Syndrome métabolique

syndrome metabolique

Le syndrome métabolique se caractérise par une association d’anomalies exposant à des risques de maladies cardiovasculaires et métaboliques. En additionnant les définitions de divers groupes d’étude (OMS, groupe européen d’étude sur l’insulino-résistance…), on peut définir divers facteurs de risque

  • Tour de taille supérieur à
    • 102 cm chez l’homme
    • 87 cm chez la femme
  • Triglycérides supérieurs à 1,50 grammes
  • HDL cholestérol inférieur à 0,40 chez l’homme et 0,50 chez la femme
  • Tension artérielle supérieure à 130/85
  • Glycémie à jeun supérieure à 1,10

Le critère majeur est l’augmentation de la masse grasse abdominale, responsable de l’insulino-résistance.

Ce sont la surcharge alimentaire calorique et glucidique, la sédentarité, et certaines prédispositions génétiques qui font le lit de cette véritable épidémie dans les pays occidentaux

La prévalence

La prévalence en France est d’environ 20 % chez les hommes, 18 % chez les femmes, et 1 % chez les enfants.

ATTENTION, on ne parle pas ici de surpoids et d’obésité, mais d’augmentation de la masse grasse abdominale, simplement objectivée par l’augmentation du tour de taille, associée à des anomalies biologiques.

L’obésité viscérale est responsable de l’insulinorésistance, laquelle entraîne un défait de métabolisation du glucose avec à court terme un risque de voir apparaître un diabète de type II. S’en suivent des complication cardiaques, hypertension artérielle, risque d’insuffisance cardiaque, risque accru de thromboses, …

Le traitement

Le traitement des personnes atteintes du syndrome métabolique consiste en :

  • une modification de l’hygiène de vie,
  • normalisation des prises alimentaires
  • reprise d'une activité physique.

La diminution du tour de taille, améliore rapidement la plupart des paramètres biologiques.

En pratique :

  • Sur le plan diététique, on réduira les graisses, les sucres rapides et l’alcool. Il ne s’agit pas de régime, mais de normaliser les prises alimentaires.
  • Une activité physique modérée au début de la prise en charge facilitera la réussite, un peu de marche, bannir l’ascenseur,

 

Modifié le: 
19/08/2016
par: 
Séverine Dewally
Auteur : Véronique Baumann - Médecin homéopathe - 11/06/2009
La référence en homéopathie, phytothérapie et médecines complémentaires depuis 1999