La prévention de l'allergie chez le nourrisson

nourrisson

Le nombre d'enfants allergiques en Europe et en Amérique du Nord est estimé à 15 % des individus environ. Ce chiffre est en augmentation constante selon diverses études.

  • Si les deux parents sont allergiques, l'enfant a 80 % de chances de devenir allergique.
  • Si l'un des deux parents est allergique, l'enfant a 20 % de chances de devenir allergique.
  • L'enfant à naître a 10 % de chances de devenir allergique si aucun des deux parents ne l'est.

  Pour se sensibiliser, l'enfant doit entrer en contact avec les allergènes. Les premiers sont alimentaires, puis viennent ceux que l'on nomme pneumallergènes ( acariens, pollens, .). Il existe des facteurs qui facilitent l'expression du terrain allergique : pollution, tabagisme passif, infections virales, et selon certains, les vaccinations.

L'alimentation de la mère

Pendant la grossesse

On n'a pas démontré le bénéfice d'un régime hypoallergénique suivi par la maman pendant la grossesse sur le développement de troubles allergiques chez l'enfant à naître. Au contraire, ce type de régime pourrait amener des carences nuisibles à la croissance du petit. des recherches sont en cours sur le sujet.

Pendant l'allaitement

Les nourrissons allaités peuvent réagir à des aliments comme le lait de vache, les œufs ou le poisson ingérés par la mère. Les enfants prédisposés auraient deux fois moins de chance de développer un eczéma si la maman qui allaite évite elle même ce type d'aliments.L'alimentation de l'enfant

Rappelons ici l'intérêt de supplémenter le régime de la maman enceinte en acides gras dit essentiels , et de poursuivre cette mesure durant l'allaitement.

L'alimentation de l'enfant

L'allaitement maternel

Le lait maternel reste le meilleur aliment pour le bébé, tant sur le plan nutritionnel que sur le plan affectif. L'allaitement retarde l'apparition des phénomènes allergiques chez le petit, et il retarde l'apport de protéines étrangères dans l'alimentation. Pour les enfants à risque important, les études ont montré que l'allaitement, pour être réellement bénéfique devait être prolongé : 4 à 6 mois , et devait exclure tout complément par des laits maternisés.

Les laits artificiels

Les laits maternisés apportent autant de protéines bovines que le lait de vache pur. Les laits de soja apportent des protéines végétales contre lesquelles une sensibilisation est possible. Les laits hypoallergéniques ne font que retarder l'apparition de l'allergie.

La diversification de l'alimentation

La diversification précoce ( avant 4 mois ) multiplie par deux le risque d'apparition d'un eczéma avant l'âge de deux ans. Inversement, attendre au moins 6 mois avant d'introduire des aliments autres que le lait diminuerait la fréquence de l'eczéma.  

Il faut retarder la diversification alimentaire, pas avant 6 mois, éviter les œoeufs et le poisson avant l'âge de 1 an, retarder les vaccinations et vérifier la composition des médicaments prescrits par le pédiatre. Les suppléments de vitamine D et de fluor, par exemple, contiennent parfois de l'huile d'arachide souvent impliquée dans l'atopie.

 

Modifié le: 
11/10/2017
par: 
Véronique Baumann
Auteur : Véronique Baumann - Médecin homéopathe - 24/01/2006

À propos de l'auteur

Docteur Véronique Baumann, médecin homéopathe, fondatrice du site Homeophyto.com et auteure d'ouvrages grand public sur l'homéopathie. 

La référence en homéopathie, phytothérapie et médecines complémentaires depuis 1999