Le miel pour vous guérir

miel

 

Je devrais plutôt dire : Le miel pour vous maintenir en bonne santé et vous guérir, car le miel est d'abord, et avant tout, un aliment qui permet de prévenir nombre de maladies et, seulement ensuite, un "médicament" susceptible de traiter utilement certains troubles et affections. D'où le terme d'aliment-médicament que je lui attribue depuis de nombreuses années. Si toutes les indications que j'énumère ici sont bien réelles, cela ne signifie évidemment pas que le miel est toujours capable, à lui tout seul, de résoudre complètement le trouble ou l'affection envisagée. C'est pourquoi, j'ai indiqué en " caractères gras "toutes les indications majeures où le miel utilisé seul (ou presque) donne en règle d'excellents résultats, et en "caractères italiques" les indications essentielles où le miel donne souvent de bons effets en complément d'un traitement spécifique adapté à la maladie ou au trouble concerné. Ce préalable étant bien établi, je vais vous donner successivement les indications du miel chez le bien-portant et chez la personne atteinte d'un trouble bien déterminé ou d'une affection ayant fait l'objet d'un diagnostic médical précis.

Chez le bien-portant

Le miel est pris dans le but :

  • D'obtenir un meilleur rendement physique, particulièrement chez les sportifs où, par sa double action dynamogénique et stimulante du cœur, le miel augmente l'endurance, favorise la récupération, facilite les efforts répétés ou prolongés, et prévient les défaillances, cela sans aucun effet dopant. Dans cette indication, c'est le miel de trèfle qui s'avère le plus efficace.
  • D'avoir une plus grande résistance à la fatigue physique et intellectuelle à l'occasion de périodes d'activité momentanément plus intense, notamment chez les adolescents à l'occasion d'examens ou de concours.
  • De renforcer le système de défense immunitaire et, ainsi, de mieux résister aux agressions en général.
  • De faciliter la digestion et l'assimilation des autres aliments débouchant sur un meilleur métabolisme général.
  • De complémentariser la ration alimentaire habituelle pour assurer un meilleur équilibre en éléments vitaux indispensables au bon fonctionnement organique.

Chez le mal-portant

Suivant l'origine et la gravité du trouble ou de l'affection en cause, le miel sera pris seul ou associé à d'autres médications indispensables. Je signale tout de suite que, dans beaucoup de ces indications, les effets du miel sont encore plus notables et plus rapides chez les jeunes enfants et les personnes âgées.

Indications générales

  • Les états de fatigue (asthénies) à tous les degrés :

- En cours de maladie ou post-opératoire; - Convalescences médicales ou chirurgicales; - Surmenage et états d'épuisement physique, psychique ou intellectuel; - Asthénie chronique des personnes âgées où le miel fait absolument merveille.

  • Les pertes de l'appétit (anorexies) d'origine physiologique.
  • Les amaigrissements et les états de maigreur, spécialement chez le nourrisson et les jeunes enfants qui réagissent particulièrement bien à la prise de miel, tout en notant que ceux d'entre eux qui ont des difficultés digestives à transformer le saccharose du sucre ordinaire se voient complètement débarrassés de ce problème puisque le miel ne contient pratiquement que des sucres simples : fructose et glucose.

Je ne recommanderai jamais assez de sucrer l'alimentation lactée des nourrissons avec du miel, et de l'intégrer dans leur menus quotidiens quand ils sont plus âgés, ce qui compte tenu de son goût savoureux ne pose aucune difficulté pour, dans un premier temps, le faire accepter, et le faire définitivement adopter ensuite.

  • Les terrains déficients constitutionnels et les états carentiels divers, sources de retard de croissance, d'insuffisance pondérale, de mauvaise dentition, de déminéralisation, etc.

Indications particulières

  • Sphère cardio-vasculaire et sanguine

- Anémie par augmentation du taux d'hémoglobine du sang (ce sont les miels foncés qui sont ici les plus efficaces: bruyère ,sapin, etc.). - Maladies cardiaques en général, où le miel facilite le travail du cœur et augmente sa puissance. - Certaines formes de purpura dont la guérison est parfois spectaculaire.

  • Sphère respiratoire

- Affections O.R.L. , notamment les rhinites, sinusites et coryza spasmodique (rhume des foins), où le miel en rayon consommé avec ses alvéoles de cire s'avère le plus efficace du fait des vertus particulières liées directement à la cire d'abeille, ainsi que les pharyngites et laryngites (souvent sources d'enrouement et d'extinction de voix) où les gargarismes à l'eau miellée sont très efficaces. - Affections broncho-pulmonaires dans leur ensemble en traitement d'appoint. - La toux en général, sous toutes ses formes, en prenant le miel (de préférence d' eucalyptus , de lavande ou de sapin) soit tel quel par cuillerée à café à laisser fondre lentement dans la bouche, soit dissous dans une tasse de lait bien chaud, quatre à cinq fois par jour.

  • Sphère digestive

- Perte de l'appétit du fait de son action légèrement apéritive et la possibilité d'absorber une ration calorique assez forte sous un très faible volume. - Troubles de l'assimilation digestive et insuffisance hépatique (miel de romarin en particulier). - Constipation fonctionnelle, surtout chez l'enfant où la simple intégration de miel à l'alimentation quotidienne suffit pour faire disparaître les paresses intestinales de cet âge. - Certaines infections intestinales.

  • Sphère urinaire

- Chaque fois qu'il y a lieu de favoriser la diurèse (plus spécialement le miel de bruyère), en appoint des médications diurétiques traditionnelles. - Régime diététique de l'insuffisance rénale chronique où il est nécessaire d'augmenter la ration de glucides avec un apport calorique important sous un faible volume, ce à quoi le miel répond exactement.

  • Sphère neuro-psychique

- Nervosisme (miel d'aubépine , d'oranger ou de tilleul en particulier). - État dépressif mineur réactionnel à un mauvais état physique, en appoint d'un traitement à base de plantes stimulantes et régulatrices comme le ginseng. - Certaines formes d' insomnies légères (plus spécialement le miel de tilleul ou d'oranger dans une infusion de la même plante le soir avant de se coucher).

  • Sphère sexuelle

Baisse momentanée de forme sexuelle chez l'homme, où cette excellente préparation à base de miel fait le plus souvent merveille. Mélangez intimement une douzaine et demi de jaunes d'œufs séparés de leurs blancs dans 500 g de miel (romarin ou trèfle de préférence) que vous mettrez dans un pot en verre conservé au réfrigérateur et dans lequel vous puiserez à la demande avec une cuillère à soupe, sans aucune limitation (sauf bien sûr si vous avez un problème de poids), que vous absorberez en laissant fondre lentement dans la bouche, ou en tartinant sur de minces toasts de pain complet. Non seulement c'est délicieux à consommer, mais, en plus, réellement efficace et, grâce à cette simple préparation, vous retrouverez très vite toute votre vigueur si le besoin s'en faisait sentir un jour.

  • Sphère diverse

- Crampes, diurnes ou nocturnes, qui représentent une excellente indication du miel. - Maladies infectieuses fébriles en général. - Rhumatismes chroniques (miel de lavande en association avec du vinaigre de cidre). - Intoxications d'origines diverses où le miel agit comme contrepoison. - Atténuation du taux d'alcoolémie à l'occasion d'un repas trop arrosé, ce qui peut parfois rendre service en permettant de reprendre le volant un peu plus tôt sans présenter de troubles de la vigilance.

  • Voie locale externe

Le miel y trouve de nombreuses indications dermatologiques, en applications locales après nettoyage soigneux selon les principes habituels en usage pour chacune des lésions concernées :

  • Plaie cutanée infectée, Ulcère variqueux, Escarre, Brûlures, Engelures, Gerçures et crevasses pour lesquelles je vous recommande la préparation suivante : 50 g de miel dissous dans une tasse d'eau avec un peu de glycérine, dont vous enduirez les lésions après un léger savonnage à l'eau tiède, et que vous laisserez sécher.
  • Prurit anal où le mélange suivant donne en général de bons résultats : 70 g de miel mélangé à 30 g d' huile d'olive, dont vous enduirez la région tous les soirs au coucher.
  • Sans oublier toutes les indications du miel dans le domaine de l'esthétique, où de nombreuses gammes de produits au miel régénèrent, conservent et prolongent la beauté de la peau en l'adoucissant, en l'hydratant et en la désinfectant.

Après cette longue liste d'indications, vous pouvez constater que le miel justifie pleinement son appellation "d'aliment-médicament". Profitez-en donc aussi sur ce plan en gardant à l'esprit ce vieil adage: " Qui souvent miel prendras, bien mieux se portera et plus vite guérira."  

Par Docteur Yves Donadieu

 

Modifié le: 
11/10/2017
par: 
Véronique Baumann
Auteur : - 9/04/2008
La référence en homéopathie, phytothérapie et médecines complémentaires depuis 1999