Toubles du sommeil ce qu'en dit l'homéopathe

homeopathe sommeil

Le sommeil est un signe très important dans la consultation homéopathique, le médecin va en explorer la durée, la qualité, le sens, et l'intégrer dans son observation de la même manière qu'il évoque l'appétit, la vitalité, l'humeur.

Il n'existe pas de norme pour ce qui est du sommeil, petits dormeurs, plutôt entreprenants et actifs, grands dormeurs, plus anxieux et créatifs, lève tôt, couche tard..., chacun doit avoir ce droit élémentaire de choisir son rythme.

Le sommeil paradoxal où le sujet rêve représente environ 50 % du temps de sommeil chez le nouveau-né, et n'en représente plus que 15 % chez le vieillard. Cette phase féconde durant laquelle la vie imaginaire peut enfin s'exprimer est gravement perturbée par l'usage des anxiolytiques et somnifères.

Comprendre le sommeil en tant que symptôme, rechercher la cause de la perturbation et la traiter, n'est-ce pas plus logique à long terme que de prescrire des hypnotiques ? Les hypnotiques sont efficaces rapidement, mais ne résolvent en rien le trouble sous-jacent. On peut forcer un dépressif à dormir, mais cela va le priver de sommeil paradoxal de qualité et lui faire perdre une chance précieuse de faire travailler son imaginaire.

Le médecin homéopathe face à un trouble du sommeil va étudier

  • Les horaires d'aggravation, s'il s'agit d'un problème d'endormissement ou de réveils nocturnes ou encore de réveils précoces.
  • L'hygiène de vie de la personne, ses habitudes de coucher, les rituels qui les accompagnent.
  • Les autres pathologies, digestives, rhumatologiques, cardiaques. qui pourront orienter vers tel ou tel médicament homéopathique.
  • Les fragilités émotionnelles, la sensibilité au stress.
  • Les positions même du dormeur peuvent orienter le médecin, par exemple
    • le sujet justiciable de MEDORRHINUM aura tendance à dormir à plat ventre, et à croupeton pour le nourrisson,
    • PHOSPHORUS ne supporte de dormir que sur le côté gauche,
    • SULFUR cherche les places fraîches dans son lit.
  • Il dort les yeux ouverts ou grince des dents, penser à SILICEA
  • Grincements de dents, ronflement, agitation ou non, chaleur des pieds, autant d'indices qui vont compléter notre observation et nous permettre de comprendre la logique du trouble du sommeil.

Il est illusoire de vouloir s'attaquer seul par homéopathie à des troubles chroniques du sommeil. Des perturbations temporaires, dont les raisons sont clairement identifiées (stress, trac, excès alimentaires.) peuvent être abordées par l'automédication, mais il est indispensable de s'adresser à un praticien pour des insomnies rebelles.

Modifié le: 
13/12/2017
par: 
Véronique Baumann
Auteur : Véronique Baumann - Médecin homéopathe - 1/10/2001

À propos de l'auteur

Docteur Véronique Baumann, médecin homéopathe, fondatrice du site Homeophyto.com et auteure d'ouvrages grand public sur l'homéopathie. 

La référence en homéopathie, phytothérapie et médecines complémentaires depuis 1999