Rhumatismes et homéopathie

homéopathie

Las de la médecine traditionnelle qui cloisonne à loisir, le rhumatisant se tourne de plus en plus vers l'homéopathe, le phytothérapeute ou autre praticien de médecine alternative. Il est illusoire de vouloir dissocier l'articulation souffrante du corps qui l'héberge lorsque l'on souhaite apporter une amélioration réelle et durable.

Il est souvent possible, pour le médecin homéopathe, de lier une douleur élective à une défaillance d'un autre organe ou du système. Au cours de la consultation, l'homéopathe s'emploie à " décoder " le signal qu'est la maladie articulaire, et le relie au mode de fonctionnement global de l'individu.

Il est possible, avec l'homéopathie de prescrire comme en allopathie le médicament traitant l'articulation souffrante, ou le symptôme isolé. Mais les résultats ne seront pas durables et la pathologie, si elle est chronique, récidivera dès l'arrêt du traitement.

La prise en charge du rhumatisant par l'homéopathe implique une démarche stratégique, évolutive.

Le médecin observera différents paramètres pour aboutir à son diagnostic. Celui-ci va au-delà de l'identification de la lésion : il englobe également le mode réactionnel du patient, ses points faibles, son hygiène de vie… Déterminer un remède homéopathique de fond revient donc à " cartographier " le patient dans toutes ses dimensions. Pour cela, le médecin se doit de prendre en compte :

  • La nature des tissus en souffrance : os, ligaments, muscles… Pour cela, une écoute fine de la plainte et une observation rigoureuse de la zone lésée suffisent souvent à faire le tri. Combien de scanners, radiographies, échographies et autres bilans invasifs seraient évités si les médecins prenaient le temps d'ÉCOUTER, et d'OBSERVER.
  • Les modalités : ce qui aggrave, ce qui soulage les symptômes : météo, horaires, alimentation, chaud, froid, …
  • La constitution du patient.
  • Le terrain.
  • Les antécédents.

La prescription

Il existe différentes écoles : le plus couramment, un homéopathe prescrira un ou plusieurs remèdes de lésion, un traitement de fond, et parfois également un remède constitutionnel et un remède dit barométrique.

Les compléments de traitements

Il peut être très utile, dans le domaine de la rhumatologie de pratiquer un drainage. Cela consiste en l'utilisation de très basses dilutions de remèdes homéopathiques afin de stimuler tel ou tel organe défaillant (foie, rein, pancréas…) parfois à l'origine ou co-responsable du tableau clinique.  

Modifié le: 
11/10/2017
par: 
Véronique Baumann
Auteur : Véronique Baumann - Médecin homéopathe - 9/11/2003

À propos de l'auteur

Docteur Véronique Baumann, médecin homéopathe, fondatrice du site Homeophyto.com et auteure d'ouvrages grand public sur l'homéopathie. 

La référence en homéopathie, phytothérapie et médecines complémentaires depuis 1999