Les allergies saisonnières, la prévention

Expert

Le traitement homéopathique en prévention de l'allergie saisonnière

C'est normalement dès les premières floraisons que les allergiques au pollen commencent à souffrir. Mais pour ce qui est du traitement homéopathique, il faut anticiper et traiter en fin d'hiver. En effet, l'homéopathe traite le terrain, pourquoi et comment le patient en est arrivé là, et non les symptômes. Et plus l'affection est ancienne, et le cas compliqué, plus le traitement devra être progressif ; les résultats ne seront pas immédiats. C'est une véritable stratégie qui est mise en place.

 

Le traitement homéopathique

Le médicament homéopathique symptomatique

Il est déterminé en fonction de symptômes que présente le patient lors de la crise ; il sera pris si nécessaire lors de la période des hostilités.

  • Il tient compte de la localisation des symptômes
  • Des sensations accompagnant les symptômes
  • Des modalités (ce qui aggrave, ce qui améliore)
  • Des signes dits concomitants

Par exemple pour SABADILLA :

  • Nez surtout, œil.
  • Sensation de nez bouché malgré l'écoulement
  • Aggravation par l'odeur des fleurs, à l'air froid
  • Démangeaisons du nez et des narines

Le médicament homopathique de fond

Il est choisi en fonction de l'ensemble des symptômes présentés par le patient, son mode réactionnel, son histoire. Dans le cas des allergies saisonnières, l'on retrouve la plupart du temps des médicaments des séries PSORIQUE et TUBERCULINIQUE. Il est généralement prescrit en prise hebdomadaire à mensuelle.

Le médicament de constitution

Ce n'est pas indispensable, mais si les signes cliniques l'appellent fortement, CALCAREA CARBONICAou CALCAREA PHOSPHORICA peuvent être prescrits pour renforcer le traitement, en dose mensuelle par exemple en 15CH.

Les biothérapiques

PSORINUM , MEDORRHINUM, TUBERCULINUM, ou surtout chez l'enfant VAB peuvent être appelés à soutenir les autres médicaments prescrits, en doses espacées, la plupart du temps en 15CH.

L'isothérapie

Elle peut être spécifique avec prescription de dilutions de l'allergène en question, comme un pollen donné par exemple ou plus largement, la prescription hebdomadaire avant la saison puis hebdomadaire en saison de POLLENS 30CH. Ou aspécifique avec des dilutions de médiateurs de l'allergie, le plus souvent POUMON HISTAMINE qui sera pris en 15CH quotidiennement.

La gemmothérapie 

Les bourgeons de cassis, Ribes nigrum, ont dans cette indication une réelle efficacité ; une étude  a révélée une activité anti-inflammatoire liée à une stimulation de la cortico-surrénale très utile en rhumatologie et dans le cadre des allergies. Le bourgeon contient à l'état latent toutes les potentialités de la plante adulte. Chez l'allergique, cette activité cortisone-like permet de limiter l'emploi de médicaments anti-histaminiques et de corticoïdes. Cette plante sera donc utilement prescrite en cas de rhume des foins, d'asthme à répétition, de rhinite allergique.

  • Chez l'adulte : Ribes nigrum macérat glycériné (MG) 1D :  50 à 100 gouttes par jour.
  • Chez l'enfant : Ribes nigrum macérat glycériné (MG) concentré : 5 à 15 gouttes par jour. 

Articles liés 

 

 

Modifié le: 
26/07/2018
par: 
Véronique Baumann
Auteur : Véronique Baumann - Médecin homéopathe - 28/01/2016

À propos de l'auteur

Docteur Véronique Baumann, médecin homéopathe, fondatrice du site Homeophyto.com et auteure d'ouvrages grand public sur l'homéopathie. 

La référence en homéopathie, phytothérapie et médecines complémentaires depuis 1999