Tout savoir sur les poux et 10 idées reçues les concernant

enfant effrayée

Tout savoir sur les poux l

Il n’existe pas à véritablement parler de saisons pour les poux et ce malgré la recrudescence de la rentrée scolaire. Ils ont néanmoins des terrains de jeux privilégiés : les colonies de vacances, les centres aérés, les centres d'activité extrascolaires, mais aussi ce lieu très fréquenté tout le long de l'année : l'école. 

 

Les poux du cheveu

Le cycle de vie du pou est court, il passe successivement par les phases de lentes, nymphes et poux

Les poux (Pediculus humanis capitis) 

Les poux de cheveux sont de minuscules insectes (2 à 3 mm) hématophages, de couleur brunâtre ou grisâtre qui respirent grâce à des orifices respiratoires placés directement sur leur peau. Ils ont des antennes, 3 paires de courtes pattes munies de pinces qui leur permettent de s’accrocher aux cheveux. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, ils n’ont pas d’ailes et ne peuvent donc pas voler ou même sauter d’une tête à l’autre. 

Pédiculus humanis capitis, de son nom scientifique, est un parasite exclusif des cheveux humains. L’infestation est très fréquente, très contagieuse et gênante mais ne véhicule pas de maladies infectieuses. Elle peut se faire de façon directe (contact tête à tête) ou indirecte (échange de bonnet, serviette, brosse, ruban et autres élastiques...). Un pou se déplace sur le cheveu et le cuir chevelu à la vitesse de 23 cm par minute !

Pour se développer sereinement, il a besoin d'une température comprise entre 30 et 32°C et d'un taux d'humidité de 70 à 80%, c’est pour cela qu’ils colonisent volontiers les zones humides et chaudes de la tête à savoir la nuque et les tempes.

Alors que la femelle peut pondre jusqu’à 10 œufs / jour à compter de son 17ème jour et ce pendant 20 à 30 jours, le mâle quant à lui peut féconder jusqu’à 18 femelles à la suite sans repos !

Le pou en tant que parasite, ne survit que grâce à l’hôte qui l’abrite et à partir duquel il se nourrit : il effectue 1 à 4 repas de sang par jour d'une durée d'environ 30 minutes, c'est la réaction à la salive du pou qui provoque les démangeaisons

Il peut vivre une cinquantaine de jour. Loin de son hôte et sans nourriture, son esperance de vie se réduit à 2 ou 3 jours

La lente

La lente est l’oeuf du pou. Elle a la taille d'un grain de sable (environ 0,8mm de long). Elle est véritablement collée au cheveu par la spumaline, sécrétion du pou femelle. Elle peut tout à fait adhérer aux sous-vêtements, aux plis des vêtements, à la literie…

Vivante, elle est brillante, ovale ou bombée, de couleur caramel et respire grâce à un opercule (micropyle) à la surface de la coque qui est par ailleurs percée de trous. La lente n'est pas hématophage

Après éclosion, la coque vide devient blanche, elle peut rester fixée plusieurs mois sur le cheveu. Sa situation sur le cheveu permet donc d'apprécier l'ancienneté de l'infestation :

  • ponte à environ 1mm du cuir chevelu,
  • éclosion à 5-7mm.
  • Plus loin, les coques sont vides ( à 1cm de la racine par exemple).

La nymphe

La nymphe est véritablement un bébé pou qui éclot en 7 jours. Déjà hématophage, elle pique pour se nourrir mais est incapable de se reproduire ou d’infester d’autres personnes.

Au bout de 10 jours, la nymphe se transforme en pou adulte qui peut à nouveau pondre 10 œufs / jour

Poux 10 idées reçues qui ont la vie dure

Seuls les enfant sales ont des poux

FAUX, les poux ne sont pas très regardant sur la propreté des cheveux ; ils se nourrissent de sang, cheveux propres ou sales, cela n’a aucune importance pour eux. Par ailleurs, ils résistent à l’eau, au savon et même au chlore des piscines.

Le pou de cheveux peut véhiculer des maladies.

FAUX, la pédiculose du cuir chevelu est une affection bénigne, fréquente et très contagieuses notamment dans les collectivités d’enfants. Les poux ne véhiculent pas de maladies, ils peuvent en revanche provoquer un impétigo qui fait suite aux lésions dues au grattage. 

Il existe des "têtes à poux"; 

VRAI et FAUX, tout le monde peut être infesté. Les poux de tête peuvent infester n'importe qui, quelle que soit l'origine socio-économique ou l'hygiène personnelle, dès l'instant où il y a eu contact avec un sujet porteur de poux. Bien souvent, ce sont les enfants qui sont les plus infestés et majoritairement entre 5 et 12 ans. Les filles l’étant encore plus que les garçons. Certains enfants en fonction de leur profil attrapent plus frequemment des poux que les autres. Il peut être interessant d'envisager un traitement homéopathique de terrain (Sulfur, silicea et dans tous les cas Staphysagria 7CH qui agira aussi sur les démangeaisons).

Les poux sautent d’une tête à l’autre, voire volent d’une tête à l’autre

FAUX Les poux ne sautent pas d’une personne à l’autre, ils n’ont pas d’ailes, nagent très mal, mais se propagent 

  • par contact direct, de tête à tête, 
  • par contact indirect par les habits ou les objets (chapeaux, peignes brosses..) 
  • très vite, rappelez-vous, ils se déplacent à la vitesse de 23 cm/minutes 

Les poux peuvent vivre sur les draps, les écharpes les jouets…

VRAI, loin de l’heure hôte et en attendant patiemment le prochain, un pou peut vivre jusqu’à 36h, rarement au-delà : ils meurent de faim et de deshydrattaion

Les poux peuvent survivre dans l’eau

VRAI, leurs orifices respiratoires se ferment sous l’eau et ce pendant quelques heures. Il y a donc des risques de contamination à la piscine (contamination directe ou indirecte)

Un chat ou un chien peuvent donner des poux à un enfant 

FAUX, pediculis humanis capitis vit exclusivement sur les êtres humains et ne ne peut pas vivre sur des animaux, comme les chats ou les chiens. Les poux ne restent donc pas plus longtemps dans les maisons avec des animaux.

Si mon enfant a des poux je m'en apercevrai forcément

FAUX, les 1ères démangeaisons peuvent survenir jusqu'à 3 semaines après l'infestation et certaines personnes peuvent ne pas avoir de démangeaisons. Les poux sont très petits et les lentes pondues très proche du cuir chevelu, il est donc indispensable en cas d'épidémie à l'école de vérifier très régulièrement la chevelure de votre enfant avec un peigne anti poux. Sous risque de passer à côté.

Les pous sont résistants à tous les traitements

FAUX heureusement. Les poux sont de plus en plus résistants aux traitements insecticides. La 2ème façon de venir à bout des poux, l'approche mécanique, qui consiste à asphyxier le pou par un corps gras, huile végétale, masque capillaire... par exemple est très efficace. Vous pouvez aussi penser à l'homéopathie si votre enfant est sujet à récidives.

J'ai vu un panneau pou mais je n'ai pas besoin de traiter mes enfants

VRAI et FAUX. La première chose à faire est de vérifier, avec un peigne à poux passé mêche par mêche, si votre enfant a été infesté ou pas, vous en profiterez pour vérifier la chevelure de tous les membres de la famille. Si il y a présence de poux ou de lentes alors le traitement adéquat est indispensable. Si vous ne détectez aucun pou ou lente, vérifiez tous les 3 jours, jusqu'à ce que l'alerte à l'école soit annulée. En préventif, vous pouvez utiliser de l'huile essentielle de lavande par exemple.

Pour suivre au jour le jour l'évolution de l'infestations par les poux de tête en France : 

Un site à visiter : IAS Open health  visualisez l'incidence des poux de votre région en temps réel

A lire : 

Crédit photo 

Modifié le: 
07/06/2018
par: 
Véronique Baumann
Auteur : Séverine - Dr en Pharmacie - 11/08/2016

À propos de l'auteur

Séverine Dewally, Docteur en pharmacie, spécialisée en homéopathie,  nutrithérapie, phytothérapie et aromathérapie.

Bibliographie
  • D. Demarque, J. Jouanny. Poitevin, Y. Saint-Jean, Pharmacologie et matière médicale homéopathique, CEDH, 3e édition (1 octobre 2009), ISBN : 978-2915668391
  • P. Popowski, Pédiatrie et homéopathie, Ed. Le Manuscrit (10 février 2012), ISBN : 978-2304039405
  • J. Lamothe, Homéopathie pédiatrique, Editions Similia, 14 janvier 1997, ISBN : 978-2842510039
  • H. Voisin, Matière médicale du praticien homéopathie, Éditions Narayana (15 décembre 2015), ISBN : 978-3955820183
  • L. Vannier, J. Poirier, Précis de matière médicale homéopathique, Editions Boiron (7 janvier 1999), ISBN : 978-2857420675
  • P. Barbier, Homéopathie : Petits remèdes retrouvés, Ed. Marco Pietteur (15 janvier 2003), ISBN : 978-2872110872
  • D. Grandgeorge, L’homéopathie exactement, Editions Narayana (23 mai 2016), ISBN : 978-3955820817
  • R. Sananès, Homéopathie et langage du corps, ED. Le Grand livre du mois (1998), ISBN : 978-2702825112
  • J.E. Poncet, Homéopathie pédiatrique : Thérapeutique en pathologie aiguë, Editions Boiron (31 mai 2002), ISBN : 978-2857420767
  • J.E. Poncet, Homéopathie pédiatrique : Psychopathologie, Editions Boiron (7 janvier 1994), ISBN : 978-2857421085
  • J.Jouanny, J.B. Crapanne, H.Dancer, J.L. Masson, Thérapeutique homéopathique Possibilités en pathologie chronique, Ed. CEDH (15 février 2011), ISBN : 978-2915668575
  • M. Guermonprez, Homéopathie : Principes – Clinique – Techniques, Editions Similia (9 mai 2017), ISBN : 978-2842510763
  • J.F.Gouteyron, G. Legrand, J. Mouillet , L'homéopathie en première intention : Application à l'ORL, Editions Boiron (28 juin 2017), ISBN : 978-2857421405
  • 
F. Chefdeville, J.E. Poncet, Pratique homéopathique en allergologie, CEDH (1 janvier 1995), ISBN : 978-2857421153

  • M. Busser, F. Chefdeville, J.M. Cousin, P. Desorbeau, J. Lambert, J. Merckel, J. Nougez, Homéopathie : Les relations médicamenteuses, Editions CEDH (4 novembre 2017), ISBN : 978-2915668803
  • 
J. Barbancey, Pratique homéopathique en psychopathologie, Editions Similia (18 janvier 1999), ISBN : 978-2904928178
  • 
P. Popowski, La peau chez l’enfant en homéopathie, Editions Similia (12 juin 1996), ISBN : 978-2842510015
  • 
V. Baumann, Homéopathie pratique : Le guide pour toute la famille, Larousse (21 mars 2018), ISBN : 978-2035948656
  • L. Pommier, Dictionnaire homéopathique, Le Livre de Poche (1986), ISBN : 978-2253038153
La référence en homéopathie, phytothérapie et médecines complémentaires depuis 1999