Impatiences ou jambes sans repos, quel médicament homéopathique ?

Expert

jambes sans repos

L'homéopathie pour les impatiences ou jambes sans repos

Le Syndrome des Jambes Sans Repos ou impatiences se caractérise principalement par un besoin irrésistible de bouger les membres inférieurs, souvent associée à des picotements inconfortables, des démangeaisons, des fourmillements, des brûlures voire des douleurs dans les formes les plus accentuées du syndrome.

Rappels

Cela se produit la plupart du temps au coucher, empêchant l'endormissement, ou au repos assis ou allongé. Le patient est alors contraint d'agiter ses jambes pour soulager les symptômes, voire de se lever et de marcher. Parfois, des mouvements involontaires des jambes se produisent la nuit, ce qui perturbe également le sommeil du conjoint.

Il s'agirait d'une maladie neurologique chronique dont le mécanisme lié à un dysfonctionnement dopaminergique et /ou à une anomalie du métabolisme du fer (avec ou sans anémie) n'est pas encore totalement élucidé ; elle est familiale dans 60 % des cas. Toutes les situations entraînant une stase veineuse (chaleur, grossesse...), aggravent le tableau.

le syndrome des jambes sans repos concerne environ 10 % de la population à des degrés divers, allant de la simple gêne au coucher à des douleurs et troubles du sommeil invalidants. Les femmes sont plus souvent atteintes que les hommes, les premières manifestations apparaîssent à l'âge adulte. Il est tout a fait possible de présenter de façon intermittente des symptômes évocateurs de cette pathologie, sans pour autant développer la maladie.

On peut distinguer

  • les formes familiales d'origine génétique
  • les formes secondaires associées à d'autres pathologies ou situations déclenchantes ou agravantes : diabète, grossesse, anémie, médicaments, consommation d'alcool, de café, de thé, de chocolat..., le stress, la fatigue....
  • les formes sans causes différenciées

Le traitement allopathique repose sur la levodopa entre autres, mais son efficacité diminue lors des traitements prolongés, imposant une augmentation des doses.

 

Le traitement homéopathique 

Il fait appel dans tous les cas à

  • Pour les impatiences "classiques" : ZINCUM METALLICUM que l'on peut prescrire en moyenne dilution, 7 à 9 CH, 5 granules matin et soir durant trois mois.

En deuxième intention  

  • Pour tout gêne au niveau des jambes améliorée par le mouvement : RHUS TOXICODENDRON 5CH, 5 granules matin et soir
  • En cas de crampes associées, penser à CUPRUM METALLICUM, en 5CH, 5 granules matin et soir ou en pommade CUPRUM METALLICUM D1, en application sur les jambes avant le coucher.
  • Selon les événements déclenchants (grossesse, chaleur...),  on peut adjoindre au cas par cas : LACHESIS, PULSATILLA... 

 

 

Modifié le: 
07/06/2018
par: 
Véronique Baumann
Auteur : Véronique Baumann - Médecin homéopathe - 11/05/1999

À propos de l'auteur

Docteur Véronique Baumann, médecin homéopathe, fondatrice du site Homeophyto.com et auteure d'ouvrages grand public sur l'homéopathie. 

La référence en homéopathie, phytothérapie et médecines complémentaires depuis 1999