Ma copine de l'été, apis mellifica

apis veto,ma copine de l'été ?

La rubrique vétérinaire du Docteur Marcel

À dire vrai elle n’est pas belle , noiraude avec des décolorations ringuardes, velue. Question épilation c’est nul … Question sexe pire que nul : neutre… le dard c’est pas son truc. Je la trouve tous les matins dans mon bougainvillier et elle me la joue indifférente. Ses copines meurent en masse car elle n’aiment pas la pollution, ni le gaucho, ni la varoase, ni la monoculture (subventionnée). La canicule a desséché les fleurs (plus de lavande) donc pas de nectar, les fabricants donneront du sucre… Tout le monde s’en fout la Chine peut nous en fournir des pas chères, seule l’Alsace( où elle se livre à la traite…mais ceci est une autre histoire) et la Corse l’accueillent dignement. Albert EINSTEIN qui s’y connaissait en fin du monde, disait qu’en son absence le monde ne pourrait pas vivre plus de quatre jours, sa fin sera la notre…quand elle mourra, nous mourrons tout est relatif. Pourtant je l’aime d’amour, en cette année de méduses elle a pansé avec douceur mes plaies et mes cloques, comme je ne suis pas jaloux, je l’ai refilée aux copains ( c’est Boiron qui s’est sucré avec sa pommade Dapis… pub gratuite), les coups de soleil des parisiens (les quelques uns qui ne sont pas cortisono dépendants) se sont estompés grâce à elle… La canicule est son domaine, en effet la base de son action est d’agir sur ceux qui n’ont pas soif… les déshydratés qui écoutent leur homéopathe lui doivent la vie.. Certes elle est venimeuse, mais elle meurt quand elle pique contrairement aux autres sales bêtes que son venin soigne et guérit de façon spectaculaire même chez les incrédules de l’homéopathie. Si les êtres humains mourraient après avoir fait du mal ce serait le paradis sur terre. Son miel (de Corse ou de sapin d’Alsace seules appellations contrôlées) est riche en sucres lents et en oligo-éléments, ceux qui comme moi seraient prêts à mourir de diabète sucré en mangent à satiété, de nombreux articles ont été publiés sur sa faculté de guérir (non remboursée par la sécu) les plaies surinfectées, récidivantes et ulcéreuses. Apis mellifica quel joli nom !

Modifié le: 
11/10/2017
par: 
Véronique Baumann
Auteur : - 6/04/2004

À propos de l'auteur

Docteur Marcel, Vétérinaire homéopathe et journaliste. 

La référence en homéopathie, phytothérapie et médecines complémentaires depuis 1999