Ce qu'il faut savoir sur la fièvre

fièvre ce qu il faut savoir

Fièvre, rappels et premiers soins

La fièvre est une réaction de défense de l' organisme.
Lors d'une infection, l'hypothalamus est stimulé, et celui-ci élève la température corporelle.

 

La fièvre (température corporelle supérieure à 38,5°C) est utile sur plusieurs plans :

  • Elle perturbe la multiplication des virus par simple action de la température.
  • Elle optimise l'action des globules blancs. Et de nombre d'autres médiateurs immunitaires.
  • Elle ralenti les fonctions digestives, diminue l'appétit, indiquant ainsi à l'organisme qu'il faut se mettre au repos.
  • Elle génère somnolence et apathie, ce qui dans la même logique indique au malade de ne pas gaspiller son énergie

La fièvre est habituellement plus forte chez l'enfant que l'adulte. Son intensité ne correspond pas nécessairement à la gravité de la maladie. Sauf dans les cas graves, ou si elle est élevée, la fièvre ne doit pas être combattue avec des antipyrétiques classiques (paracétamol, aspirine, anti-inflammatoires).

Il faut au contraire la soutenir, la canaliser, agir de manière positive en stimulant les fonctions de défense de l'organisme, avec par exemple les thérapeutiques homéopathiques. Ces médicaments doivent être choisis avec soin et soulager rapidement. Dans le cas contraire, il faut systématiquement consulter.

La fièvre est un symptôme ; il faut donc systématiquement en rechercher la cause, tout particulièrement chez le nourrisson et la personne âgée chez qui l'hyperthermie prolongée est particulièrement nocive. Aux deux extrêmes de la vie, le réflexe de soif peut être absent, or le premier traitement de la fièvre est la réhydratation.

Les autorités de santé préconisent trois mesures simples pour soulager le patient, en association au traitement médicamenteux, 

  • proposer à boire fréquemment, en préférant une boisson bien acceptée par l’enfant à une boisson très fraîche, qui n’entraînera au mieux qu’une baisse limitée de la température
  • ne pas trop couvrir l’enfant
  • aérer la pièce. 

Fièvre et diététique

Le premier médicament de la fièvre est l'eau. Il faut donc proposer très régulièrement une boisson bien acceptée par le patient

Il faut donner au moins un demi-litre de liquide par degré de température supérieur à 38°c,

Et ce en plus des 1,5 à 2 litres habituels, si bien que, par exemple, pour une température de 39°c, il faudra faire boire entre 2,5 et 3 litres d'eau par 24 heures.

  • Il faut limiter les apports alimentaires au maximum durant 48 heures, tant que la fièvre dépasse 38 degrés.
  • Par contre, les boissons doivent être abondantes, eau, thé léger, bouillons. voire solutés de réhydratations, tout particulièrement chez l'enfant et la personne âgée.
  • Si tout va bien, l'on peut réintroduire doucement des aliments plus solides, compotes, potage, soupe de flocons d'avoine +++, le deuxième jour.
  • Les laitages doivent être évités durant deux jours au moins en raison de leur mauvaise digestibilité.

L'habillage

Sauf au stade des frissons, qui équivalent la plupart du temps à la montée de fièvre, il faut laisser le malade se découvrir afin que l'organisme puisse diffuser la chaleur. Le nourrisson, par exemple, pourra ainsi diffuser sa chaleur, évitant ainsi la survenue de convulsions hyperthermiques.

Aérer la pièce

Le bain tiède

Ceci est valable pour le nourrisson, qui est très réactif et chez qui il est nécessaire d'éloigner la température de la zone critique (dès qu'elle atteint 40°) le plus rapidement possible.

La température du bain doit être la température corporelle, moins un à deux degrés. Le malade doit être immergé jusqu'aux oreilles durant 15 minutes environ.  

ANSM : Mise au point sur la prise en charge de la fièvre chez l'enfant

Modifié le: 
10/10/2018
par: 
Véronique Baumann
Auteur : Véronique Baumann - Médecin homéopathe - 7/03/1999

À propos de l'auteur

Docteur Véronique Baumann, médecin homéopathe, fondatrice du site Homeophyto.com et auteure d'ouvrages grand public sur l'homéopathie. 

La référence en homéopathie, phytothérapie et médecines complémentaires depuis 1999