Maladie de Crohn et homéopathie

Expert

gelsemium

Traitement homéopathique de la maladie de Crohn

La maladie de Crohn est une atteinte segmentaire , c’est-à-dire discontinue ; elle peut toucher n'importe quelle partie du tube digestif, de la bouche au côlon, ce qui la différencie de la RCH. Mais dans environ 10 % des cas, il est impossible de faire cette distinction. 

 

Elle se produit plus volontiers sur terrain tuberculinique : Rappels
On peut espérer du traitement homéopathique une atténuation de la symptomatologie lors des poussée, et un espacement des crises, voire une rémission.

On distingue, là encore, les médicaments d’action locale, et les médicaments d’action générale.

Médicaments d’action locale

POSOLOGIE : les médicaments qui suivent se prescrivent généralement à raison de 3 à 5 granules trois fois par jour, ils peuvent être combinés.

  • PODOPHYLLUM 4 à 5 CH : diarrhées liquides, jaunes, très abondantes, expulsées en jet. Elles sont généralement accompagnées de douleurs abdominales à type de crampes, le plus souvent du côté droit, aggravées le matin ; à prescrire systématiquement en cas de prolapsus rectal. 
  • ALOE 4 à 5 CH : selles glaireuses et suintement anal. Besoin d'aller à la selle après chaque prise alimentaire. 
  • KALIUM BICHROMICUM 4 à 5 CH : c’est un médicament de lésions ulcérées : diarrhées chroniques, parfois sanglantes et ulcères des muqueuses. 
  • CHINA RUBRA 5 CH : la diarrhée entraîne épuisement et anémie. 

Pour les douleurs

Médicaments d’action générale

POSOLOGIE : ces médicaments se prescrivent généralemet en moyenne à haute dilution, 9 à 15 CH, en prises espacées, par exempe une fois par semaine, et à raison de 10 granules en une prise ou une dose. Il est possible d'en prescrire plusieurs en les répartissant dans la semaine ou en les alternant. 

  • On retrouvera, très souvent, comme pour la rectocolite, PHOSPHORUS et ARSENICUM ALBUM.
  • SILICEA : frilosité, tendance à la suppuration chronique, tendance aux fistules. En prises espacées, moyenne à haute dilution.
  • CALCAREA PHOSPHORICA : tendance à la déminéralisation, fissures, fistules, diarrhées, troubles d développement osseux. En prises espacées, moyenne à haute dilution.
  • NATRUM SULFURICUM : la diarrhée est déclenchée par les aliments aqueux, fruits et légumes ; elle est profuse, en jet, avec des gaz, et se produit au réveil ou après le petit-déjeuner. Douleurs de la fosse iliaque droite. En prises espacées, moyenne à haute dilution.
  • LYCOPODIUM : avec aggravation au moindre écart alimentaire, tendance à l’anorexie, teint jaunâtre. . En prises espacées, moyenne à haute dilution.
  • TUBERCULINUM : ce biothérapique peut compléter le traitement, mais sera prescrit plus volontiers en dehors des poussées.
  • GRAPHITES : Lorsque la constipation pédomine avec lésions de la zone anale ou péri-anale. (fissures, excoriation). 
  • PARATHYPHOÏDINUM B ou EBERTHINUM peut être utilisé en complément. En prises espacées en moyenne dilution.

Les éléments affectifs sont très importants dans le déclenchement des maladies inflammatoires du tube digestifs. Ils peuvent être « couverts » par le traitement de terrain, mais l’on aura souvent recours à des médicaments « d’aggravation émotionnelle », avec par exemple

  • STAPHYSAGRIA : suite « à une colère non exprimée, à une vexation, ou à une injustice. »
  • IGNATIA : chez des sujets émotifs, hypersensibles, d'humeur changeante.
  • GELSEMIUM : chez une personne sujet au trac, à l’anxiété d’anticipation.

À LIRE

Rectocolite ulcéro-hémorragique et homéopathie

Illustration : GELSEMIUM SEMPERVIRENS

Modifié le: 
26/11/2018
par: 
Véronique Baumann
Auteur : Véronique Baumann - Médecin homéopathe - 1/06/2005

À propos de l'auteur

Docteur Véronique Baumann, médecin homéopathe, fondatrice du site Homeophyto.com et auteure d'ouvrages grand public sur l'homéopathie. 

La référence en homéopathie, phytothérapie et médecines complémentaires depuis 1999