Fucus vesiculosus – Fucus, chêne marin en phytothérapie



Fucus vesiculosus en phytothérapie : indications et posologie
Il s’agit d’une plante vivace qui, grâce à ses racines crampons, s’accroche aux rochers le long des côtes maritimes. L’algue se déploie largement et peut atteindre 1 m de longueur. Elle porte des petites vésicules ovales remplies d’air dans les parties membraneuses, et grâce auxquelles elle peut flotter.

Descriptif et habitat

  • Nom commun Varech vésiculeux
  • Nom latin Fucus vesiculosus,
    • Fucus : du latin [fucus] ou du grec [phyco] = teinte rouge extraite des algues.
    • Vesiculosus : du latin [vesica] = petite ampoule, vésicule.
  • Nom anglais Bladderwrack, seawrack, kelp

On la rencontre dans la mer du Nord, dans la Baltique occidentale, dans l’océan Atlantique et dans l’océan Pacifique.

On utilise la plante entière en phytothérapie.

Composition

  • Polyphénols à activité antibiotique.
  • Polysaccharides, mucilages
  • Minéraux
    • Iode : teneur de 0,5 à 1 microgramme d’iode par milligramme de Fucus, soit 0,5 à 1 ‰.
    • Brome, sodium, magnésium, Ca, Fe, K, Na, P et S
  • Protéines (10 %)
  • Caroténoïdes
  • Polyphénols
  • Vitamines : A, B1, B2, B6, B12, PP, C, D3, E, K et phytohormones

Propriétés

  • Anti-ulcéreux : par les alginates
  • Immunostimulant via les polysaccharides
  • L’iode stimule la production d’hormones thyroïdiennes
  • Les alginates sont également utilisés comme hémostatiques locaux (épistaxis, coupures légères)

Indications

  • Carences en iode : 2 cures de trois mois par an, l’apport recommandé journalier en iode est de 150 microgrammes.
  • Hypothyroïdies frustes à TSH limite supérieure, à T4L limite inférieure, sans auto-anticorps : en traitement continu d’une année, et sous surveillance médicale.
  • États de fatigue, convalescence, sénescence, prise de poids sur terrain d’hypométabolisme.
  • Gastrites et ulcères (acide alginique)

Posologies

  • Poudre 100 à 250 mg par jour
  • Extrait fluide : 5 à 15 gouttes par jour
  • Teinture mère : 20 à 50 gouttes par jour
  • Ne pas dépasser 120 microgrammes d’iode (120 à 240 mg de poudre de Fucus) par jour en traitement continu et prolongé

Précautions d’emploi

  • Déconseillé en cas de grossesse et d’allaitement

Contre-indications :

  • Hyperthyroïdie
  • Hypertension, tachycardies, angor
  • Hypersensibilité à l’iode
  • Attention, ne pas utiliser manière prolongée à des doses supérieures à 150 microgrammes, il y a risque d’hyperthyroïdie.

Fucus est une algue riche en iode, elle agit sur le métabolisme.