Le cheval et les caprices de la meteorologie



Le cheval est sensible à la météo, les médicaments homéopathiques adaptés
Nous savons tous combien le cheval est sensible aux changements de temps, de saisons, d’heure, de lune… sensible à l’humidité, au froid, à la chaleur, au soleil, à l’orage, à la pluie…
A chacune de ces modalités météorologiques peut correspondre l’aggravation ou l’amélioration d’un symptôme, voire même d’un ensemble de symptômes psychiques, généraux, locaux.
Nombreux sont les médicaments homéopathiques qui correspondent à ces modalités. Nous vous indiquerons dans cet article les plus connus, les plus couramment utilisés (dans un prochain article, nous vous indiquerons la composition d’une trousse d’urgence homéopathique idéale).

Jacqueline PEKER, Vétérinaire Homéopathe

La forme granules reste la mieux adaptée au cheval. Il suffit de donner :

  • Dans les cas aigus : 10 granules deux ou trois fois par jour jusqu’à cessation des symptômes.
  • Dans les cas chroniques : 15 à 20 granules deux jours par semaine en une seule fois.
  • Dans les traitements « préventifs » : 15 à 20 granules un jour par semaine.

SENSIBILITE AU FROID

Aggravation

  • ACONIT : l’animal, après une exposition à un froid sec inattendu, est fiévreux pendant quelques heures, agité, anxieux, tremblant, et son rythme cardiaque est accéléré. C’est un médicament d’urgence à donner pendant 24 heures pour stopper l’évolution d’une maladie plus compliquée.
  • CAUSTICUM : l’animal présente des problèmes digestifs (nette tendance aux coliques), de la raideur, une toux aggravée par l’effort et une peau malsaine. Il est toujours aggravé le soir ou vers 3 heures du matin et surtout si le froid est accompagné de vent.
  • CALCAREA CARBONICA : les troubles du métabolisme calcique sont aggravés par le froid, la pluie, la pleine lune.
  • CALCAREA FLUORICA : l’animal qui présente des excroissances osseuses ou periostées, des adénopathies, une hyperlaxité ligamentaire est aggravé par le froid humide.
  • CALCAREA PHOSPHORICA : l’animal présente des douleurs osseuses, des épiphysites, une grande fatigabilité et une fragilité pulmonaire, et est aggravé par le froid humide, l’orage, la fonte des neiges.
  • SEPIA : l’animal épuisé, dépressif, perturbé par des problèmes digestifs (constipation), des dermatoses sèches et squameuses, des infections urinaires, est aggravé par le froid, le temps nuageux et sombre, avant l’orage.

Amélioration

  • BRYONIA : l’animal présente des douleurs aggravées par le moindre mouvement, une grande sécheresse des muqueuses… mais le tout s’améliore avec le froid (même des applications froides).
  • GLONOÏNUM est le médicament du coup de chaleur ou insolation. L’animal est amélioré dans une pièce fraîche et avec des applications sur la tête d’eau froide ou de glaçons.

Le cheval est sensible aux changements de temps, de saisons, d’heure, de lune… sensible à l’humidité, au froid, à la chaleur, au soleil, à l’orage, à la pluie…
Des médicaments homéopathiques sont à disposition.

SENSIBILITE A LA CHALEUR

  • ANTIMONIUM TARTARICUM : dont le malade présente une sclérose pulmonaire et des crises asthmatiformes, est aggravé par la chaleur et les brouillards matinaux.
  • DROSERA dont la toux quinteuse est souvent accompagnée de douleurs osseuses, est aggravé par la chaleur de la nuit, dans un box mal aéré.
  • GELSEMIUM : le malade marqué par le « trac » accompagné de courbatures, est aggravé par un temps chaud, humide, orageux. C’est un médicament à donner avant tous les déplacements, car l’enfermement dans le van aggrave tous les symptômes.

SENSIBILITE AUX COURANTS D’AIR

  • ALLIUM CEPA : le cheval présente au printemps et en été des rhinites s’étendant rapidement vers les voies respiratoires supérieures… toujours aggravées par la chaleur et les courants d’air.
  • NUX VOMICA : le cheval est hyper excitable, agressif, gêné par des troubles gastriques et digestifs. Souvent ces troubles sont provoqués par un abus de médicaments, mais ils sont toujours aggravés par le froid et les courants d’air.

SENSIBILITE AUX CHANGEMENTS DE LUNE

  • CALCAREA CARBONICA aggravé par la pleine lune. Ce médicament peut être donné à titre préventif : une dose ou 20 granules la veille du changement de lune.
  • KALIUM BICHROMICUM : le changement de lune entraîne un état dépressif avec des terreurs nocturnes.
  • SILICEA : hyperesthésie psychique avec phobies, frilosité, suppurations qui s’aggravent à la nouvelle lune.

SENSIBILITE AU VENT

  • CAUSTICUM (cf. sensibilité au froid)
  • EUPHRASIA : la sensibilité au vent entraîne un larmoiement irritant avec conjonctivite et jetage nasal.
  • RHODODENDRON : l’animal est aggravé avant l’orage et les vents violents. Il peut être donné, à titre préventif, en 15 CH – 20 granules – et continuer pendant toute la durée de l’orage ou de la tempête.
  • THUYA : l’animal qui présente une infection génitale chronique, des malformations (lipomes, verrues, papillomes), des obsessions, est aggravé par le vent et l’humidité, tout particulièrement entre 3 heures et 4 heures du matin.

SENSIBILITE AU BORD DE MER OU AU BORD DE L’EAU

  • NATRUM SULFURICUM )

  • DULCAMARA ) sont aggravés au bord de l’eau

  • NATRUM MURIATICUM )
  • LUESINUM est aggravé au bord de mer, alors que MEDORRHINUM y est amélioré
Lire aussi  Cystite, mon ordonnance en homéopathie et en phytothérapie

SENSIBILITE AUX ORAGES

Nombreux sont les chevaux qui ont peur de l’orage et qui se blessent en s’agitant dans leur box.

  • CALCAREA PHOSPHORICA
  • GELSEMIUM
  • LUESINUM
  • MEDORRHINUM
  • NATRUM CARBONICUM
  • PHOSPHORUS (dont l’excitation entraîne le cheval jusqu’à l’épuisement)
  • RHODODENDRON
  • SEPIA

Tous ces médicaments sont aggravés par l’orage (avant – pendant – et plusieurs heures après). Ils seront administrés avant, pendant et même après les orages pour améliorer l’état général.

Tous ces facteurs climatiques peuvent avoir une influence néfaste sur la santé du cheval. Comme toujours en Homéopathie, l’observation méticuleuse est indispensable, mais sachez que vous prescrivez un remède efficace, qui agit vite, sans entraîner de troubles secondaires.

A titre d’exemple, nous vous donnerons la marche à suivre pour l’INSOLATION ou COUP DE CHALEUR, qui est la conséquence d’une exposition à la chaleur, au soleil, l’animal étant privé d’eau.

Les symptômes apparaissent brusquement :

  • Respiration rapide
  • Faiblesse
  • Transpiration
  • Peau sèche
  • Tachycardie
  • Température rectale dépassant 40 °
  • Congestion des muqueuses

Donner immédiatement :

Des applications froides sur la tête et les pieds sont indispensables.

ATTENTION : ces remèdes seront dans votre trousse d’urgence et donnés dès les premiers symptômes. Un drainage hépatico-rénal permet une remise en forme plus rapide.