Mon enfant rentre en crèche, quel traitement homéopathique lui donner ?



Homéopathie et angoisse de séparation
Souvent, dès trois mois, le petit enfant sera confié à une ou des mamans de substitution durant la journée, que ce soit en crèche ou chez une gardienne, il va être confronté à un environnement tout à fait nouveau.

Si pour la plupart des bébés, l‘adaptation est facile, certains vivent très mal ce changement d’habitude, ce d’autant plus volontiers que la maman ressent elle-même l’angoisse de séparation.

N’hésitez pas à lui parler, à lui expliquer ce qui se produit, comme à un grand ; il est bien plus réceptif que ce que l’on imagine.

Mon enfant entre en crèche, ce que l’homéopathie peut apporter

La sélection de ces médicaments sont du ressort du médecin homéopathe ; ils sont généralement prescrits en moyenne à haute dilution (9 à 15 CH), en prises hebdomadaires. Quelques exemples :

  • PULSATILLA : L’enfant a besoin d’être entouré, cajolé. Il a beaucoup de mal à lâcher sa maman, il reste collé à elle et pleure à chaudes larmes dès qu’il en est séparé. Il se calme facilement lorsqu‘elle est présente et le console. La relation avec la maman est symbiotique. Il sera vulnérable sur le plan ORL, et pourra rencontrer des troubles du sommeil avec des difficultés d’endormissement. Il sera prescrit en 15 CH, généralement en doses hebdomadaires.

Si bébé vit mal l’entrée à la crèche, la prescription de Pulsatilla, Capsicum ou Lachesis… médicaments homéopathiques pour l’aider et faciliter ce passage

  • LACHESIS : l’enfant se sent abandonné ; il pleure dès qu’on le laisse, et rien ne le console. Les troubles du sommeil sont fréquents, il a du mal à se coucher et pleure au réveil. Il devient nerveux, ne supporte plus la séparation, interrompt les conversations par des pleurs ou de l’agitation dès qu’il sent que sa maman ne se consacre pas totalement à lui. Les troubles ORL sont fréquents et prédominent du côté gauche. Il sera prescrit en 15 CH, généralement en doses hebdomadaires.
  • PHOSPHORUS : chez un enfant sensible, sujets à des peurs multiples, du noir surtout qui a besoin de beaucoup d’affection. Il s’endort difficilement et est sujet aux cauchemars. Chez lui, il s’agit plutôt d’une peur de l’abandon que d’une angoisse de séparation. En 15 CH, généralement en doses hebdomadaires.
  • CAPSICUM : c’est le médicament homéopathique du déracinement et de la nostalgie. On peut également le retrouver lors de départ en vacances ou de séjour chez les grands parents. L’enfant ne supporte pas de quitter sa maison, sa chambre, son environnement. Son mal être se manifeste sous forme de pleurs, d’une tendance à la diarrhée et aux otites.