Hypersensibilité à la douleur

gluten

Homéopathie et hypersensibilité à la douleur

La santé est un état de bien être physique et psychique. La maladie est l'image de la rupture de cet équilibre.

Préambule

Elle n'est que la représentation de ce qui perturbe l'état de bien être, mais non la cause profonde. Contrairement à la démarche de la médecine classique qui soigne la maladie, l'homéopathie aide le patient à surmonter ce qui a provoqué la souffrance.

Le médicament homéopathique déterminé par le médecin doit correspondre à la façon de réagir du sujet malade et le stimuler. Ce médicament ne va pas agir sur les symptômes et les supprimer, mais il doit correspondre de la manière la plus proche à ce qu'EST le patient, et il doit stimuler sa capacité de réaction.

Dans ce sens, il n'existe pas de médicament homéopathique capable d'anesthésier la douleur ; il n'existe pas de « PARACÉTAMOL » homéopathique. La douleur est un signal d'alarme capital. Dans la plupart des cas de douleur aiguë, celle-ci est physiologique, c'est-à-dire rattachée à une cause précise et donc normale.

Dans ce cas, l'homéopathe, tout comme son confrère allopathe, peut la calmer en traitant la cause.

Hypersensibilité à la douleur et homéopathie

Dans les cas d'hypersensibilité à la douleur, lorsque la douleur semble être hors de proportion avec la cause, le médecin homéopathe peut ramener la douleur à un niveau physiologique ou tolérable.

En effet, nombre de douleurs chroniques ne sont plus corrélées à la lésion de départ, mais à des phénomènes de sensibilisation, sensibilisation physique, sensibilisation psychique, comme par exemple dans le cas de la fibromyalgie. L'intensité de la douleur est fonction de la sensibilité physique du sujet, mais surtout de la sensibilité psychique. Nous ne traitons donc pas ici de la douleur elle-même, cela, vous le trouverez dans les dossiers spécifiques, mais de l'interprétation qui en est faite par le patient.

Le médicament ainsi individualisé peut être ajouté à celui plus spécifique du ou des organes touchés.

Par exemple, une brûlure peut être traitée selon le degré par APIS ou MEZEREUM, la douleur qui l'accompagne, si ce traitement n'est pas suffisant, pourra s'atténuer avec CHAMOMILLA si le tableau du patient l'évoque.  

Articles liés

Modifié le: 
10/10/2018
par: 
Véronique Baumann
Auteur : Véronique Baumann - Médecin homéopathe - 23/11/1999

À propos de l'auteur

Docteur Véronique Baumann, médecin homéopathe, fondatrice du site Homeophyto.com et auteure d'ouvrages grand public sur l'homéopathie. 

La référence en homéopathie, phytothérapie et médecines complémentaires depuis 1999