Traitements homéopathiques de l’œil : collyres, gels, crèmes…

Expert

oeil_traitements_homeophyto

Quels médicaments et comment soigner l'oeil en homéopathie

L’œil est très peu vascularisé, c’est un organe liquide et aérien ; la partie antérieure de l’œil est nourrie par le liquide et l’air, et si l’on veut agir sur tout ce qui est inflammation, confort et vision, il faudra passer par la voie locale. Anatomiquement, l’œil normal doit être isolé, ses barrières doivent « tenir », si elles sont rompues, il y a risque d’uvéite, d’où ce mode d’administration particulier.
Les collyres homéopathiques, par exemple, permettent ainsi d’aborder nombre de pathologies.
La supériorité des traitements locaux par rapport aux traitements généraux se constate par l’expérience.
L’œil apprécie également les textures gel que l’on applique sur les paupières ou sur le pourtour orbitaire. 

Dr. Petra Kunze, Ophtalmologiste

La fatigue oculaire

Un gel à base de Resina laricis et Ananassa sativa  soulagera les yeux fatigués, surtout pour les personnes qui travaillent sur écran et contribuera à prévenir la cataracte et les pathologies rétiniennes.

L’ananas est en soi très vitalisant, et sa richesse en silice apporte de la structure, tandis que la résine de mélèze, substance translucide  aux qualités sulfur soutient et renforce les organes engagés dans les activités sensorielles lorsqu’ils sont en proie à des phénomènes inflammatoires.  Ce gel s’applique au autour de l’œil sur les points de shiatsu, ou tout simplement en suivant le contour de l’orbite. 

La cataracte

Il existe, en médecine d’orientation anthroposophique, une souche très particulière, Fel piscis, la bile de truite que l’on peut trouver sous forme de crème, et pour la comprendre, il faut se remémorer l’histoire de Tobie dans l’Ancien Testament ; il guérit la cataracte de son père en oignant ses yeux de bile de poisson. Ce devait être un remède d’usage traditionnel ancien. Les patients réclament ce médicament qui ralentit la cataracte et ils en rapportent également l’excellente action antirides. La cataracte est une usure, et comme le foie et les organes rattachés sont régénérateurs, cela dynamise la zone de l’œil. L’on peut appliquer cette crème sur pourtour des yeux, ou sur les mollets, zone d’acupuncture qui correspond au méridien du foie. Les yeux ont une forte relation avec le foie.

 

Eczémas, orgelets et chalazions

Les teintures-mères en compresses sont également très bénéfiques pour les maladies des paupières. Ces dernières ont une structure très fine, comportent des glandes qui doivent sécréter de l’eau, des corps gras et des protéines, et les canaux excréteurs se bouchent facilement avec un risque de surinfection (orgelets, chalazions...). Les eczémas sont également fréquents à ce niveau. Les traitements allopathiques à base de corticoïdes favorisent la survenue du glaucome et de la cataracte.

Ces pathologies se déclenchent lors des périodes de fatigue, la paupière est le lieu d’expression de « tout ce qui vous sort par les yeux ». C’est comme un clignotant qui s’allume, « Quelque chose ne va pas dans ma vie, réagis, fais quelque chose ! ». On pense de suite au médicament homéopathique Staphysagria, mais il faut également agir en local.

Pour tout ce qui est eczéma, allergies et autres « boutons », les compresses chaudes sont très bénéfiques, et si l’on y ajoute des substances thérapeutiques, leur efficacité en est accrue. Le mélange de teintures-mères, Calendula  et Echinacea angustifolia  par exemple sera désinfectant, antiseptique, et cicatrisant ; on le dilue à raison d’une dixaine de gouttes de chacune dans un demi bol d’eau chaude et on l’applique en compresses.

 

Oeil sec, oeil irrité

La teinture-mère de Thuya fait également des merveilles, appliquée de la même manière quand on a les yeux secs et fatigués.

Chaleur humidité sont très importantes pour les yeux. Il faut savoir que la sécheresse oculaire peut faire perdre jusqu’à 2 dixièmes en terme de vision.

Dans le cadre de l’allergie et ses manifestations oculaires, Euphrasia, en application locale, sous forme de collyre apaisera l’œil larmoyant, tandis que Calendula soulagera l’œil irrité. Les patients en apprécient une goutte déposée sur leur lentille avant la pause.

Modifié le: 
06/06/2018
par: 
Véronique Baumann
Auteur : - Auteur - 19/09/2016
La référence en homéopathie, phytothérapie et médecines complémentaires depuis 1999