Garder la santé grâce à la diététique chinoise

ying yang

En Chine, la diététique a été dans tous les millénaires passés considérée comme faisant partie intégrante de la médecine. La base de cette médecine est de maintenir la santé et non de soigner uniquement les symptômes de maladie. Résultat : l'espérance de vie en Chine est très proche de celle de l'occident et pour un prix de revient 40 fois moins cher !

Savez-vous que, jadis, on consultait le médecin, un fonctionnaire, en dehors de tout symptômes simplement pour être maintenu en bonne santé ? Figurez-vous que ce fonctionnaire était payé sur le nombre de bien-portants. Son salaire baissait au fil des cas de maladie qui se déclaraient... Bien sûr, pour accomplir pleinement sa tâche, il donnait d'importants conseils de nutrition, réalisait des massages, prescrivait des exercices de gymnastique Qi Gong à faire ou des remèdes à base de plantes, voire même, il puncturait. La médecine traditionnelle chinoise considère l'être humain comme un tout, comme un « étage » du macrocosme soumis aux règles d'expansion, de recentrage et de cycles. Les aliments font partie intégrante de ce tout cosmique ! Un légume est vu non pour ses calories mais pour ce que sa saveur et son énergie vont développer dans le corps de tel ou tel individu qui, selon qu'il est yin ou yang, utilisera différemment ses potentiels. Le médecin chinois commence par établir un diagnostic énergétique. Il détermine à quel type de terrain il fait face (Yin ou Yang), si l'état du patient est en phase de plénitude ou plutôt en période vide. Il vérifie aussi l'état de chacune des 12 fonctions énergétiques fondamentales. Le moindre aspect de la personne est important et ira jusqu'à se répercuter sur le choix du mode de cuisson. Par exemple, le boeuf sera utilisé pour stimuler le « vide de Qi ». Il sera conseillé grillé, coupé à petits morceaux, aux terrains Yin et bouilli, en pot au feu, aux terrains Yang.

 

  • Au moment de poser un diagnostic en médecine traditionnelle chinoise, on examine les changements extérieurs afin de déterminer les pathologies des organes internes. C'est-à-dire, on regarde la saison et le climat. Les changements de la nature, qu'ils soient climatiques, saisonniers ou journaliers, influencent directement l'être humain et celui-ci doit s'adapter. S'il n'y parvient pas, alors apparaît une réaction pathologique.
  • L'alimentation permet cette adaptation vitale aux modifications de notre environnement extérieure sur lequel nous n'avons pas prise. Par exemple, pour tous ceux qui vivent près d'un cours d'eau ou dans une région humide, on conseillera une nutrition dite « asséchante » pour éviter des pathologies mais ces choix seront faits selon le terrain yin ou yang de chacun et l'état des fonctions d'énergie, surtout celle de la terre.

Comme le perçoit le médecin chinois, un même traitement peut convenir à une personne dans une situation de vie donnée mais peut produire l'effet inverse chez une autre.

L'adaptation à l'environnement, au patient, est donc la clé d'une bonne réussite et une bonne connaissance des règles de nutrition est décisive.

par Danielle Manavit http://www.institutmanavit.com Sophrologue, esthéticienne, retrouvez les conseils en diététique traditionnelle chinoise  

Modifié le: 
13/04/2018
par: 
Véronique Baumann
Auteur : - 19/07/2002

À propos de l'auteur

Danielle Manavit, diététitienne, sophrologue, pratique l'énergétique chinoise traditionnelle. 

La référence en homéopathie, phytothérapie et médecines complémentaires depuis 1999