Asthme, le traitement de terrain en homéopathie

Expert

Trois diathèses participent principalement à l’asthme.

Les médicaments sélectionnés seront prescrits en moyenne à haute dilution, en doses espacées, par exemple hebdomadaires, accompagnés ou non d’un traitement homéopathique d’action locale et d’un traitement complémentaire, draineur et / ou antiallergique.

La psore

Dans ce cas, l’asthme est le plus souvent sec et allergique. Alternances, périodicité, fond anxieux, autant d’indices qui peuvent orienter vers cette série de médicaments.

Les principaux :

  • ARSENICUM ALBUM : crises surtout nocturnes, surtout entre 1 heure et 3 heures du matin avec fond très anxieux.
    • Frilosité et besoin de chaleur.
    • Chez un sujet méticuleux, précis, très aggravé la nuit, il est anxieux lorsqu'il est malade, et craint la mort.
  • CALCAREA CARBONICA : Chez un sujet plutôt râblé, frileux, ayant tendance aux infections ORL à répétition.
  • LYCOPODIUM : Chez un sujet fragile sur le plan digestif et hépatique, consciencieux, scrupuleux, exigeant pour lui-même et les autres. Le tableau général est aggravé en fin d’après-midi.
  • PSORINUM : Il s'agit souvent d'un sujet malade chronique, ou convalescent, amaigri, frileux, désespérant de guérir, mais qui a toujours faim. La peau est malsaine.
    • Maladies chroniques ou à expression périodique (tous les ans à la même période, par exemple, le rhume des foins), ou récidivantes.
    • La frilosité est extrême, le patient se sent incurable. Il est très aggravé l’hiver. Asthme saisonnier.
    • Il faut remarquer que sur ce terrain, l'asthme alterne fréquemment avec l'eczéma, ou qu'il le suit en tant que maladie chronique.
  • SULFUR : Asthme allergique, bronchite chronique, alternant parfois avec d'autres troubles : digestifs et surtout cutanés.
    • Chez un sujet généralement optimiste, souriant, communicatif, craignant la chaleur (thermophobie).

La sycose

Les défenses sont mauvaises, le sujet a tendance à l’infiltration, il est généralement aggravé par temps humide, ou lors des passages de temps sec à temps humide.

  • MEDORRHINUM : asthme souvent infantile et héréditaire, il est amélioré en bord de mer et par temps humide et doux. Asthme d’effort. Le sujet est impatient et précipité.
  • NATRUM SULFURICUM : Asthme : déclenché ou aggravé par temps humide ou lors des passages de temps sec à temps humide ; le patient sent que le temps a changer.
    • Bronchites dans les mêmes circonstances. Hypersécrétion bronchique.
    • Tableau aigu amélioré par une « bonne » selle liquide.
  • THUYA : s'agit d'un sujet infiltré, surtout au niveau des hanches et du bassin, avec de la cellulite en « culotte de cheval ».
    • Asthme aggravé par temps humide.
    • Il sera très souvent prescrit pour des asthmes apparus au décours de traitements « lourds » (antibiothérapies, corticothérapies, …)

Le tuberculinisme

Ce terrain allie fatigue, déminéralisation, désordres immunitaires et instabilité thermique. On retrouve fréquemment une fragilité hépatique, une sensibilité au froid sur le plan des affections rhino-pharyngées, des faiblesses articulaires avec douleurs de croissance.

  • NATRUM MURIATICUM : chez un sujet déshydraté, déminéralisé, soif avec désir de sel. Asthme aggravé de 1 heure à 3 heures du matin.
  • PULSATILLA : dans les suites des rhinopharyngites à répétitions de l’enfance ; toux sèche la nuit, grasse le jour.
    • C'est un sujet au caractère sensible, aux symptômes variables et changeants.
  • PHOSPHORUS : asthme avec toux sèche, violente, douloureuse, brûlante, avec tendance aux hémorragies.
    • Chez un grand hypersensible, cyclothymique, alternant les phases de dépression et d’exaltation.
  • SILICEA : Chez un sujet malade au moindre refroidissement, bronchites à répétition, angines à répétition, otites, maladies pulmonaires chroniques, aggravées au moindre froid.
    • Déminéralisation et tendance à la suppuration.
  • SULFUR IODATUM : chez un sujet maigre malgré un bon appétit, et qui tombe malade facilement.
    • Il présente souvent de nombreux ganglions, surtout au niveau du cou.
    • L’asthme suit souvent les rhinopharyngites à répétitions de l’enfance.
  • TUBERCULINUM : Fragilité respiratoire, avec sensibilité au froid
    • Troubles ORL à répétition chez l’enfant, troubles ORL faisant suite à une vaccination.
    • Bronchites, pneumopathies au moindre froid.

Illustration : PULSATILLA

Modifié le: 
11/10/2017
par: 
Véronique Baumann
Auteur : Véronique Baumann - Médecin homéopathe - 17/08/2005

À propos de l'auteur

Docteur Véronique Baumann, médecin homéopathe, fondatrice du site Homeophyto.com et auteure d'ouvrages grand public sur l'homéopathie. 

La référence en homéopathie, phytothérapie et médecines complémentaires depuis 1999