera pas le seul argument pour prescrire, il est par contre un excellent indice.
Nous allons évoquer la transpiration selon les diathèses, mode de réflexion le plus logique pour comprendre comment cette voie d’élimination fait « parler » le patient.

 

Chez le PSORIQUE

Sur ce terrain, la transpiration est une voie NORMALE d’élimination, elle a souvent une mauvaise odeur.

  • SULFUR : Chez un sujet qui a toujours trop chaud, la transpiration a en général une mauvaise odeur, et peut affecter toutes les zones du corps. Ce médicament doit être manié avec précaution ; chez un sujet en phase d’élimination, (aggravation de la transpiration, poussée d’eczéma, crise hémorroïdaire), il est préférable de démarrer avec des basses dilutions, en 4 CH par exemple, deux prises par jour.
  • PSORINUM : transpiration de mauvaise odeur, sure, voire d’odeur de moisi, chez un sujet extrêmement frileux, toujours chaudement vêtu, à la peau malsaine. En prise hebdomadaire, par exemple en 9CH pour démarrer.
  • ANTIMONIUM CRUDUM : Chez un patient souvent gros mangeur, sujet, sur le plan dermatologiques aux éruptions suintantes, hyperkératosiques (peau épaissie ), et croûteuses. Il transpire surtout la nuit, surtout au cours d’une maladie traînante. 9 à 15 CH en prises hebdomadaires.
  • CALCAREA CARBONICA : La transpiration est abondante et d’odeur sure, voire acide. Elle concerne surtout la tête durant le sommeil au point de mouiller l’oreiller. Elle est déclenchée au moindre effort.
  • LYCOPODIUM : La transpiration concerne surtout les extrémités : Les pieds où elle est froide et est parfois responsable d’excoriations (petit signe important, il a souvent un pied froid et l’autre chaud), Les mains avec une dyshidrose. 9 à 15 CH en prises hebdomadaires.
  • ARSENICUM ALBUM : transpiration souvent froide des extrémités. Sueurs froides de la face. 9 à 15 CH en prises hebdomadaires

 

Chez le SYCOTIQUE

  • THUYA : Chez un sujet anxieux, à tendance obsessionnelle, la transpiration a une odeur forte et douçâtre, classiquement décrite comme une odeur de soupe de poireaux ou de corne brûlée. La localisation de la sueur est particulière, au niveau des aisselles, de l’aine ; on peut trouver des gouttelettes sur la lèvre supérieure, avec une l’odeur caractéristique. 9 à 15 CH en prises hebdomadaires.

Chez le TUBERCULINIQUE

  • PULSATILLA : transpire facilement et abondamment au cours de la fièvre
  • SEPIA : La transpiration est abondante, d’odeur âcre, surtout au niveau de la zone génitale et des aisselles, et chez certains, la plante des pieds. 9 à 15 CH en prises hebdomadaires.
  • SILICEA : transpire durant son sommeil, le plus souvent au niveau des pieds, mains et aisselles. La suppression de cette transpiration (déodorants antitranspirants) peut être un facteur aggravant sur le plan général pour ces patients, surtout sur le plan immunitaire. 9 à 15 CH en prises hebdomadaires.
  • TUBERCULINUM : transpiration surtout nocturne. Transpiration nocturne durant l’allaitement. Transpiration ou moindre exercice physique ou mental.

Chez le LUÉTIQUE

  • MERCURIUS SOLUBILIS : La peau est presque toujours humide, les sueurs nocturnes sont visqueuses, malodorantes et tachent le linge. La transpiration s’aggrave lors de pathologies, surtout dans le domaine ORL. 9 à 15 CH en prises hebdomadaires.
  • LACHESIS : c’est un important médicament de bouffées de chaleur ; mais la transpiration peut se produire n dehors de ce contexte. Sueurs chaudes qui donnent froid en s’évaporant.
  • NITRICUM ACIDUM : La transpiration concerne surtout les pieds et est de très mauvaise odeur. Elle est accentuée la nuit et peut entraîner des excoriations. Engelures fréquentes au froid . 9 à 15 CH en prises hebdomadaires.
Modifié le: 
24/07/2018
par: 
Véronique Baumann
Auteur : Véronique Baumann - Médecin homéopathe - 10/07/2005

À propos de l'auteur

Docteur Véronique Baumann, médecin homéopathe, fondatrice du site Homeophyto.com et auteure d'ouvrages grand public sur l'homéopathie. 

Bibliographie
  • Guermonprez/Pinkas/Torc, Matière médicale homéopathique, Editions Similia (4 mars 2017), ISBN : 978-2842510718
  • H. Voisin, Matière médicale du praticien homéopathie, Éditions Narayana (15 décembre 2015), ISBN : 978-3955820183
  • Charette, Matière médicale pratique, Editions Similia (9 juin 2000), ISBN : 978-2842510176
  • Boericke , Matière médicale, Editions Similia; Édition : 9e éd. (18 janvier 1999), ISBN : 978-2904928994
  • L. Vannier, J. Poirier, Précis de matière médicale homéopathique, Editions Boiron (7 janvier 1999), ISBN : 978-2857420675
  • D. Grandgeorge, L’esprit du remède homéopathique : Ce que le mal a dit, Editions Narayana (8 mars 2016), ISBN : 978-3955821036
  • H. Allen, Matière Médicale de la fièvre, Similia (18 avril 1996), ISBN : 978-2904928550
  • P. Barbier, Homéopathie : Petits remèdes retrouvés, Ed. Marco Pietteur (15 janvier 2003), ISBN : 978-2872110872
  • J.Jouanny, J.B. Crapanne, H.Dancer, J.L. Masson, Thérapeutique homéopathique Possibilités en pathologie chronique, Ed. CEDH (15 février 2011), ISBN : 978-2915668575
  • M. Guezmonprez, Homéopathie : Principes – Clinique – Techniques, Editions Similia (9 mai 2017), ISBN : 978-2842510763
  • M. Busser, F. Chefdeville, J.M. Cousin, P. Desorbeau, J. Lambert, J. Merckel, J. Nougez, Homéopathie : Les relations médicamenteuses, Editions CEDH (4 novembre 2017), ISBN : 978-2915668803
  • A. Coulamy, C. Jousset, Basses dilutions et drainage en homéopathie, Editions Similia (1 janvier 2002), ISBN : 978-2842510343
La référence en homéopathie, phytothérapie et médecines complémentaires depuis 1999