Hypericum perforatum - Millepertuis en phytothérapie

Hypericum perforatum - Millepertuis - Homeophyto

Hypericum - Millepertuis : indications et posologie

Véritable antidépresseur végétal, Hypericum perforatum, le millepertuis, se positionne dans les états dépressifs mineurs.
Cette utilisation est très ancienne, et c’est la mise en évidence des principaux principes actifs (Hypericine et Hyperforine) qui a permis de confirmer cette action.

Présention

C’est une plante très commune, originaire d’Europe, qui se plait dans les sols crayeux et ensoleillés. Elle pousse en larges touffes, formant des tâches solaires dans le paysage. La culture se fait par semis au printemps, ou par division du rhizome en automne. C’est une plante herbacée de 20 à 80 centimètres de haut, à tige raide très ramifiée. Ses feuilles présentent à leur surface de nombreuses vésicules transparentes emplies d’huile essentielle. Les fleurs, jaunes, ont 5 pétales. Le fruit est une capsule ovoïde.

En phytothérapie, on utilise les sommités fleuries : fleurs et jeunes feuilles entourant les inflorescences.

Millepertuis, Herbe aux mille trous, Herbe percée, Barbe de Saint Jean, Chasse Diable.

Usage traditionnel

Les grecs anciens l’utilisaient déjà pour ses vertus cicatrisantes sur les blessures légères. À la fin du moyen âge, on le préconise dans le cadre de troubles psychologiques, anxiété, névrose et états dépressifs. On le retrouve dans les écrits de Dioscoride il y a 2400 ans, plus récemment, il est cité chez Pline l’Ancien, Galien et Hippocrate.

Usages et indications

Dans la nervosité et les états dépressifs mineurs

Cette utilisation est très ancienne, et c’est la mise en évidence des principaux principes actifs (Hypericine et Hyperforine) qui a permis de confirmer cette action. L’effet du millepertuis sur les symptômes dépressifs légers à modérés a été confirmé par plus d’une trentaine d’études portant sur plus de 4.000 patients. Dans ce cadre, l’usage peut être « domestique » ou « médical », ce dernier étant soumis à prescription. Cette segmentation est corrélée à la dose, demander conseil au pharmacien.

  • La teinture-mère : elle est préparée à partir de la plante entière fleurie, et s’utilise à raison de 100 à 200 gouttes par jour, selon les fabricants.
  • L’infusion : 25 grammes de Millepertuis séché ou 35 grammes de Millepertuis frais pour 500 ml d’eau, 2 tasses par jour pour un adulte.
  • Sous forme de gélules : adapter la posologie au dosage, demander conseil au pharmacien.

Les troubles digestifs

Cette plante est un tonique hépatique et biliaire efficace. On le recommande en infusion : 100 ml par jour pour stimuler la digestion.

Propriétés antiseptiques et cicatrisantes

L’huile rouge est obtenue en laissant macérer les sommités fleuries pendant 6 semaines. Par voie externe, elle aide à la cicatrisation des plaies et brûlures superficielles, et soulage les crampes et névralgies, par voie interne elle calme les douleurs d’estomac.  

Les axes de recherche

  • L’effet antidépresseur.
  • L’effet antiviral de l’hypericine, composant responsable e la coloration de l’huile rouge. Il fait l’objet de nombreuses recherches sur le Sida.

Précautions d’emploi

Le Millepertuis peut interagir avec nombre de médicaments :

  • La digoxine, la théophilline, les anti-vitamine K, la ciclosporine
  • Les contraceptifs oraux
  • Certains traitements anticancéreux
  • Les antidépresseurs inhibiteurs de la recapture de la sérotonine.
  • ATTENTION, cette liste n’est pas exhaustive, demandez conseil à votre pharmacien.

Le Millepertuis peut provoquer une photosensibilisation dans certains cas. L’effet se manifeste après 10 à 15 jours. Il est donc recommandé de ne pas s’exposer au soleil pendant le traitement.

Nom latin: 
Hypericum perforatum
Nom usuel: 
Millepertuis
Modifié le: 
23/10/2018
par: 
Véronique Baumann
Auteur : Véronique Baumann - Médecin homéopathe - 23/12/2009

À propos de l'auteur

Docteur Véronique Baumann, médecin homéopathe, fondatrice du site Homeophyto.com et auteure d'ouvrages grand public sur l'homéopathie. 

La référence en homéopathie, phytothérapie et médecines complémentaires depuis 1999