Soulager le catarrhe auriculaire des animaux par l'homéopathie

oreille chien

Le catarrhe auriculaire chez l'animal est un syndrome englobant toutes les otites récidivantes et chroniques.
LE Premier diagnostic est fait par le propriétaire : rougeur ou chaleur ou douleur ou accumulation de cérumen grisâtre ou marron ou odeur fétide ou tout à la fois. L’animal secoue sa tête en tous sens ou il la porte penchée sur le côté, parfois l’oreille fait un bruit « de glouglou » parfois présence de l’othématome.

La rubrique vétérinaire du Dr. Marcel

Préambule

  • L’oreille est le seul orifice de l’être vivant que l’on ne peut explorer ni manu militari ni à l’œil, à fortiori à la loupe ou devant la glace… seul un praticien muni d’un otoscope peut faire un diagnostic.Il est donc inutile de vouloir soigner son animal souffrant de catarrhe auriculaire sans diagnostic vétérinaire suivi d'un examen de laboratoire obligatoire.
  • Le coton tige devrait être interdit par la loi (en parler à Sarko) de plus de nombreux individus sont addict à cet ustensile qui offre par son usage intempestif des B.M.W. aux oto-rhinos et vétérinaires, en pédiatrie son usage devrait ressortir du code pénal.
  • Les antibiotiques servent de référence absolue de l’échec thérapeutique : par voie générale 100% d’échec et par voie locale 100% de récidives
  • L’otite interne est du domaine de la chirurgie vétérinaire spécialisée.

Les règles d’hygiène

Comme chez homo (dit) sapiens l’oreille saine est protégée par le cérumen, un coin de serviette propre suffit une fois par semaine, voire une petite éponge chez le cheval qui comme le chat déteste que l’on touche son oreille (mieux vaut s’abstenir.) Seuls les individus (dont je fais partie) ayant souffert longtemps de graves otites auront les oreilles nettoyées avec un gros coton (genre à démaquiller) avec de la glycérine du codex une fois par mois.

Les differents types d'otites

  • L’otite parasitaire (gale des oreilles) existe chez tous les animaux. Chez le chien cette gale est si fréquente qu’elle occasionne un réflexe congénital otopodal : grattez l’oreille de votre toutou, automatiquement sa patte arrière se mettra à bouger frénétiquement. Autrefois dans les meutes on l’appelait épilepsie contagieuse
  • L’othématome : par suite de grattages l’oreille du chien triple de volume (taille d’un œuf)
  • L’otite par corps étranger : fréquente en été et en automne.

Le diagnostic

  • LE Premier diagnostic est fait par le propriétaire : rougeur ou chaleur ou douleur ou accumulation de cérumen grisâtre ou marron ou odeur fétide ou tout à la fois. L’animal secoue sa tête en tous sens ou il la porte penchée sur le côté, parfois l’oreille fait un bruit « de glouglou » parfois présence de l’othématome.
  • Le Second diagnostic (inutile de consulter le potard du coin, la copine qui aime les animaux ou l’ami qui s’y connait) est fait obligatoirement par le vétérinaire muni de son otoscope et éventuellement d’un microscope et de milieux de laboratoire

C’est muni de ce diagnostic que l’on pourra envisager un traitement « bio » homéopathique ou naturothérapique

Les traitements

Les cinq otites suivantes seront traitées chacune en cas de suppuration d’écoulements et d’odeur fétide par TELLURIUM en alternance avec ASA FOETIDA en cas de prurit. En cas d’affaiblissement et de passage à l’état chronique : AVIAIRE uniquement sur prescription d’un homéopathe confirmé

Otite par corps étranger (le plus souvent un épillet de graminée)

  • Avant extraction : par le vétérinaire, arnica montana ou mieux traumasedyl (n.d.) et china
  • Après extraction : Par voie orale : china (2 jours) pyrogenium 5 jours (en cas d’infection)
  • Localement imbiber l’oreille avec glycérine boriquée pendant une semaine

Otite parasitaire ou gale des oreilles

  • Chez le chien chorioptes (ou otodectes) cynotis canis

Localement : glycérine phéniquée, solutions insecticides huileuses du commerce (benzoate de benzyle ou lindane N.B. pas d’angélisme en ce qui concerne le lindane) employer 15 jours puis dix jours d’arrêt et recommencer (destruction des œufs et larves)

Par voie sub lingualePSORINUM pendant un mois, puis un mois par an A VIE.

il est à noter qu’il y a à l’heure actuelle 43 860 Jack Russel (c’est la mode) en France la moitié provient de la connexion drogue- prostitution -élevage en batterie des pays de l’Est (avec transit obligé par la Belgique, vétérinaires marron et pédigrées bidon)….tous sont galeux…Elodie, Lucy et Kevina courez vite chez votre véto!
  • Chez le chat (c.c. felis) en plus perte d’équilibre
  • Chez le furet (c.c.furonis) maladie MORTELLE et silencieuse
  • Chez le lapin gale psoroptique visible à l’œil nu

Chez ces animaux, même traitement que chez le chien même traitement homéopathique MAIS risque grave d’intoxication par les pesticides on préférera le carbaryl, le crotamidon et le terpinéol au lindane

Localement on choisira les solutions glycérinées (iode, crésyl, acide borique), les huiles essentielles délayées en solution huileuse, et surtout le BAUME DU PEROU si vous en trouvez.

  • Chez le cheval : maladie très grave légalement contagieuse à déclaration obligatoire.

Otite mycosique (malassesia pachydermatis)

  • Localement : la glycérine iodée (codex) sera préférée aux antimycosiques de type econazole,
  • JAMAIS DE TRAITEMENT ANTIMYCOSIQUE PAR VOIE GENERALE
  • En homéopathie on peut essayer mucor mucedo ou candidine n.d. (candida albicans)

Otite infectieuse

  • Localement : glycérines comme précédemment, pas d’antibiotiques
  • En homéopathie, selon le résultat du labo on emploiera les nosodes staphylococcinum ou streptococcinum en alternance avec pyrogenium
  • Hepar sulfur donne des résultats stupéfiants mais les dilutions doivent être calculées par un homéopathe confirmé

Otite cérumineuse

  • Accumulation de cérumen sans germes ou parasites pas de traitement : l’hygiène suffit

Otite allergique ou eczémateuse :

  • Neuf fois sur dix d’origine iatrogène (médicamenteuse) le passage à l’homéopathie précédé de nux vomica est une démonstration. (Othématome : traitement chirurgical)  
Modifié le: 
11/10/2017
par: 
Véronique Baumann
Auteur : - 17/05/2005

À propos de l'auteur

Docteur Marcel, Vétérinaire homéopathe et journaliste. 

La référence en homéopathie, phytothérapie et médecines complémentaires depuis 1999