L’homéopathie au jardin

Accès libre

Brouette dans un jardin

La pharmacie homéopathique du jardinier pour le bien-être de ses plantes

Ou comment favoriser la bonne santé du sol et des plantation avec quelques tubes d'homéopathie, comment traiter certaines maladies avec l'isothérapie, et comment venir à bout des limaces et autres ravageurs.

En regardant une plante en pot ou un jardin en hiver, on a tendance à oublier que la plante est un organisme vivant extrêmement complexe. On l’imagine passive face aux agressions, mais en fait, elle dispose, selon la famille à laquelle elle appartient, d’un arsenal varié et tout à fait compétent.

Elle se défend contre les agressions

  • Physiques (brouteurs, chocs, tailles, coup de vent…) ,
  • Climatiques (chaleur, gel…) (succulentes)
  • Contre les ravageurs, champignons, parasites,
  • Et surtout, contre la main de l’homme…

Elle utilise des moyens physiques, écorce, épines, poils urticants…

Des moyens chimiques, tanins, principes amers, phéromones, qui repoussent ou attirent, des flavonoïdes

Elle utilise la coopération dans la lutte contre les prédateurs. Cette coopération peut avoir lieu à la fois entre les feuilles d'un même individu et entre les individus : suite à une agression par un prédateur, les organes endommagés produisent des molécules qui se dispersent dans l'air et vont avertir le reste de l'individu (plante ou arbre) ou les individus poussant aux alentours.

Pour ce qui est des Pucerons, par exemple, l'une des stratégies les plus communes est de produire des substances qui repoussent les pucerons et/ou d'attirent les prédateurs du puceron (coccinelles et leurs larves).

La plante a en elle tous les moyens de se protéger, elle a des capacités de régénération très importantes… à condition qu’elle évolue dans un environnement favorable.

Or, dans un jardin ou une parcelle, elle ne choisit pas l’endroit où elle s’installe, elle ne choisit pas son voisinage, son terroir, son ensoleillement, …

La santé

On peut l’envisager sous deux axes

  • Celui de la Salutogénèse, Ce terme issu du latin salutis = santé et du grec genesis = origine a été proposé par le sociologue de la santé, Aaron Antonovsky, et désigne ce qui favorise la santé La Salutogénèse : d’où vient la santé et comment la renforcer ?
  • Par opposition avec ce qui cause la maladie ou pathogenèse, concept sur lequel repose la médecine occidentale contemporaine. La Pathogénèse : d’où vient la maladie et comment l’éviter ?

La salutogénèse, pour la plante, c’est à la fois l’héberger dans de bonnes conditions, celles qui sont propres à sa famille pour la plantation, terroir, arrosages, lumière, compagnie (en sous-sol et en surface) … et apporter au besoin une supplémentation (homéopathie, phytothérapie, HE…) pour la renforcer et l’aider à se défendre.

L’homéopathie pour les plantes

Les basses dilutions contiennent encore de la matière et sont données pour stimuler la plante.

Les hautes dilutions sont plus puissantes et soignent la plante malade dans sa totalité.

Comment l’administrer

Une heure avant, diluer 5 granules du médicament choisi dans un verre d’eau, puis rediluer pour moitié dans un arrosoir, et pour l’autre dans un pulvérisateur si nécessaire.

5 médicaments homéopathiques de base

Ce médicament de la traumatologie par excellence, sera utile en cas de blessures ou plaies liées par exemple aux accidents climatiques ou à la main de l’homme lors de la taille. Je l’utilise personnellement lors du rempotage de plantes d’intérieures, ou lorsque j’installe mes plantules au jardin. Je le donne en 9 CH lors du premier arrosage.

C’est, chez l'homme, le médicament du stress, de l’auto-intoxication, des abus en tous genres. Il conviendra à la plante qui a été exposée aux courants d’air, ou à celle à qui on a donné trop d’engrais et de pesticides, celle qui a trainé dans une jardinerie et que l’on recueille… Là encore, je lui donne 5 granules en 9 CH dès son arrivée dans mon jardin.

C’est entre autres le médicament de fond de la parasitose. Il ne lutte pas contre le parasite en lui-même, mais renforce les moyens de défense de la plante. Un parasite attaque rarement une plante en bonne santé. Il est par exemple utilisé avec succès dans la lutte contre la Pyrale du buis, en 30 CH en arrosage au pied. À ne renouveler qu’en cas de ré-infestation. Il aide également les plantes malingres qui ont du mal à se développer bien qu’elles évoluent dans un environnement favorable, à donner là encore en 30 CH, en un unique arrosage.

C’est, entre autres, le traitement de terrain des mycoses chez l’homme, des infections chroniques, ainsi que de la tendance à produire des verrues et excroissances. Il est souvent approprié pour les plantes évoluant en climat humides et souffrant de maladies cryptogamiques, équivalent des mycoses chez l’Homme. On pourra l’utiliser en cas de Mildiou ou d’Oïdium, pour la cloque, … en 15 ou 30 CH, 5 granules en pulvérisation fine.

Cette souche convient chez l’homme :

  • En basse dilution pour les troubles de la croissance, tendance au rachitisme…
  • En haute dilution dans les troubles de l’immunité, pour les enfants souvent malades, les pathologies ORL à répétition.

Chez la plante, il sera bénéfique en basse dilution, par exemple en D3 si elle a du mal à se développer, ou dans les suites de maladies.

L’isothérapie

L'isothérapie fait appel à la notion d'identité. Une personne, un animal ou une plante victime de l'action toxique d'un produit ou d'un microbe ou d'une moisissure ou encore d'un parasite peuvent être rétablis grâce à l'administration de la substance causale en dynamisation korsakovienne 200 K. C’est un traitement que l’on peut réaliser soi-même. 

Une mention spéciale pour HELIX TOSTA dans la lutte contre les limaces

Les limaces sont « récoltées », incinérées et le médicament homéopathique est réalisé à partir des cendres. On arrose la parcelle de jardin comme mentionné plus haut, et les limaces évitent la surface traitée.

☛  Pour en savoir plus et trouver certains médicaments homéopathiques spécifiques 

 

 

Modifié le: 
04/05/2018
par: 
Véronique Baumann
Auteur : Véronique Baumann - Médecin homéopathe - 28/03/2018
La référence en homéopathie, phytothérapie et médecines complémentaires depuis 1999