Conservation des plantes aromatiques

plantes aromatiques

Par Christiane LAGRAULET

Il y a différentes méthodes pour conserver les herbes :

La réfrigération, la congélation, le séchage,
des vinaigres, des huiles, des herbes confites dans des gelées, dans
des pots-pourris, des préparations cosmétiques, des huiles
essentielles, etc .

La réfrigération

La réfrigération fonctionne seulement pour quelques jours.

  • Si l'on veut garder les quelques tiges achetées au marché encore
    quelques jours au réfrigérateur, on peut les conserver en versant
    un peu d'eau dans le fond d'un pot et déposer les tiges à l'intérieur,
    le bout coupé trempant dans l'eau. Bien fermer le pot et le ranger au réfrigérateur. Les feuilles doivent cependant être bien sèches sinon elles risquent de brunir.
  • Les plus petites tiges peuvent être enveloppées dans un papier essuie-tout que l'on dépose ensuite dans un sac de plastique bien fermé et que l'on garde au réfrigérateur dans le compartiment à légumes. De cette façon quelques herbes peuvent se conserver jusqu'à 2 semaines.

La congélation

La congélation est souvent préférée au séchage
pour conserver les herbes.

Elle permet de garder la saveur et les huiles
essentielles des plantes même si parfois on doit concéder sur
la texture comme dans le cas du basilic qui devient noir, mais garde tout
de même son goût particulier (à
utiliser dans des plats cuits ou dans des purées
où l'apparence ne dérange pas)

Les herbes qui se conservent le mieux par congélation sont :

L'aneth, le basilic, le baume mélisse, la bourrache, le cerfeuil, le cerfeuil musqué, la ciboulette, la coriandre, l'estragon, la livèche, la marjolaine, toutes les menthes, l'origan, l'oseille, le persil, le romarin, les sarriettes, les sauges et la verveine odorante.

Les tiges d'herbes

Elles peuvent être congelées entières en
les lavant et les séchant avant de les mettre dans des sacs de plastique
au congélateur. Pour utiliser, il s'agit de prendre un morceau, de
hacher et voilà.

On peut aussi congeler des feuilles individuellement.

Il s'agit à ce moment-là de déposer les feuilles sur une plaque à biscuit
et de congeler. Les mettre dans un contenant allant au congélateur
et prendre selon besoin.

Les feuilles peuvent être hachées et congelées dans
de l'eau dans des "plateaux à glaçons".

Il faut environ 1 cuillerée d'eau pour chaque cuillerée
à thé d'herbes. On peut aussi de cette façon congeler les fleurs, comme celles de
la bourrache, tout en les laissant entières.
Les "glaçons d'herbes" sont prêts
à déposés dans les soupes ou les ragoûts ou encore
comme décoration dans des "drinks".

On peut aussi faire une pâte avec de l'huile végétale

On utilise alors de l'huile d'olive ou autre et des herbes, un peu comme du pesto mais sans le fromage,
les noix et l'ail, puis congeler aussi dans des plateaux à glaçons.
Le mélangeur ou encore le robot peut aider à
hacher et mélanger l'huile à raison d'une demi tasse d'huile
pour 2 tasses d'herbes.

Le séchage

Un autre méthode de conservation populaire est le séchage.

Certaines herbes se sèchent mieux que d'autres comme :
Le basilic, l'aneth, l'estragon, le fenouil, la livèche, la menthe, l'origan, le persil, le romarin, la sarriette, la sauge, les pélargoniums odorants et le thym.

Séchage naturel

Les herbes à sécher doivent être cueillies le matin
après que la rosée se soit évaporée, mais avant
que le soleil ne soit trop fort, autrement les huiles essentielles s'évaporent à mesure
que la journée avance.

Couper la quantité nécessaire à traiter pendant une
journée.

Les herbes peuvent être séchées en bouquet (3 ou 5 attachées
par les tiges, la tête en bas) ou étendues sur des moustiquaires
dans un endroit chaud, mais sombre et bien ventilé (grenier - remise
etc.)

La température ne devrait pas être trop chaude (entre 25 et
35°c) autrement les herbes vont "cuire".
La durée pendant laquelle les herbes seront suspendues pour le séchage
dépend de la grosseur du bouquet.

Une fois séchées, les herbes doivent être conservées à l'abri
de la lumière dans des contenants de verre ou de plastique.
La plupart devraient se conserver pendant environ 1 an, mais perdront peu à peu
leur teneur en huile essentielle.

Séchage au four

On peut aussi utiliser le four de la cuisinière en ajustant la température à environ
38°C et en étendant les herbes sur une plaque de cuisson. Laisser
jusqu'au bon dessèchement des feuilles.

Séchage au four micro-onde

Le four à micro-ondes peut aussi être employé. Dans
ce cas, on place une rangée de feuilles à
sécher entre 2 feuilles de papier essuie-tout en laissant le tout
2 ou 3 minutes. La durée dépend des sortes d'herbes à sécher
et à la quantité.

Le vinaigre

Les vinaigres sont généralement faits à
partir de vinaigre de cidre ou de vin blanc ou rouge.

Il faut des bouteilles propres que l'on remplit sans trop
compacter de feuilles d'herbes fraîches que l'on a eu préalable
passées au mélangeur pour laisser s'échapper les arômes
des feuilles.

On remplit la bouteille avec le vinaigre tiède ou
à la température de la pièce (mais non bouillant) et
on bouche (bouchon liège ou quelque chose résistant à l'acidité).

On dépose les bouteilles au soleil et on brasse tous les jours pendant
environ 2 semaines.

Vérifier le goût, si un goût plus fort est désiré, retirer les feuilles d'herbe, en déposer d'autres et recommencer le procédé.

Une fois que l'on a le goût désiré, passer le vinaigre dans un coton à fromage et verser dans une nouvelle bouteille et ajouter une tige d'herbe pour identifier et étiqueter en indiquant la sorte de vinaigre utilisé.

Conserver dans un endroit sombre et utiliser dans les vinaigrettes, marinades et les sauces.

Les herbes utilisées fréquemment pour les vinaigres sont :

L'ail (gousses et vinaigre de vin rouge), l'aneth (graines et vinaigre de
vin rouge), le basilic (feuilles et vinaigre de vin blanc), le baume
mélisse (feuilles et vinaigre de vin blanc), l'estragon (feuilles
et vinaigre de vin blanc), le fenouil (graines et vinaigre de vin rouge), la livèche (racines et vinaigre de vin rouge) , la marjolaine (feuilles et vinaigre de vin blanc), la menthe (feuilles et vinaigre de
cidre), le romarin (feuilles et vinaigre de vin banc), la sanguisorbe
(feuilles et vinaigre de vin blanc), la sarriette (feuilles et vinaigre
de vin blanc)

Les vinaigres à base de graines,

comme l'aneth et le fenouil, se
font de façon presque identique, sauf que l'on ajoute 2 à 3
c. de graines, au lieu de feuilles, que l'on a écrasées au
préalable dans 4 tasses de vinaigre de vin rouge chaud.

Les vinaigres à base de racine

On fait de même avec les racines que l'on ajoute
à raison de 1/2 tasse par 4 tasses de vinaigre de vin rouge bouillant
cette fois-ci.

Pour ce qui est du vinaigre à l'ail,

on ajoute 6
à 8 gousses (pressées) à 4 tasses de vinaigre de vin
rouge (à la température de la pièce)

On laisse environ 24 heures pas plus. - Si le goût n'est pas assez
fort, on recommence avec de nouvelles gousses d'ail.

On peut aussi faire du vinaigre avec des fleurs

Trèfle, lavande,
capucine, rose, fleurs de romarin, fleurs de thym et violette,
le vinaigre se fait de la même façon et est utilisé dans
des salades de fruit.
Il faut au préalable retirer les tiges, les feuilles et ne garder
que les pétales.

Les huiles

Les huiles se font un peu de la même façon que les vinaigres.

Il faut déposer dans un pot large embouchure environ 1/2 tasse de
feuilles d'herbes fraîches écrasées et verser environ
2 tasses d'huile de tournesol ou de carthame.

Il ne faut pas utiliser une huile
avec un goût plus prononcé
comme l'huile d'olive.

Ajouter 2 c. à thé de vinaigre de vin blanc. Couvrir et placer
dans un endroit ensoleillé.

Faire tremper 2 semaines en brassant tous les jours.

Vérifier la saveur de l'huile, si l'on veut un goût plus fort,
recommencer le procédé avec des nouvelles feuilles d'herbes.

Si le goût désiré est atteint, on verse dans des bouteilles propres et identifier.

Conserver
dans un endroit sombre et utiliser dans des vinaigrettes, marinades ou tout simplement avec des légumes.

Le basilic, l'ail,
la marjolaine, la menthe, le romarin, l'estragon, le thym et la sarriette.

Herbes confites

Confire certaines herbes constitue une autre façon de les conserver.
Ces bonbons servent principalement à
décorer gâteau, dessert et breuvage.

Parmi les plantes qui peuvent se conserver ainsi, on retrouve les fleurs
de certaines plantes comme la bourrache, la lavande, la primevère,
les pétales de rose, de romain, de sauge et de violettes.

Il y a aussi les feuilles de baume mélisse, de menthe (sauf celles
de menthe pomme panachée ou Mentha rotundifolia variegata) , de monarde
et de verveine odorante.

On peut aussi confire les tiges d'angélique et de livèche et
certaines racines comme celles du cerfeuil musqué, de la livèche
et de l'angélique.

Comment procéder?

Feuilles et fleurs doivent être cueillies au moment où elles
sont sèches et que la rosée s'est évaporée.

Tiges, queues et la base blanche des fleurs doivent être enlevées.

Prendre un blanc oeuf et le battre légèrement, jusqu'à ce
qu'une mousse se forme .

Tremper chaque fleur, pétale ou feuille dans le liquide, puis dans
du sucre granulé très finement comme le sucre en poudre.

Laisser sécher pendant 24 heures. Puis dissoudre 2 tasses de sucre
dans 1 tasse 1 quart d'eau, amener à une température de 115°C
et écumer si nécessaire.

Refroidir et tremper de nouveau ou verser le sirop sur les fleurs et les
feuilles.

Laisser tremper environ 24 heures, égoutter et saupoudrer de sucre très fin encore et laisser sécher dans un endroit
chaud comme dans un four gardé à une très faible température en laissant la porte ouverte.
Conserver dans des récipients hermétiques.

 

Modifié le: 
11/10/2017
par: 
Véronique Baumann
Auteur : - 10/05/2008

À propos de l'auteur

Christiane Lagraulet

La référence en homéopathie, phytothérapie et médecines complémentaires depuis 1999