Sélénium

selenium, noix du bresil

Le sélénium est un micro nutriment et un oligo-élément.

Il aurait à
la fois des propriétés anti-inflammatoires
et anti-oxydantes.

Il intervient dans de nombreuses réactions
enzymatiques, notamment la synthèse de l'ADN, des
hormones thyroïdiennes et des phospholipides membranaires,
indispensable au maintien de l'intégrité des
membranes cellulaires.

Propriétés.

Rôle anti-oxydant.

  • Le sélénium intervient comme antioxydant et détoxifiant
    au niveau de la cellule ; il agit contre les effets néfastes des radicaux
    libres, molécules instables, ayant perdu l'un ou plusieurs de leurs électrons
    suite à une exposition solaire, ou la pollution par exemple. Les anti-oxydants
    interviennent en neutralisant en partie ces radicaux libres.
  • Le Sélénium est un constituant de la glutathion peroxydase,
    enzyme qui joue un rôle intracellulaire antioxydant, voisin de celui
    de la vitamine E. Cet effet antioxydant est capital dans la détoxication
    des radicaux libres produits par le métabolisme cellulaire. Cet effet
    de détoxication serait responsable de la réputation anti-cancer
    et anti-vieillissement du Sélénium.
  • L'étude NPC (Nutritional Prevention of Cancer) menée par Clark
    et Coll. a montré, chez des patients ayant reçu une supplémentation
    en sélénium, que la mortalité par cancer avait été réduite
    de 50 %. D'autres études ont montré qu'un déficit en sélénium
    augmentait la mortalité par cancer chez des sujets atteints d'hépatite B
    ou C.
  • L'agrégabilité plaquettaire serait augmentée (facteur de
    risque d'infarctus du myocarde).
  • Il est indispensable à la formation de la partie protéique de la
    capsule du spermatozoïde.

Rôle immuno-modulateur.

Le sélénium est normalement présent en quantités
importantes dans les tissus à
vocation immunitaire comme le foie, la rate et les ganglions lymphatiques.

Une carence en sélénium favoriserait la progression de certaines
infections virales.

On sait par exemple, que chez les sujets infectés
par le VIH, le taux de sélénium dans le sang diminue fortement,
et la quantité de radicaux libres augmente.

Rôle détoxifiant.

Plusieurs classes de substances voient leur toxicité
diminuée par la restauration du pool de Sélénium :

  • Diminution de la toxicité des médicaments anticancéreux
    tels la Doxorubicine, les dérivés de la classe Cis-Platine.
  • Diminution de la cancérogénicité
    de certains produits chimiques.
  • Le Sélénium diminue la gravité
    des lésions produites par les métaux toxiques comme le mercure,
    l'arsenic, le cadmium (cancer du rectum), l'argent, le plomb. Qu'il s'agisse des atteintes
    neurologiques et rénales dues aux composés mercuriels ou d'atteinte
    rénale dues aux composés du platine dans le traitement du cancer. Cette protection est expliquée par la formation de séléniures biologiquement inactifs ou par un phénomène de compétition, comme dans le cas de l'arsenic dont la métabolisation est voisine de celle du Sélénium.

Sélénium et cancer.

Le Sélénium semble avoir un effet protecteur dans les phases
précoces de la cancérogenèse.

Cet effet se marque essentiellement
dans les situations où le stress oxydatif agresse directement la cellule
(poumon avec le tabac et estomac avec les nitrosamines).

Il y a une controverse quant à savoir s'il faut un supplément
pendant la phase de développement du cancer : la séquestration
du Sélénium par la tumeur entraîne une baisse des réserves
de Sélénium pour le reste de l'organisme.

La réponse
est évidente : l'augmentation des réactions inflammatoires et
de la production des différentes cytokines provoque un stress oxydatif
contre lequel il faut continuer à protéger l'organisme. Un
supplément à doses nutritionnelles en Sélénium
et vitamine E ne peut qu'être bénéfique au maintien des
fonctions normales de défense et d'homéostasie.

Ce principe
de maintien de l'homéostasie enzymatique est valable pour l'ensemble
des oligo-éléments.

Les sources de sélénium.

Le corps ne synthétise pas le selenium, nous devons donc le trouver dans notre alimentation.

Le sélénium est présent dans les sols en plus ou moins
grande quantité ; il entre donc dans la chaîne alimentaire par l'intermédiaire
des plantes qui le captent ;

les apports en Europe sont beaucoup plus faibles,
par exemple qu'aux Etats-Unis.

Le sélénium est apporté sous diverses formes à l'organisme
: sa distribution dans l'organisme et sa bio disponibilité dépendent
de la forme ingérée.

  • La sélénométhionine : sources animales et compléments
    alimentaires.
  • La sélénocystéine : source animale surtout.
  • Le sélénate et le sélénite : levures et
    compléments alimentaires.

Des aliments riches en Selenium

Quelques aliments riches en Sélénium

  • Les Noix du Brésil apportent 1 917 microgrammes (mcg) pour 100 g de noix. 100 grammes de mélanges de noix apportent environ 422 mcg.
  • Les fruits de mer et les crustacées : les moules bleues et les bulots apportent 90 mcg de selenium pour 100g
  • Le foie et en particulier le d'agneau : 100 g de ce foie apportent 116 mcg
  • Les poissons dont le poisson empereur (100 g de ce poisson apportent 88 mcg), suivi par le thon en conserve, les anchois en conserve, l'espadon, le hareng mariné (52 mcg de sélénium par portion de 100 g)
  • Les graines de tournesol : 100 g de graines de tournesol apportent 79 mcg de sélénium
  • Le son qu'il soit de riz, d'avoine ou de riz

Les besoins journaliers.

Ces besoins ont été fixés à 55 micro-grammes par jour pour les hommes comme pour les femmes aux États-Unis.

De nombreuses études proposent de monter à une supplémentation
de 100 voire 200 micro-grammes par jour.

La pauvreté de nos sols en Europe et la modification de nos habitudes
alimentaires conduisent à des carences considérables.

Des études
sont encore nécessaires afin de démontrer le bénéfice
d'une supplémentation pour tous ; certains pays comme la Finlande
ont déjà franchi le pas puisque depuis 1984, les engrais sont
enrichis en sélénium dans ce pays.

La toxicité du sélénium.

Les composés de Sélénium les plus toxiques sont les
sels de Sélénium.

Intoxication chronique

On rencontre l'intoxication chronique chez les populations indigènes des régions dont le sol est riche en Sélénium ainsi que dans l'industrie du Sélénium (semi-conducteurs, chimie, parapharmacie cosmétique et dermatologique.).

Le Sélénium peut
être absorbé par inhalation, par ingestion ou par la peau.

Ce
dernier mode de pénétration a fait l'objet d'une
mise en garde concernant l'utilisation de shampooing au Sélénium,
en particulier chez les enfants. Ces shampooings étaient utilisés
pour leurs propriétés de régulation de la sécrétion
de séborrhée au niveau du crâne.

La toxicité du Sélénium est réduite en présence
de vitamine E. Elle est en partie liée
à l'inhibition d'enzymes respiratoires par interférence
avec les groupes soufrés des protéines.

Les signes de l'intoxication chronique sont

Irritation de la peau,
des bronches et des voies respiratoires supérieures, odeur alliacée
des sécrétions, perturbation des enzymes hépatiques,
atteintes cérébrales (convulsion, paralysie, spasmes cloniques).

Les effets toxiques ne s'observent pas si les prises de Sélénium
sont d'un niveau qui correspond aux besoins nutritionnels (40 à 80 µg
par jour).

 

Modifié le: 
11/10/2017
par: 
Véronique Baumann
Auteur : Véronique Baumann - Médecin homéopathe - 7/05/2008

À propos de l'auteur

Docteur Véronique Baumann, médecin homéopathe, fondatrice du site Homeophyto.com et auteure d'ouvrages grand public sur l'homéopathie. 

La référence en homéopathie, phytothérapie et médecines complémentaires depuis 1999