HARPAGOPHYTUM - Griffe du diable en phytothérapie

fruit harpagogophytum

HARPAGOPHYTUM - Griffe du diable en phytothérapie : indications et posologie

L’Harpagophytum est probablement la plante la plus utilisée en France pour soulager les douleurs articulaires arthrosiques. Efficace et bien tolérée cette plante est aussi fréquemment utilisée pour les douleurs lombaires, musculaires et tendineuses

Botanique

Nom commun : Harpagophytum, Harpagophyton, Griffe du diable, racine de Windhoek

Nom botanique : Harpagophytum procumbens

Famille : Pedaliaceae

  • L’Harpagophytum est une plante vivace à feuille opposée. Son nom Harpagophytum est issu du grec harpagos qui signifie grappin en raison de la forme de son fruit et procumbens en raison de l’aspect rampant puis redressé de la plante.
  • Ses fleurs, de grande taille (4 à 6 cm), sont tubuleuses d’un violet soutenu.
  • fruit d'harpagophytum Son fruit est une capsule garnie d’aiguillons terminés par une couronne de crochet acérés qui blesse les pattes et les sabots des animaux qui se lancent alors une « danse endiablée » pour s’en dégager d'où le nom de griffe du diable.
  • La plante est originaire d’Afrique Australe, Centrale et du Sud. Elle est très répandue dans le veldt du Transvaal. Elle affectionne les chemins, les sols incultes, argileux ou sablonneux. Elle se concentre autour des points d’eau, des fermes, des routes.

Parties actives

La partie active d’Harpagophytum est la racine secondaire tubérisée qui renferme plus de 90% d’eau. La récolte se déroule exclusivement de mars à octobre à l’état sauvage ou cultivée (depuis peu). Les racines secondaires sont alors coupées puis séchées afin d’être utilisées à des fins thérapeutique.

Dans les années 90, l'Harpagophytum a été intensément prélevé ce qui a mis en danger l’espèce dont seule les racines secondaires sont exploitées. Le gouvernement namibien imposa alors un cahier des charges précis avec permis de récolte nominatif afin préserver cette ressource naturelle ; la racine principale est laissée en place et les plantes adultes ne sont exploitées que tous les 2 ans.

Composition de la partie active

  • La racine secondaire renferme des éléments non spécifiques comme des sucres (glucose, saccharose et surtout stachyoses…), des acides gras, des cires, des phytostérols, des flavonoïdes et acide phénols, de l’harpaquinone…
  • L’activité est portée par des glucosides monoterpéniques de la série des iridoïdes :
    • harpagoside,
    • harpagogénine,
    • harpagide,
    • procumbide,
    • procumboside

Propriétés thérapeutiques

  • Anti-inflammatoire selon un mode d’action différents des AINS (anti-inflammatoires non stéroïdiens), faiblement analgésique
  • Propriétés stimulantes et tonifiantes pour le système digestif
  • Propriétés hypoglycémiantes : usage traditionnel de certaines population d’Afrique pour le traitement du diabète de type 2
  • Activité cardiovasculaire
  • Plus récemment des propriétés anticonvulsivantes

Indications

Douleurs des articulations, des muscles et des tendons 

De nombreuses études rapportent un effet bénéfique de l’Harpagophytum chez les rhumatisants par une action sur l’inflammation, la douleur et l’impotence. Pris au long court, l’Harpagophytum  améliore la mobilité, soulage la douleur et favorise la détente musculaire. Il est donc légitimement utilisé dans

  • les affections rhumatismales aiguës telles l'arthrite et la goutte,
  • les pathologies chroniques : arthrose, fibromyalgie, polyarthrite…
  • les douleurs ostéo-articulaires,
  • douleurs du bas du dos (lombaires),
  • douleurs arthrosiques,
  • tendinites,
  • torticolis…

Certains sportifs l'utilisent pour lutter contre les douleurs musculaires et tendineuses.

Digestif

  • Cet usage est surtout revendiqué en Allemagne (commission E) ou l'Harpagophytum est utilisé en traitement du manque d’appétit, de la dyspepsie, de la constipation, des flatulences résultant de la dyspepsie ou de l’aérophagie.
  • L'amertume d'HARPAGOPHYTUM lui confère des vertus stimulantes et tonifiantes pour le système digestif. Il draine l'estomac et la vésicule biliaire. Ces effets pourraient contribuer à son succès dans la prise en charge des affections rhumatologiques. En effet, les rhumatismes chroniques sont souvent considérés par les homéopathes et phytothérapeutes comme étant des maladies de surcharges, conduisant à une mauvaise élimination et assimilation.

Comment utiliser la plante

Dans les douleurs articulaires

  • Privilégier les extrait normalisés d’Harpagophytum que ce soit dans les états inflammatoires chroniques ou aigus, la posologie est variable en fonction de la concentration en Harpagophytum.
  • La durée du traitement est de 15 jours minimum. Il peut être poursuivi pendant 1 à 2 mois voire plus :
    • L’ESCOP recommande 2 à 3 mois de traitement 
    • Les études menées avec l’Harpagophytum le sont sur une durée de 21 jours à 6 mois de traitement.

L'Harpagophytum est réputé pour son absence d’effets indésirables graves, sa bonne tolérance gastrique ce qui permet sont utilisation au long court (voir infra pour ls précautions d'emploi)

Dans les troubles digestifs

  • On préconise la décoction de morceaux de racines coupées (porter à ébullition 10g/l pendant environ 20 minutes, laisser macérer toute la nuit, filtrer et boire dans la journée) et ce malgré son amertume.

Quelques précautions d’emploi

  • La plante est apéritive (stimulation de l’appétit) elle est amère et stimule donc la production d’acides gastriques ce qui rend son usage chez le patient présentant des troubles gastriques à surveiller.
  • L'Harpagophytum a des propriétés hypoglycémiantes, sont utilisation chez le diabétique est donc à surveiller (signes d'hypoglycémie)
  • De la même façon son utilisation chez la femme enceinte ou allaitante, chez le sujet présentant des troubles de la thyroïde, des troubles cardiaques, des troubles de la coagulation ou atteint de calculs biliaires n'est pas recommandé.

Associations intéressantes

  • Harpagophytum et cassis : douleurs articulaires plus ou moins lancinantes récurrentes nécessitant un « déverrouillage matinal »
  • Harpagophytum et prêle ou Harpagophytum et Ortie : déformations articulaires, tendinites
  • Harpagophytum et Bambou : mal de dos

Un peu d'histoire ?

Depuis la nuit des temps, L’Harpagophytum est employée par les Bantous, les Bushmans et les Hottentots sous forme de décoction pour soulager douleurs, troubles gastriques, fièvres…et les guérisseurs, l’utilisent aussi pour soulager les douleurs des parturientes.

La drogue a été introduite en Allemagne au siècle dernier. L’une des premières expérimentations cliniques portant sur l’Harpagophytum chez des patients souffrant de douleurs rhumatismales remonte à 1958 (Iéna). Il faut néanmoins attendre le début des années 80 pour voir émerger l’utilisation massive d’Harpagophytum en Europe occidentale.

Nom latin: 
Harpagophytum
Nom usuel: 
Griffe-du-diable
Modifié le: 
05/11/2018
par: 
Véronique Baumann
Auteur : Véronique Baumann - Médecin homéopathe - 18/08/2010

À propos de l'auteur

Docteur Véronique Baumann, médecin homéopathe, fondatrice du site Homeophyto.com et auteure d'ouvrages grand public sur l'homéopathie. 

La référence en homéopathie, phytothérapie et médecines complémentaires depuis 1999