Régime méditerranéen, l'exemple du régime crétois

régime cretois

C'est suite à une étude menée dans les années 60, sur l'espérance de vie et l'état de santé des populations de divers pays que l'on constata des différences importantes entre leurs habitants.

Alors qu'en Finlande, on atteignait le taux record de 97,2% de décès par maladie coronarienne, les États-Unis (77,3%) ou la Hollande (63,6%), la Crète n'en comptait que 3,8% !

Il était dès lors évident que le mode de vie et le régime alimentaire influaient sur l'état de santé de la population.

Il n'est pas ici question de régime au sens hypocalorique du terme, mais d'un profond changement de nos habitudes. Les principes de ce régime sont les suivants :

  • DIMINUER dans des proportions très importantes, les viandes, les charcuteries, le beurre, la crème, et les graisses saturées.
  • AUGMENTER franchement les céréales, les légumes secs, les fruits, les légumes frais, et les graisses riches en acide linolénique. Manger plus fréquemment du poisson, et s'accorder une très légère consommation de vin rouge.

On sait, aujourd'hui, que certaines graisses et acides gras sont favorables, et que l'huile d'olive contribue grandement à la santé du coeur et des artères. Les poissons, eux aussi jouent un rôle indéniable dans la prévention des maladies cardio-vasculaires, tout comme le vin à doses très modérées ou tout simplement le raisin. Enfin, les fruits, et les vitamines qu'ils contiennent contribuent à réduire les troubles cardiaques. La vitamine C et la vitamine E notamment, toutes deux antioxydantes, ont un effet protecteur.

Les caractéristiques du régime crétois sont les suivantes :

  • La frugalité : la ration n'est que de 1.900 à 2.300 kcal par jour.
  • La dominante végétale : mélanges de légumes et de légumes secs, tels que tomates, poivrons, courgettes, aubergines, concombres, fèves, lentilles, pois.
  • La viande (porc, agneau, mouton) et le poisson ne constituent qu'une faible part des mets, et sont présents en petites quantités.
  • Les fromages sont mélangés aux salades (fêta, ricotta).
  • Les fruits sont présents à tous les repas.
  • Les préparations sont simples et les cuissons, rapides,
  • Les textures sont croustillantes ou fermes (pain, pâtes et riz al dente).
  • L'ail et l'oignon sont utilisés pour renforcer les goûts,
  • Dans le régime méditerranéen, les acides gras mono insaturés assurent plus de 15% des apports énergétiques (jusqu'à 27% en Crète) et ils proviennent essentiellement de l'huile d'olive dont on use en abondance.
  • La consommation de vin, dans le régime méditerranéen, se fait régulièrement au cours des repas. Ce mode de consommation s'oppose à l'attitude anglo-saxonne qui consiste à boire beaucoup, en fin de semaine, des alcools très forts et de la bière. Or, le vin rouge contient des dérivés nitrés phénoliques dont l'action antioxydante est puissante.
  • Enfin, cette alimentation se caractérise par la convivialité et la structuration autour de 3 repas.

Le menu type :

  • Une entrée de crudités ou fruits frais ou salade verte.
  • Un plat de poisson et de céréales ou légumineuses et céréales ou fromage et céréales
  • Légumes verts
  • Fruits secs
  • Un verre à bordeaux de vin rouge ou eau, infusion ou thé
  • Les assaisonnements se font avec de l'huile d'olive, du sel et des herbes aromatiques.
  • Des fruits frais ou des légumes crus peuvent être grignotés en dehors des repas.
  • Quant aux céréales, elles doivent composer les 50% du repas.

Enfin, il semble que le régime méditerranéen ait un impact favorable sur les cancers. Moins d'acide linoléique et d'acides gras saturés, mais davantage d'acide linolénique paraissent favoriser la protection contre le cancer chez l'animal.  

Modifié le: 
11/10/2017
par: 
Véronique Baumann
Auteur : Véronique Baumann - Médecin homéopathe - 3/01/2001

À propos de l'auteur

Docteur Véronique Baumann, médecin homéopathe, fondatrice du site Homeophyto.com et auteure d'ouvrages grand public sur l'homéopathie. 

La référence en homéopathie, phytothérapie et médecines complémentaires depuis 1999