pathologies cardio-vasculaires et psore en homéopathie

Expert

lycopodium clavatum

La psore, rappels

La psore résulte d'une auto-intoxication chronique par abus divers :

  • alimentaires,
  • médicamenteux,
  • sédentarité…

Le sujet élimine vers le dehors, de manière centrifuge, et présente des symptômes dermatologiques, eczéma, prurit, transpiration, … Cete diathèse fait également le lit des pathologies dites de surcharge, syndrome métabolique, pré-diabète, diabète et son lot de complications. 

On trouve une logique d'alternances 

À une pathologie (comme l'eczéma, par exemple) en succède une autre (comme l'asthme).

Le patient est sujet aux pathologies métaboliques comme l'hypercholestérolémie, l'excès d'acide urique, …

Les médicaments homéopathiques type sont : LYCOPODIUM, NUX VOMICA, SULFUR, PSORINUM

Ces terrains sont plus volontiers « cardiaques » que « vasculaires », et les pathologies sont liées aux excès (trop d’acide uriques, trop de graisses, trop de sucre…). L’évolution sans correction aboutit à une tendance à l’hypertension et à l’infarctus du myocarde.

Évolution

Les pôles émotionnel, neurovégétatif et sanguin prennent une grande part avec par exemple les médicaments SULFUR, NUX VOMICA, LYCOPODIUM. Le versant hépatobiliaire (évolution vers une composante tuberculinique), soit lié à des défaillances innées, soit consécutives aux excès en tout genre contribue à aggraver le terrain avec apparition de désordres lipidiques. L’évolution vers la tendance sycotique sur terrain psorique mène à la rétention, aux oedèmes et finalement à l’insuffisance cardiaque.

Cette évolution peut être favorisée par les prises répétées de médicaments allopathiques.

Principaux médicaments homéopathiques concernés

  • SULFUR : le sujet alterne les histoires, de peau et de colon par exmple, il a toujours chaud, recherche une place fraîche dans son lit. Les oreilles sont rouges, il transpire facilement. Il peut souffrir de palpitations, il est vite essoufflé, il a besoin d’air frais.
    • Dans le domaine cardiovasculaire, il est sujet à l’hypertension, à l’insuffisance cardiaque, à l’artérite.
    • Il faut donner ce médicament assez tôt dans l’évolution de la maladie, en drainant bien les reins. En basse dilution quotidienne, pendant quelques mois, puis monter progressivement la dilution avec une prise hebdomadaire par exemple.
  • NUX VOMICA : c’est un sujet hyperactif, intoxiqué, il consulte à la dernière extrémité.
    • Dans le domaine cardiovasculaire il souffrira d’HTA, d’infussisance cardiaque, de palpitations, avec un fort risque d’infarctus du myocarde.
    • L’évolution peut être rapide vers une artérite des membres inférieurs et une atteinte vasculaire cérébrale.
    • Le sujet a en outre tendance aux affections métaboliques, dyslipidémies, excès d’acide urique, …
  • LYCOPODIUM : Chez un patient exigeant, pointilleux, sujet aux troubles hépatiques.
    • Il y a risque de calcul rénal, vésiculaire, l’élimination rénale est perturbée, l’urée et la créatinine peuvent être augmentées.
    • Dans le domaine cardiovasculaire, il y a risque d’hypertension d’origine rénale, d’artériosclérose, de désordre du métabolisme des lipides.

Ce sont des patients qu'il faut généralement "drainer" avant de prescrire des hautes dilutions, drainage du foie et des reins principalement. 

☛ Drainage du foie 

☛ Pour le rein, penser par exemple à SOLIDAGO

Le médicament homéopathique idoine peut être prescrit dans le même temps, en basse dilutions, par exemple en 5 CH, trois prises par jour

Il sera possible de le prescrire en haute dilution, après appréciation des résultats, dans un second temps, en doses espacées. 

Illustration : LYCOPODIUM CLAVATUM

Modifié le: 
11/10/2017
par: 
Véronique Baumann
Auteur : Véronique Baumann - Médecin homéopathe - 11/09/2004

À propos de l'auteur

Docteur Véronique Baumann, médecin homéopathe, fondatrice du site Homeophyto.com et auteure d'ouvrages grand public sur l'homéopathie. 

Bibliographie
  • Guermonprez/Pinkas/Torc, Matière médicale homéopathique, Editions Similia (4 mars 2017), ISBN : 978-2842510718
  • H. Voisin, Matière médicale du praticien homéopathie, Éditions Narayana (15 décembre 2015), ISBN : 978-3955820183
  • Charette, Matière médicale pratique, Editions Similia (9 juin 2000), ISBN : 978-2842510176
  • Boericke , Matière médicale, Editions Similia; Édition : 9e éd. (18 janvier 1999), ISBN : 978-2904928994
  • L. Vannier, J. Poirier, Précis de matière médicale homéopathique, Editions Boiron (7 janvier 1999), ISBN : 978-2857420675
  • D. Grandgeorge, L’esprit du remède homéopathique : Ce que le mal a dit, Editions Narayana (8 mars 2016), ISBN : 978-3955821036
  • H. Allen, Matière Médicale de la fièvre, Similia (18 avril 1996), ISBN : 978-2904928550
  • P. Barbier, Homéopathie : Petits remèdes retrouvés, Ed. Marco Pietteur (15 janvier 2003), ISBN : 978-2872110872
  • J.Jouanny, J.B. Crapanne, H.Dancer, J.L. Masson, Thérapeutique homéopathique Possibilités en pathologie chronique, Ed. CEDH (15 février 2011), ISBN : 978-2915668575
  • M. Guezmonprez, Homéopathie : Principes – Clinique – Techniques, Editions Similia (9 mai 2017), ISBN : 978-2842510763
  • M. Busser, F. Chefdeville, J.M. Cousin, P. Desorbeau, J. Lambert, J. Merckel, J. Nougez, Homéopathie : Les relations médicamenteuses, Editions CEDH (4 novembre 2017), ISBN : 978-2915668803
  • A. Coulamy, C. Jousset, Basses dilutions et drainage en homéopathie, Editions Similia (1 janvier 2002), ISBN : 978-2842510343
La référence en homéopathie, phytothérapie et médecines complémentaires depuis 1999