Gros plan : IODUM en homéopathie

Expert

tableau periodique des elements

L'iode est essentiellement impliqué dans le métabolisme des hormones thyroïdiennes. En déficit, il provoquera une insuffisance thyroïdienne, en excès, une hyperthyroïdie. On le trouve dans le sel de mer et les fruits de mer. La ration recommandée pour l'homme est de 150 microgrammes par jour chez l'adulte. Le médicament IODUM en homéopathie dépasse le cadre de l'hyperthyroïdie ; il faut y penser dès que le métabolisme est accéléré, chez un sujet thermophobe, anxieux et affamé. Les sujets de « type iodum » sont généralement maigres, aux cheveux et yeux bruns, ils ont constamment chaud et faim. Les yeux sont marron et brillants ; le repos, l'inaction et la faim aggravent l'anxiété.

Signes généraux

  • Sensation de chaleur générale avec intolérance à la chaleur ambiante
  • Sensation de faim, appétit augmenté, boulimie, manger soulage l'anxiété
  • Amaigrissement malgré l'augmentation des apports
  • Hypoglycémies réactionnelles, coups de pompe de 11 heures
  • Anxiété, émotivité, agitation fébrile avec tremblement fin, colères impulsives, parfois idées suicidaires. Hypersensibilité au bruit. Hyperactivité, comportement impulsif.
  • Tachycardie, éréthisme cardiaque, palpitations, hypertension artérielle modérée, sensations de battements artériels dans tout le corps.

Aggravation par la chaleur, le soleil, dans un espace confiné, à l'effort, par le café. Amélioration en mangeant, à l'air frais, par le mouvement lent et doux. L'ensemble de ces signes évoque immanquablement un tableau d'hyperthyroïdie, mais IODUM a nombre d'autres indications.

Principales indications en homéopathie

Endocrinologie

  • Hyperthyroïdie : hypermétabolisme avec amaigrissement malgré un appétit conservé ou augmenté. Sensation de chaleur intense, recherche le frais. Goitre hyperthyroïdien, exophtalmie, œil douloureux. Tachycardie aggravée au moindre exercice, surtout en montée (escaliers). Tremblement. Aggravation par le café.
  • en complément des traitements allopathiques ; il est très utile lorsque les traitements dont difficiles à équilibrer. En 15 à 30 CH, une à deux prises par semaine selon résultats.
  • Nodules thyroïdiens indolores en 5 CH, deux prises par jour.

Gynécologie

  • Mastopathie bénigne avec induration indolore
  • Kystes ovariens, surtout du côté droit.
  • Pertes irritantes brûlantes
  • Endométriose. En dilution basse à moyenne, deux prises par jour

 

Appareil respiratoire

  • Rhinopharyngites aiguës et chroniques, avec écoulement nasal irritant, laryngites aiguës accompagnées d'une toux rauque, avec une grande anxiété.
  • Chatouillement laryngé, laryngite douloureuse avec sensation d'étouffement.
  • Rhumes, coryzas aigus et chroniques avec sécrétions irritantes, aggravés le matin .
  • Toux rauques et douloureuses, avec anxiété.

Sur les muqueuses

  • Dans la bouche : gingivite, stomatite, aphtes.
  • Sur le digestif : diarrhées irritantes et glaireuses aggravées par le lait.
  • Diarrhées graisseuses (stéatorrhée) par insuffisance pancréatique.

Chez l'homme

Induration testiculaire, surtout droite, atrophie des testicules

Dermatologie

Acné banale et acné rosacée. Formations de kystes de localisation variée, kyste …

Rhumatologie

Kystes synoviaux, synovites, épanchements du genou.  

Modifié le: 
11/10/2017
par: 
Véronique Baumann
Auteur : Véronique Baumann - Médecin homéopathe - 28/11/2008

À propos de l'auteur

Docteur Véronique Baumann, médecin homéopathe, fondatrice du site Homeophyto.com et auteure d'ouvrages grand public sur l'homéopathie. 

La référence en homéopathie, phytothérapie et médecines complémentaires depuis 1999