Les types sensibles homéopathiques aggravés par la chaleur

Expert

salt-lake

Attention canicule, les profils homéopathiques concernés

Nous nous bornerons ici à évoquer quelques uns des « personnages » pour lesquels l’été peut devenir un calvaire alors que d’autres apprécient plages et autres terrasses ensoleillées.
Le « type sensible » peut être compris comme étant une caricature à ne pas prendre au pied de la lettre.

Profils homéopathiques et chaleur

En période estivale, certains souffriront plus que d’autres de la chaleur; cela est lié à leur mode réactionnel général, autrement dit leur type sensible.

Il s’agit, soit d’une tendance globale, soit de certains signes, symptômes ou pathologies aggravées ou déclenchées par la chaleur.

 

 

  • Sulfur : c’est un sujet solaire, optimiste, communicatif, bien portant et souvent peu vêtu.
    • Il a tendance à apprécier la bonne chair dans tous les sens du terme.
    • Sa peau peut lui causer quelques soucis, éruptions, eczéma, … la plupart de ses symptômes sont aggravés par la chaleur.
    • Au féminin et masculin.
  • Lachesis : médicament plutôt féminin que l’on retrouve volontiers à la puberté lorsque les cycles ont du mal à s’installer ou en péri-ménopause lorsqu’ils sont irréguliers.
    • C’est un médicament de congestion, de bouffées de chaleur, … symptômes améliorés par un écoulement liquidien, règles, transpiration, …
  • Natrum muriaticum : on dit de ce type sensible qu’il est écrasé par la chaleur de l’été.
    • Sachant qu’il est également aggravé en bord de mer, les vacances en haute montagne ou en Islande sont à privilégier.
  • Pulsatilla : plus souvent « elle » souffrira d’insuffisance veineuse.
  • Lycopodium : le tableau général est aggravé par la chaleur, notamment les troubles digestifs, et … l’humeur.
  • Iodum : l’un des médicaments clé de l’hyperthyroïdie.
    • Il faut penser à ce médicament homéopathique dès que le métabolisme est accéléré, chez un sujet thermophobe, anxieux et affamé.
  • Antimonium crudum : comme un « Sulfur » plus goinfre de bon vivant, et plus vulnérable sur le plan cutané, eczéma fissuré, psoriasis, … tous ses symptômes sont aggravés par temps chaud.

Lors de son interrogatoire, le médecin homéopathe recueille ce type de données, aggravation saisonnière, météosensibilité, ... C'est ce qui va contribuer à déterminer le traitement de terrain.

 

Modifié le: 
24/07/2018
par: 
Véronique Baumann
Auteur : Baumann Véronique - 24/07/2018
La référence en homéopathie, phytothérapie et médecines complémentaires depuis 1999