Les dépressions saisonnières

dépression saisonnière

Dépression saisonnière, homéopathie et phytothérapie

Fatigue, manque d’énergie, troubles du sommeil, de la libido, … et si c’était une dépression saisonnière.   Également nommée TAS, Trouble Affectif Saisonnier, les dépressions saisonnières apparaissent généralement d’octobre à mars, mais sont accentuées en novembre et décembre, et une importante fatigue peut conclure l’épisode en avril.

Les signes d’appels

  • Aboulie : mangue d’intérêt, manque d’initiative, envie de Rien
  • Besoin de plus de sommeil et difficultés à se lever le matin.
  • Difficultés de concentration
  • Fatigue et somnolence durant la journée
  • Troubles de la libido
  • Appétit augmenté, désir de sucre, d’aliments réconfortants
  • Prise de poids.

Les solutions

  • S’exposer à la lumière, soit à la lumière naturelle, soit par le biais de la luminothérapie, le principe est d'exposer quotidiennement son visage à une forte luminosité (de 2500 à 10000 lux) pendant 30 minutes et ce du début de l'automne jusqu'au printemps. Pendant la durée de la séance, vous pouvez bien évidemment vaquer à vos occupations. Il existe de nombreuses lampes dans le commerce qu idélivrent le nombre de lux suffisants pour obtenir des résultats positifs en quelques jours seulement. 
  • Tester un réveil simulateur d’aube pour un réveil en douceur en accord avec son propre rythme.
  • Conserver une activité physique régulière
  • Privilégier une alimentation équilibrée : en période hivernales, nous nous tournons plus volontiers vers des aliments généreux, le sucre et dérivés sont mis en avant dans les magasins, la tradition importée d’Halloween, la Saint Nicolas dans les régions est, puis les fêtes sont tant d’occasions de consommer des douceurs,..  Le revers de la médaille, le syndrome métabolique qui fatigue et aggrave un état dépressif sous-jacent. À lire...

Les compléments alimentaires utiles

  • Acides gras essentiels
  • Magnésium
  • Hypericum en phytothérapie : Cette utilisation est très ancienne, et c’est la mise en évidence des principaux principes actifs (Hypericine et Hyperforine) qui a permis de confirmer cette action. L’effet du millepertuis sur les symptômes dépressifs légers à modérés a été confirmé par plus d’une trentaine d’études portant sur plus de 4.000 patients. 
  • On prescrit généralement de la vitamine D : par exemple, une ampoule de 80 000 Ui par mois dès la mauvaise saison chez l'adulte. En effet, selon une étude observationnelle menée au Japon, le risque de développer une dépression serait plus élevé chez les sujets carencés en vitamine D. (concentrations de 25(OH)D inférieures à 30 µg/L)

Mizoue T. et al. Low Serum 25-Hydroxyvitamin D Concentrations Are Associated with Increased Likelihood of Having Depressive Symptoms among Japanese Workers. J. Nutr. Published online December 2014.
 

Modifié le: 
28/10/2018
par: 
Véronique Baumann
Auteur : - 28/10/2015
La référence en homéopathie, phytothérapie et médecines complémentaires depuis 1999