L'endométriose

endométriose

Mal au ventre, mal dans le dos, fatigue voire épuisement, et si c’était tout simplement une endométriose !

L’endométriose est une maladie gynécologique fréquente, elle toucherait environ une femme sur 10 en période d’activité génitale à divers degrés.

Pour les patientes, cela va d’une absence totale de symptômes, on parle alors d’endométriose silencieuse, à des douleurs invalidantes voire à une stérilité.

Lucie, 25 ans a toujours vécu ses règles comme un cauchemar, « Je suis pliée en deux au moins 3 jours par mois, j’ai mal au ventre, des crampes, des spasmes, j’ai des douleurs en urinant, en allant à la selle, ET CELA S’AGGRAVE D’ANNÉE EN ANNÉE ». Elle est dynamique, sportive, enjouée, sociable et travailleuse, mais durant ces journées, elle n’est plus elle-même, terrée au fond de son lit quand elle le peut, sinon, elle prend sur elle. Épuisée et irritable en raison des douleurs, méjugée par ses collègues et son entourage, 10 % de sa vie lui sont volés par un mal mystérieux auquel le remplaçant de son médecin vient enfin de donner un nom, l’ENDOMÉTRIOSE.

Mal au ventre, mal dans le dos, douleurs tiraillantes dans les cuisses, fatigue voire épuisement, vos collègues (surtout masculins) « PFFF ! Elle a encore ses règles !!! » … Vous avez tout entendu, « C’est le dos, les nerfs, une mauvaise posture, fais de la sophro et ça passera… ». Et si c’était tout simplement une endométriose !

Isolement social, isolement affectif deviennent souvent corolaires de l’endométriose.

L’endométriose, c’est quoi ? 

Cette maladie touche l’endomètre, tissu qui tapisse l’utérus et dont l’épaisseur varie sous l’influence d’hormones. Plus précisément, sous l’influence des œstrogènes, ce tissu s’épaissit en deuxième partie de cycle en vue de l’implantation de l’œuf fécondé, et s’il n’y a pas de fécondation, il s’élimine, ce sont les règles.

L’endométriose correspond, en langage médical, à une présence hétérotopique d’endomètre. Plus simplement ce tissu, l’endomètre colonise des zones anatomiques autres que l’utérus : les trompes (d’où le risque de stérilité induite), mais également d’autres structures se trouvant dans la cavité abdominale, les ovaires, l’arbre urinaire, le péritoine (pouvant créer brides et adhérences), le rectum, la vessie, le vagin … et ce à des degrés variables selon les patientes.

C’est comme si des mini-utérus se développaient dans des endroits inappropriés dans la cavité abdominale, et comme pour l’utérus en lui-même, ils sont hormono-sensibles ; sous l’influence des œstrogènes ces lésions croissent au cours du cycle, puis saignent au même moment que les règles en laissant des cicatrices fibreuses.

L’endométriose peut également se développer dans l’utérus, à l’intérieur même du muscle, le myomètre. Elle prend dès lors le nom d’adénomyose et peut se présenter sous forme diffuse ou sous forme focale, comme un kyste.

 

Les symptômes

Ce qui complique le diagnostic de cette maladie, c’est que les symptômes sont variables en fonction de la localisation des lésions, de leur étendue, et du terrain propre de la patiente.

Les douleurs

Elles sont d’intensité variable selon l’importance et la localisation des lésions. Ce sont des douleurs la plupart du temps pelviennes, très aiguës, récurrentes (elle se reproduisent tous les mois de manière cycliques). Les rapports sexuels peuvent être douloureux (dyspareunie) même en dehors des règles, de même que le fait d’uriner ou d’aller à la selle.

Les patientes décrivent également des douleurs lombaires, des douleurs dans les cuisses et des douleurs abdominales, un « bearing-down », douleurs pesantes du petit bassin, comme si l’utérus allait sortir.

 

Les troubles de la fertilité

30 à 50 % des femmes atteintes d’endométrioses présenteraient des troubles de la fertilité.

Les mécanismes sont divers, atteinte des trompes, atteinte des ovaires, anomalies de la muqueuses utérine, anomalies hormonales, … et mal expliqués.

Les autres troubles

  • Diarrhées
  • Constipation
  • Alternances diarrhées – constipation
  • Brûlures urinaires
  • Sang dans les urines
  • Et surtout la FATIGUE !!!
    Fatigue physique souvent liée aux saignements, mais surtout fatigue nerveuse pouvant conduire à un état de fatigue chronique puis à un état dépressif.

 

De plus en plus fréquente ou de mieux en mieux diagnostiquée ?

Comme tout ce qui concerne l’intimité de la femme, la science avance lentement.

Pour faire un parallèle, les anatomistes reconnaissent l’existence du clitoris au XVIème   siècle, et jusqu’à la fin du 20ème il se résume au gland recouvert par son capuchon. Son anatomie n’est révélée que depuis une vingtaine d’années.

En ce qui concerne l’endométriose, le diagnostic est souvent tardif et repose sur l’examen gynécologique, l’échographie, éventuellement l’IRM, et finalement la cœlioscopie qui doit être réalisée par un chirurgien expérimenté dans l’endométriose.

C’est finalement le praticien qui écoute, voire entend le mieux sa patiente, généraliste, gynécologue ou autre professionnel de santé, qui fera le diagnostic et le confirmera par les examens complémentaires.

Les cinq « D »

  • Douleurs, surtout pelviennes
  • Dysménorrhées : règles douloureuses
  • Dyspareunie : douleurs lors des rapports sexuels.
  • Dysurie : douleurs en urinant
  • Douleurs à la Défécation

 

Endométriose et homéopathie

Modifié le: 
02/05/2018
par: 
Véronique Baumann
Auteur : Véronique Baumann - Médecin homéopathe - 2/02/2017

À propos de l'auteur

Docteur Véronique Baumann, médecin homéopathe, fondatrice du site Homeophyto.com et auteure d'ouvrages grand public sur l'homéopathie. 

Bibliographie
  • Guermonprez/Pinkas/Torc, Matière médicale homéopathique, Editions Similia (4 mars 2017), ISBN : 978-2842510718
  • D. Demarque, J. Jouanny. Poitevin, Y. Saint-Jean, Pharmacologie et matière médicale homéopathique, CEDH, 3e édition (1 octobre 2009), ISBN : 978-2915668391
  • C. Besnard-Charvet, C. Rocher, Homéopathie en gynécologie, Elsevier Masson (10 juin 2015), ISBN : 978-2294739996
  • C.Charvet, A. Demonceaux, F. Donner, Schémas et protocoles en gynécologie-obstétrique : Thérapeutique Homéopathique, CEDH (5 novembre 2010), ISBN : 978-2915668506
  • A.Holtscherer, M.S.Legros, Pratique homéopathique en gynécologie, Editions Boiron (1 janvier 1994), ISBN : 978-2857421061
  • Boericke , Matière médicale, Editions Similia; Édition : 9e éd. (18 janvier 1999), ISBN : 978-2904928994
  • L. Vannier, J. Poirier, Précis de matière médicale homéopathique, Editions Boiron (7 janvier 1999), ISBN : 978-2857420675
  • D. Grandgeorge, L’esprit du remède homéopathique : Ce que le mal a dit, Editions Narayana (8 mars 2016), ISBN : 978-3955821036
  • P. Barbier, Homéopathie : Petits remèdes retrouvés, Ed. Marco Pietteur (15 janvier 2003), ISBN : 978-2872110872
  • J.E. Poncet, Homéopathie pédiatrique : Thérapeutique en pathologie aiguë, Editions Boiron (31 mai 2002), ISBN : 978-2857420767
  • La femme de 40 à 50 ans : Actes des journées du 29-30 mars 1996, Lyon (Cliniques homéopathiques), Institut Boiron (1997), ISBN : 978-2857421238
  • M. Guermonprez, Homéopathie : Principes – Clinique – Techniques, Editions Similia (9 mai 2017), ISBN : 978-2842510763
  • 
J. Barbancey, Pratique homéopathique en psychopathologie, Editions Similia (18 janvier 1999), ISBN : 978-2904928178
  • 
V. Baumann, Homéopathie pratique : Le guide pour toute la famille, Larousse (21 mars 2018), ISBN : 978-2035948656
  • L. Pommier, Dictionnaire homéopathique, Le Livre de Poche (1986), ISBN : 978-2253038153

 

La référence en homéopathie, phytothérapie et médecines complémentaires depuis 1999