Oenothera biennis - Onagre bisannuelle evening primrose en phytothérapie

oenothera biennis

Originaire d’Amérique du Nord, Oenothera, l'onagre s’est aujourd’hui largement répandue dans la plupart des régions tempérées où elle pousse dans les friches, talus et sols sablonneux. Elle appartient au genre oenothera de la famille des onagracées.

C’est une plante bisannuelle aux fleurs d’un jaune éclatant. Elle fleurit de juillet à aux premières gelées, et produit un fruit en forme de gousse qui contient des petites graines brunes.

Elle est traditionnellement cultivée pour son huile riche en acides gras essentiels, notamment l’acide linoléique et l’acide gamma linolénique, dont l’action régénérante sur la peau n’a plus à être démontrée.

La première année, elle produit une rosette de feuilles ainsi qu’une racine pivotante. Ces deux parties sont commestibles. L’année suivante, une tige centrale jaillit de cette base, ligneuse et velue, qui atteint en moyenne 1,2 mètres et qui portera les fleurs.

La floraison débute vers la mi-juin, fleurs jaune-citron de 3 à 5 centimètres de diamètre, très éphémères ; elles s’épanouissent au crépuscule en quelques minutes dès le soleil couché et semblent luire tant leur couleur est éclatante. Ce spectacle nocturne lui a valu son nom tant en allemand, (Nachtkerze = bougie de nuit) qu’en anglais (evening primrose).

Toute la vitalité de la plante s’exprime dans cette floraison ininterrompue jusqu’en octobre, ainsi que dans l’abondante production de graines.

Ces différentes phases, floraison, production du fruit puis de graines se déroulent simultanément en un rythme qui s’affranchit ainsi de l’influence du soleil pour se lier à la lune.

Il favorise la production de prostaglandines E1 (en compétition avec les E2 impliquées par exemple dans de nombreuses réactions inflammatoires).. L’'organisme peut normalement synthétiser cet acide, mais de nombreux facteurs peuvent l’'entraver, carence en zinc, alcoolisme, maladies virales….

Composition de la partie active de l'Onagre

On utilise l'huile grasse obtenue par extraction, pression ou raffinage des graines d'Oenothera biennis. Le mode d'extraction idéal étant bien évidemment la pression à froid qui préserve la qualité des AGPI. Cette huile limpide de couleur jaune est très riche en AGE (Acides Gras Essentiels), jusqu'à 25%  d'acides gras poly insaturés.

  • acide palmitique
  • acide stéarique
  • acide palmitique
  • acide linoleique (oméga 6), on sait qu'un régime contenant plus de 12% de la ration calorique totale en cet AGPI, entraîne une baisse du HDL-Cholestérol
  • acide gamma linolénique (omega 6, précurseurs des prostaglandines)
  • acide gamma linolénique

On sait qu'une carence en AGE s'accompagne de troubles cutanés (lésions eczemateuses, érythèmes...), d'un retard de croissance, d'une altéraion de la synthèse des prostaglandines. Les AGE sont de puissants anti-oxydants, anti-inflammatoires. 

Utilisations de l'onagre

Usages traditionnels

Cette huile est particulièrement utilisée en cosmétologie mais aussi par voie orale pour traiter des pathologies en rapport avec une carence en AGE : 

  • syndrome prémenstruel, mastodynies, douleurs mammaires, certains troubles liés à la ménopause
  • hypercholestérolémie, tension artérielle,  agréation plaquettaire
  • eczema atopique, ichtyose
  • arthrite rhumatoides, psoriasis, sclérose en plaque (intégrer de l'huile d'onagre à l'alimentation)
  • état cirrhotique, effet délétères liés à l'alcoolisme
  • vieillissement cutané

Des recherches sont en cours en ce qui concerne les pathologies suivantes : sclérose en plaque, maladies auto immunes, hyperactivité chez l’'enfant, obésité

Mode d'emploi et posologie

La posologie est variable en fonction de la qualité du produit, des huiles associées. 

voie orale

  • la posologie conseillée est de 3 à 6 grammes par jour d'huile d'Onagre normalisée à 8% d'acide gamma-linolénique, soit en général 2 capsules par jour
  • pour les troubles associés au syndrome prémenstruel, il est conseillé de prendre les capsules pendant la seconde moitié du cycle
  • les effets peuvent prendre plusieurs mois avant de se ressentir

voie locale 

  • en massage doux quelques gouttes d'huile d'onagre
  • en cataplasme pour les douleurs articulaires

Traditionnellement, les fleurs, feuilles et écorce des tiges sont également employées pour leurs propriétés astringentes et calmantes.  

Précautions d'emplois

  • On déconseille son utilisation chez les sujets épileptiques (il semblerait que l'huile rallonge la durée des crises). Elle est également susceptible d'interférer avec d'autres substances médicamenteuses, notamment certains anticoagulants et médicaments contre la schizophrénie, antidepresseurs... demandez conseil à votre pharmacien. 
  • L'huile d'onagre étant sensible à l'oxydation de l'air et de lumière, elle doit être conservée à l'abri, de la chaleur, de l'air et de la lumière pour conserver toutes ses propriétés. Pour palier à cela, certains fabricants ajoutent un peu de vitamine E à leurs préparations afin de protéger leur huile d'onagre de l'oxydation
Nom latin: 
Oenothera Biennis
Nom usuel: 
Onagre bisannuelle evening primrose
Modifié le: 
11/10/2017
par: 
Véronique Baumann
Auteur : Véronique Baumann - Médecin homéopathe - 3/12/2010

À propos de l'auteur

Docteur Véronique Baumann, médecin homéopathe, fondatrice du site Homeophyto.com et auteure d'ouvrages grand public sur l'homéopathie. 

La référence en homéopathie, phytothérapie et médecines complémentaires depuis 1999