Dyspepsie et homéopathie : le terrain

Expert

sepia

La dyspepsie, rappels

Les symptômes courants de la dyspepsie : 

  • Brûlures d'estomac
  • Ballonnements
  • Digestion difficile
  • Somnolence ou fatigue après les repas, ...

Pour ce qui est de la phase aigüe et symptomatique : À lire : ☛ ​ Soulager la dyspepsie ave l'homéopathie

Le traitement de terrain de la dyspepsie

Nombre de médicaments homéopathiques comportent des signes d'embarras gastrique dans leur tableau clinique général. Il ne se seront utilisé qu'en cas de concordance générale des symptômes. Ils pourront, non seulement prendre en charge les signes digestifs, mais également les troubles généraux et émotionnels associés.

En voici une sélection non exhaustive ; ce sont les plus fréquemment prescrits sur ce signe d'appel. Ils le seront plus volontiers en haute dilution, 9 à 15 CH la plupart du temps en prises espacées, 10 granules en une prise ou une dose par semaine, par exemple.

  • ARGENTUM NITRICUM 9 à 15 CH : Chez des sujets précipités et anxieux, ayant une forte addiction au sucre qui pourtant les aggrave. 
    Au niveau de l'estomac : ballonnements, météorisation, éructations, aérophagie. Mange souvent trop vite. Douleurs gastriques brûlantes, ulcère gastrique.
    En prise quotidienne, en 9 CH, 5 granules matin et soir, ou en doses espacées.
  • GRAPHITES 7 à 15 CH : Dyspepsie, flatulences avec brûlures et crampes calmées en mangeant.
    Colopathies chroniques avec flatulences. Chez un sujet gros mangeur en surpoids. On peut retrouver des signes généraux d'hypothyroïdie avérée ou fruste.
  • IGNATIA 5 à 15 CH : Chez un sujet émotif et anxieux, les symptômes ont le même caractère paradoxal que les signes généraux, par exemple : spasme œsophagien amélioré en mangeant des aliments volumineux, nausées améliorées en mangeant, …
    Ils surviennent volontiers dans un contexte de stress émotionnel, suite de deuil, de contrariété, ...
    En prise quotidienne, en 9 à 15 CH le matin, ou en basse dilution, 5 CH par exemple avant les repas dans le spasme oesophagien.
  • KALIUM CARBONICUM 5 À 9 CH : Ballonnements de l'abdomen survenant immédiatement après les repas, parfois même après absorption d'un verre d'eau.
    Dyspepsie, flatulences.
    Aggravation après avoir absorbé de la soupe, du café au lait, du pain trempé.
    Spasme de l'œsophage, avec douleurs dorsales en mangeant. Désir de sucreries et d'aliments acides.
    Lorsque le tableau général est présent, KALIUM CARBONICUM peut être prescrit en haute dilution, en prise quotidienne à hebdomadaire.
  • LYCOPODIUM 9 à 15 CH : Dyspepsie, flatulences, ballonnements au moindre écart alimentaire. Faim avec mauvaise humeur, exigeant quant à l’horaire du repas, mais très vite rassasié.
    Mange peu, refuse les aliments inconnus.
    Ballonnements abdominaux, provoqués par le moindre écart de régime ; ces troubles surviennent souvent vers 17 heures, et sont accompagnés de gaz et d'éructations.
    En prise hebdomadaire
  • NUX VOMICA 9 à 15 CH : Désirs et abus de boissons alcoolisées, de café, de thé, d'épices, sel, poivre, mets fins et relevés.
    En phase de décompensation, intolérance à l'alcool et aux mets lourds. Langue chargée à l'arrière, propre à l'avant. Intolérance aux vêtements serrés à la taille, surtout durant les repas.
    Somnolence après les repas ; une courte sieste améliore.
    Tachycardie et douleurs précordiales durant la digestion.
    Nausées améliorées par le vomissement qui est souvent provoqué. Douleurs de l'estomac. Le tout chez un sujet irritable, intolérant à la contradiction.
    Lorsque le tableau général est présent, NUX VOMICA peut être prescrit en haute dilution, en prise quotidienne à hebdomadaire.
  • PULSATILLA 7 à 15 CH : Dyspepsie, flatulence, embarras gastriques déclenchés par l’abus de matière grasses, pâtisseries, glaces…
    Il peut s'agir de troubles gastriques, d'alternance de diarrhées et de constipation, de digestion pénible. Ces maux sont déclenchés ou aggravés par l'ingestion d'aliments gras. La langue est jaunâtre, la bouche sèche, le sujet n'a pas soif et a mauvaise haleine.
    Lorsque le tableau général est présent, PULSATILLA peut être prescrit en haute dilution, en prise quotidienne à hebdomadaire.
  • SEPIA 7 à 15 CH : anorexie, dégoût de toute nourriture, sensation de poids ou de vide dans l'estomac, constipation avec sensation de boule dans le rectum, constipation pendant la grossesse, nausées pendant la grossesse, aversion pour le lait, désirs d'aliments acides, vinaigre, cornichons, …
    Troubles de la vésicule biliaire, dyskinésie biliaire, avec ou sans calculs accompagnés de douleurs de la région du foie, nausées, migraines.
    En prise hebdomadaire
  • SULFUR 9 à 15 H : Souvent gros mangeur et buveur, avec un fort besoin de sucre.
    Tendance aux malaises hypoglycémiques. Hémorroïdes.
    Diarrhée urgente à 5 heures du matin. Tempérament optimiste, avec hygiène alimentaire médiocre.
    En prise hebdomadaire

Illustration : SEPIA, la seiche

Modifié le: 
11/10/2017
par: 
Véronique Baumann
Auteur : Véronique Baumann - Médecin homéopathe - 21/05/2005

À propos de l'auteur

Docteur Véronique Baumann, médecin homéopathe, fondatrice du site Homeophyto.com et auteure d'ouvrages grand public sur l'homéopathie. 

La référence en homéopathie, phytothérapie et médecines complémentaires depuis 1999