Je mange et pourtant je ne grossis pas



Homéopathie et maigreur
Avant tout, en cas de maigreur qui s’installe, il faut consulter ! Une affection organique est parfois en cause !

Pour celles et ceux que l’on oublie en ces mois où l’on ne parle que de régimes. Il peut être parfois tout aussi difficile d’assumer son corps quand il est dépourvu de formes généreuses.

Ce que l’homéopathie peut apporter

  • IODUM : Troubles du métabolisme, avec amaigrissement malgré un grand appétit, sensation de chaleur intense, tachycardie et palpitations. Sensation de chaleur générale. Ces troubles rappellent l’hyperthyroïdie.
  • PSORINUM: a toujours faim, mange beaucoup, n’assimile pas et maigrit. Se lève la nuit pour manger. Chez un sujet très très frileux manquant de réaction.
  • PHOSPHORUS : avec sensation de vide gastrique, vide au niveau de l’abdomen, vide cérébral, de faiblesse, de perte de vitalité. Désire d’aliments et de boissons froids. Faim impérieuse, dès la fin du repas., faim la nuit.
  • NATRUM MURIATICUM: Amaigrissement, malgré un fort appétit, surtout du haut du corps, le visage, le cou, le thorax. Sujet pâle, frileux et fatigable. Chez une femme répondant au type sensible, NATRUM MURIATICUM, en prise quotidienne durant quelques mois, en basse dilution, peut augmenter sensiblement le volume des seins.
  • SILICEA : L’amaigrissement s’accompagne d’une frilosité extrême. Troubles de la croissance et de la nutrition avec altération de l’état général.
  • TUBERCULINUM : fatigue et amaigrissement malgré un appétit conservé ou souvent augmenté. Faim la nuit.
  • CALCAREA PHOSPHORICA: chez un sujet longiligne, adolescent en période de croissance, adulte ou enfant en période de convalescence, faim canine, impérieuse sans prise de poids.

Pour tous ceux qui auraient besoin d’un coup de pouce pour prendre quelques kg :Iodum, psorinum et d’autre médicaments homéopathique peuvent être prescrits