TOCS ou troubles obsessionnels compulsifs et homéopathie

Expert

mains_homeophyto

Traitement homéopathique des TOCS ou Troubles Obsessionnels Compulsifs

Les TOCS sont généralement les manifestations liées à un terrain à tendance obsessionnelle. Ils vont de simples vérifications de fermetures de portes à des troubles plus invalidants sous forme de rituels obsédants.

Définitions

En arrière plan, l’obsession est définie par l’émergence dans la pensée d’une idée ou d’un sentiment qui persiste malgré les efforts du sujet pour s’en débarrasser.

  • « Je ne peux pas m’empêcher d’y penser ! »,
  • « Je ne peux m’empêcher de le faire ! ».

Le patient a souvent conscience du côté absurde de ses pensées ou comportement, mais l’acte « imposé » apporte du soulagement, comme une sorte de conjuration contre une boucle anxiogène.  

Tocs et homéopathie, les médicaments de crise

Les Tocs font partie de ce que l’on nomme les « névroses obsessionnelles » ; les phases de TOCS proprement dites sont généralement déclenchées lors de situations anxiogènes que l’on peut accompagner par l’homéopathie : ACONITUM NAPELLUS, GELSEMIUM, ARGENTUM NITRICUM, ARSENICUM ALBUM, … À lire ... Les crises anxieuses, le traitement homéopathique  

 

Tocs et homéopathie, le FOND du problème

  • Le chef de file des médicaments dédiés à ce désordre est THUYA, chez un sujet anxieux, nerveux et impressionnable. Obsessions et idées fixes sont les mots clé pour en décrire le psychisme. Dans ce cadre, THUYA sera généralement prescrit en haute dilution, en 15 CH en doses espacées, une tous les 15 jours par exemple.
  • MEDORRHINUM, l’un des chefs de file de la diathèse sycotique concerne un sujet précipité, fébrile et anxieux. Il complète parfaitement l’action de THUYA dans ce cadre. En doses espacées, 9 à 15 CH, en alternance avec THUYA.
  • ARSENICUM ALBUM l’un des profils les plus anxieux en homéopathie notamment chez l’enfant avec les interminables rituels du coucher, en 15 CH, en doses espacées.
  • LUESINUM, médicament central de la diathèse luétique, et sa peur obsessionnelle des microbes qui s’oblige à se laver les mains plus que de raison. En 15 CH en doses espacées.
  • ARGENTUM NITRICUM chez les agités et précipités qui se dispersent tels le lièvre de la fable. Ses phobies et peurs, de la foule, des lieux publics, agoraphobie, peur des vastes espaces, peur d’être seul, peur de se cogner au coin des murs, le contraignent à des conduites d’évitement et rituels. En 15 CH en doses espacées.

Tocs et phytothérapie

En phytothérapie, certaines plantes comme la mélisse, la fleur de passiflore, la valériane, ... peuvent atténuer les symptômes de l'anxiété.  

  • Melissa officinalis : c’est une plante utilisée depuis l’Antiquité entre autres pour traiter l’anxiété et les troubles du sommeil.
  • Passiflora : elle est active sur la nervosité, ‘anxiété et les troubles du sommeil.
  • Valeriana officinalis : elle est connue depuis l’Antiquité pour ses vertus sédatives, anxiolytiques et spasmolytiques. Elle trouve son plein emploi dans le traitement des pathologies du stress.
  • La tendance obsessionnelle qui sous-tend les troubles obsessionnels compulsifs s’accompagne souvent d’un fond dépressif ; Hypericum perforatum en phytothérapie est indiqué dans la nervosité et les états dépressifs mineurs.
  • En gemmothérapie, l’on pourra se tourner vers Tilia tomensosa Bourgeons, en D1, 50 gouttes par jour.

Tocs et oligothérapie

On pourra alterner des cures de :

  • Cuivre Or Argent : Utilisé pour les états de fatigue, et dans la phase de convalescence de maladies infectieuses, avec chute de l’élan vital, et tendance dépressive. Cette association est généralement indiquée à raison de trois prises par semaine au long cours.

Et

  • Manganèse Cobalt : Utilisé comme modificateur de terrain au cours d’états de dystonie neurovégétative.

Associés à

  • Lithium : Utilisé comme modificateur de terrain au cours de manifestations psychiques ou psychosomatiques mineures de l’enfant et de l’adulte ; il aurait un rôle stabilisant de l’humeur.

Thérapies complémentaires

  • Penser à l’hypnose thérapeutique
  • Aux thérapies brèves
  • À la sophrologie avec entres autres l'apprentissage de la gestion du stress
  • À l’EMDR
  • Au yoga et autres pratiques corporelles permettant d’effectuer les gestes et actes du quotidien en pleine conscience.
Modifié le: 
25/07/2018
par: 
Véronique Baumann
Auteur : - 10/02/2016
La référence en homéopathie, phytothérapie et médecines complémentaires depuis 1999