Planète meuf chez les animaux

cigogne

La rubrique vétérinaire du Dr Marcel

Scientifiquement les jours du mâle humain sont comptés, l'alimentation industrielle riche en produits hormonaux divers augmente la féminisation morphologique. Parallèlement le taux de fécondité du sperme humain diminue dangereusement depuis quelques années. La chaleur agit également sur l'azoospermie ainsi que la mode du futal serré.

Psychologiquement mal dans sa peau, le mâle humain essaye de faire bonne figure devant la montée du féminisme, seule Elisabeth Badinter ose attirer l'attention du public devant ce danger ; mais qui la lit ? Les espèces qui grandissent meurent, tels les dinosaures, piètre consolation pour le petit macho de service plus grand et plus gros que papa.

Beaucoup d'animaux deviennent mâles ou femelles suivant la chaleur (les crocodiles). Dolly, clone femelle a été euthanasiée dans un état pitoyable ; les abeilles capables de faire des bourdons(stériles) par parthénogenèse les tuent. Les pucerons se reproduisent sans mâle, mais les mecs réapparaissent en fin de saison pour assurer la survie de l'espèce, idem chez les daphnies, les bactéries les plus évoluées voient apparaître un simili mâle lorsque les conditions deviennent défavorables.

La femelle punaise n'a pas d'organes génitaux externes. Elle devrait être peinarde, résultat le mâle perfore sa chitine et la féconde par voie péritonéale.

Chez certains vers le mâle n'existe que sous la forme d'un sac spermatique collé à l'orifice génital de la femelle, mais il existe quand même (quelle belle vie !)

Les mâles (mammifères) pourvus de mamelles capables de faire du lait (y compris chez l'homme) possèdent au niveau de la prostate l'équivalent embryologique de l'utérus (utricule prostatique). Ainsi, on trouve chez la chienne un ligament (gubernaculum testis) qui fait descendre les ovaires dans le scrotum, les transformant en testicules. Mâle et femelle sont génétiquement dissemblables, la meuf est homozygote le mec hétérozygote.

Il faut souvent faire des caryotypes tellement certains individus ont un sexe indéterminé.

Il existe même, en médecine vétérinaire, le free martinisme où deux embryons influent mutuellement l'un sur l'autre ; de visu impossible de savoir qui est male ou femelle. Si ça vous intéresse, le mois prochain je continue Dr Marcel.  

Modifié le: 
24/10/2018
par: 
Véronique Baumann
Auteur : - 19/05/2000

À propos de l'auteur

Docteur Marcel, Vétérinaire homéopathe et journaliste. 

La référence en homéopathie, phytothérapie et médecines complémentaires depuis 1999