Homéopathie et adaptation scolaire, les enfants fatigués



Traitement homéopathique de la fatigue scolaire
ATTENTION, la fatigue peut avoir des causes physiques, il faut avant tout, devant un épuisement écarter une affection organique. Le rythme scolaire est imposé et déstabilise souvent l’enfant peu après la rentrée. L’émotivité et l’anxiété se greffent sur l’état de fatigue, avec pour corollaire des difficultés scolaires. Ces quelques médicaments homéopathiques sont prescrits la plupart du temps en moyenne à haute dilution, en doses espacées.

La fatigue physique, les essentiels

  • SILICEA : l’enfant est malingre et se fatigue vite. Sa peau est fragile et cicatrise difficilement. Il est vif, intelligent, entêté, mais il est aussi anxieux et craint de ne pas y arriver. Il manque de résistance et les maladies passagères se répètent.
  • CALCAREA PHOSPHORICA : L’enfant grandit par paliers, se plaint de douleurs de croissance, et de fatigue en fin de trimestre. Il est attiré par les aliments fumés et salés. Adolescent, il est longiligne, présente des troubles de la statique vertébrale Il est rêveur, instable. Il est sujet aux infections respiratoires à répétition en automne, hiver et printemps, déclenchées par le froid humide (rhinopharyngites, otites, angines, bronchites).
  • CALCAREA CARBONICA : il est parfois difficile, chez cet enfant, de faire la différence entre fatigue et lenteur. C’est un enfant raide, maladroit, et plutôt lent. Il est ordonné, méthodique, tranquille, aime les collections et le découpage. En classe, il est peu rapide, mais il a une bonne mémoire et est bon en calcul. Il est vulnérable sur le plan ORL.

Un médicament contre la fatigue et l’asthénie qui peut convenir à tous les enfants : la formule C336 en granules

3 granules trois fois par jour, par cures de 3 semaines

La fatigue intellectuelle, les essentiels

  • PHOSPHORICUM ACIDUM: ce remède est classiquement utilisé chez des sujets jeunes, à tendance dépressive, qui, suite à des efforts intellectuels intenses, ressentent une fatigue cérébrale, voire physique, un découragement, une tendance à l’isolement. Dans notre cadre, il pourra être très bénéfique pour stimuler la mémorisation, à condition de l’utiliser en moyenne dilution, soit 7 à 9 H deux prises par jour.
  • KALIUM PHOSPHORICUM : ce remède traite lui aussi les états faisant suite à un surmenage cérébral du par exemple à des programmes d’études surchargés. Les symptômes sont : un sentiment d’incapacité cérébrale, des difficultés de compréhension, des baisses de mémoire, des oublis de mots ou de lettres. L’étudiant ressent des maux de tête pesants, récidivant chaque jour. Le sommeil est perturbé. Sans aller jusqu’à ce tableau, ce remède sera lui aussi très utile en prévention lors de préparation d’examens ou chez un sujet ayant une importante charge de travail intellectuelle.
  • ZINCUM METAL : on constate une fatigue psychique et nerveuse, avec épuisement et abattement. Le sujet est lent, obnubilé, mais présente une agitation physique prédominant au niveau des pieds. Les troubles du sommeil sont fréquents, toujours accompagnés de cette agitation des pieds. À noter une aggravation par l’alcool, surtout le vin blanc, mais ceci ne devrait pas concerner nos petits.
  • ANACARDIUM ORIENTALE : ce remède convient à un sujet qui suite à un effort intellectuel se plaint de céphalées, de fatigue intellectuelle, se montre agressif envers son entourage, et décompense en mangeant.
  • GELSEMIUM : ce remède est souverain dans les états de stress apparentés au trac. Il conviendra tout particulièrement aux veilles d’épreuves orales ou de compétitions sportives. Une prise la veille, ou plusieurs jours avant au coucher si l’état anxieux est manifeste, et une prise le matin de l’épreuve.

En pratique, on peut conseiller le mélange suivant pour affronter ces périodes de travail intense :

  • PHOSPHORICUM ACIDUM 7 CH
  • KALIUM PHOSPHORICUM 7 CH
  • GELSEMIUM 9 CH

3 granules de chaque pris ensemble, trois fois par jour.

On pourra y ajouter en fonction des signes d’appel l’un ou l’autre des autres remèdes évoqués plus haut.

Articles liés

Nous envisagerons ici les solutions en homéopathie pour la fatigue physique (Silicea, calcarea carb…), la fatigue intellectuelle (phosphoricum acidum..)