Arthrose cervicale et céphalées : la place de l'homéopathie

Expert

bryonia alba

Traitement de l'arthrose cervicale en homéopathie

Céphalées et arthrose cervicale sont souvent liées en raison d'éléments anatomiques communs. Le rachis cervical est lieu de passage d'une multitude de troncs nerveux et de faisceaux musculaires. Toute perturbation de la dynamique de la colonne vertébrale, de l'équilibre des forces musculaires en jeu peut entraîner des névralgies et céphalées.

Artrose cervicale et maux de tête

Il suffit parfois d'un déséquilibre minime, comme une prothèse dentaire mal adaptée, une nouvelle position de travail, un mauvais oreiller. On comprendra donc aisément que l'arthrose cervicale et son cortège de réactions inflammatoires peuvent occasionner des équivalents migraineux. Lors de céphalées récidivantes, certains éléments du tableau clinique doivent orienter vers une cause rhumatologique :

  • Le caractère unilatéral des douleurs
  • Les douleurs irradient fréquemment de l'occiput vers l'orbite.
  • L'existence de troubles de la mobilité du cou.
  • Le caractère " barométrique " des douleurs : aggravées la veille d'un changement de temps, aggravées par l'humidité, ou le brouillard : ce sont des caractéristiques de douleurs rhumatismales.
  • Un bilan radiologique de la colonne cervicale perturbé.

Les principaux médicaments homéopathiques

  • Actaea racemosa 5 à 15 CH : est un remède de douleurs vertébrales, irradiant vers l'arrière du crâne puis vers l'œil ou le sommet du crâne. Elles s'accompagnent souvent de sensation de flou, comme si la tête était dans un nuage. Elles sont souvent déclenchées ou aggravées par les règles, aggravées le matin et par l'humidité.
    Ces céphalées se développent de préférence sur un terrain spasmophile.
  • Bryonia alba 5 à 9 CH : le moindre mouvement aggrave le mal de tête (en se penchant, en ouvrant les yeux). Dans le cas de céphalées d'origine arthrosique, le mal commence à l'occiput ; mais Bryonia peut aussi convenir pour des céphalées d'autre origine lorsque la localisation est frontale.
  • Magnesia phosphorica 7 à 15 CH : c'est un remède de névralgies aggravées au froid, prenant la forme de céphalées allant de l'occiput vers l'orbite. Il peut aussi concerner les névralgies dentaires ou temporales. Celles-ci se développent aussi volontiers sur un terrain spasmophile. Les douleurs sont généralement fulgurantes et peuvent s'accompagner de spasmes.
  • Rhus toxicodendron 5 à 9 CH : la douleur est lourde et fait souvent suite à des efforts. Elle est aggravée par l'humidité et le repos. Elle est améliorée par le mouvement.

Remèdes de muscle, de spasmes musculaires :

  • Chamomilla 5 à 15 CH : chez un sujet hypersensible à la douleur, irascible et hostile, avec agitation et anxiété, Chamomilla prend toute sa place. Ce remède est très souvent prescrit pour les douleurs dentaires du tout petit qui ne se calme que lorsqu'on le berce.
  • Colocynthis 5 à 9 CH : les douleurs sont atroces, névralgiques voire crampoïdes, améliorées par une crispation des muscles de la face et par la pression. Le sujet est là aussi très irritable, et les céphalées sont aggravées par la colère.

Bien entendu, il sera toujours nécessaire de rechercher le ou les remèdes de terrain ; nous n'avons indiqué là que des remèdes de crise.

POSOLOGIE

3 granules trois fois par jour, par exemple 10 minutes avant les repas d'un ou plusieurs remèdes homéopathiques cités ci-dessous. La hauteur de dilution se sélectionne selon le degré de similitude. Espacer dès amélioration, par exemple 5 granules deux fois par jour pendant une semaine, puis une fois par jour... 

Nous vous invitons à vous référer aux fiches techniques des remèdes, en cliquant sur leurs noms, afin d'avoir des informations complémentaires.

Modifié le: 
14/08/2018
par: 
Véronique Baumann
Auteur : Véronique Baumann - Médecin homéopathe - 1/07/1999

À propos de l'auteur

Docteur Véronique Baumann, médecin homéopathe, fondatrice du site Homeophyto.com et auteure d'ouvrages grand public sur l'homéopathie. 

La référence en homéopathie, phytothérapie et médecines complémentaires depuis 1999