Être responsable face à sa santé

santé

Jocelyne PFISTER (philosophe) et Angela PALLIE (sophrologue)

 

Nous aimerions développer avec vous lecteurs et internautes, quelques
pensées et pratiques philosophiques et sophrologiques sur la notion
de la responsabilité, en particulier dans le domaine de notre santé.

Nous allons tout d'abord définir les termes suivants être responsable
et santé
. Nous répondrons ensuite aux questions
suivantes :

  • Qu'est-ce être responsable ?
  • Qu'est-ce que la santé ?
  • Sommes nous responsable face à notre santé
    ?

Nous disons d'une personne qu'elle est responsable lorsqu'elle
répond de ses actes, en les assumant totalement, en se reconnaissant
l'auteur.
Pour le philosophe André Comte Sponville, être responsable se
définira ainsi : «
Je suis responsable de tout ce que j'ai fait volontairement, ou de tout ce
que j'ai laissé faire et que j'aurais pu empêcher; ainsi suis-je
responsable de mes erreurs.
Être responsable, c'est pouvoir et devoir répondre de ses actes,
c'est donc assumer le pouvoir qui est le sien, jusque dans ses échecs,
et accepter d'en supporter les conséquences. Seul le très jeune
et le dément y échappent, et cela dit peut être l'essentiel
: la responsabilité est le prix à
payer d'être libre »

La santé est le bon état physiologique d'un être
humain, le fonctionnement régulier et harmonieux de l'organisme pendant
une période appréciable indépendamment des anomalies
et des traumatismes qui n'affectent pas les fonctions vitales (un aveugle,
un manchot peuvent être en bonne santé).

La santé n'est pas seulement l'absence de maladies, de symptômes
pathologiques mais suppose l'absence de menace prévisible et un certain
bien être physique.
Le Dr. Alexis Carrel, prix Nobel de Médecine en 1912,
écrit dans « L'Homme cet Inconnu »
"Il y a deux sortes de santé : la santé
naturelle et la santé artificielle ; nous désirons
la santé naturelle, celle qui vient de la résistance
des tissus aux maladies infectieuses et dégénératives
de l'équilibre du système nerveux, et non
pas la santé artificielle, qui repose sur des régimes
alimentaires, des vaccins, des sérums, des examens
périodiques (.) La médecine remportera
son plus grand triomphe quand elle découvrira les
moyens de nous permettre d'ignorer la maladie, la fatigue
et la crainte. Nous devons donner aux êtres humains,
la liberté et la joie qui viennent de la perfection
des activités organiques et mentales »

 

Pour devenir responsable de notre santé, il faut admettre que nous
ne venons pas tous au monde avec les mêmes chances. Certains viennent
au monde en bonne santé, dans un environnement sécurisant avec
des parents aimants. D'autres ont dès leur naissance des problèmes
de santé et parfois un environnement difficile. Notre responsabilité face à notre
histoire se fait à cet instant.

Il est donné à chacun le pouvoir de se prendre en main. Mais
pour cela il faut peut-être insister davantage sur un apprentissage
depuis notre plus tendre enfance sur le langage du corps par une écoute
attentive de celui-ci.

En effet, nous sommes capables de reconnaître tout de suite la douleur
lorsqu'elle s'installe (mal de dos, mal à la tête.)
parce que nous y sommes attentifs, parce que cela fait mal, mais surtout
parce que nous sommes reconnus dans cette douleur. Nous savons que le degré de
la douleur est une affaire personnelle qui s'exprime différemment
selon les individus.

Ce que nous proposons est un apprentissage à l'envers : apprenons à décoder
un corps en bonne santé
et exprimons à voix haute ce que l'on constate. Nous pouvons
par exemple dire à la personne en face de nous : « Je vois,
que tu te sens bien. Ton corps se tient droit, ta respiration est souple,
ta peau est belle. Cela fait plaisir à voir». Reconnaître
ces sensations chez l'autre signifie que nous sommes déjà capable
de les reconnaître chez nous. Nous développons une autre écoute.
Nous devenons capable de dire lorsque nous avons « bon
à la tête », « bon au ventre ».

Nous acquérons cette capacité à nous responsabiliser
face à notre état général. Nous prenons la liberté de
décider ce qui est juste pour nous.

Notre société met la plupart du temps l'accent sur les
difficultés de la vie en général, sur les temps durs
que nous traversons, tant sur le plan
économique que politique et social. Et cette image transmise par les
divers médias nous touche au plus profond de nous-mêmes. Elle
finit donc par affecter notre santé.

Notre santé est reliée à notre état mental.
Nous aurons tendance à aggraver notre état en nous tracassant
pour toutes sortes de raisons: notre manque d'énergie, ou de motivation,
l'impression de fatigue, la peur de ne plus être à la hauteur
à son travail, ses devoirs. Nous constatons que le système
dans lequel nous vivons nous pousse à
nous déresponsabiliser face à tous ces problèmes,
à ces soucis et bien sûr à notre santé. Pour toutes
ces raisons et bien d'autres encore, apprenons
à devenir. des individus libres et responsables de l'état dans
lequel nous nous trouvons et qu'il nous a été donné d'être.

Il serait temps de nous dire que la vie est faite d'instants difficiles
et d'autres plus faciles et que même si parfois il nous arrive
d'être dépassé
par certains événements nous avons le devoir de réagir,
comme le suggère le pasteur américain noir Jesse Jackson qui,parlant à un
groupe de jeunes dans un quartier défavorisé, leur dit :"Vous
n'êtes pas responsable d'être à terre, mais vous êtes
responsable de vous relever ".

Nous portons ainsi un autre regard. En changeant notre attitude, nous acquérons
une meilleure image de nous-mêmes. Nous devenons finalement acteur
de notre vie. Notre développons notre capacité de ressentir
du plaisir, de prendre des décisions et de les assumer, de se projeter
dans l'avenir avec espoir et finalement être pleinement responsable
de ce potentiel énorme que nous avons : celui d'être BIEN.

Montaigne disait que la santé est « le plus beau et le plus
riche présent que nature nous sache faire"

Pour conclure être responsable signifie:
Savoir accepter ou rejeter les croyances transmises par notre environnement
immédiat : famille et école.
Apprendre à écouter son corps et à
le comprendre.
Savoir développer tout le potentiel qu'il nous est donné.
Accepter de nous prendre en charge et en partant à la découverte
de nous-même.
L'important est de créer un équilibre entre notre mode de vie
et ce qui se présente à
nous.
Nous n'avons qu'une vie, et nous sommes mieux placés que quiconque
pour en prendre soin

« Nous n'avons pas besoin de paraître en bonne santé,
mais de l'être vraiment." Epicure

Prenez soin de vous !

Jocelyne Pfister (philosophe) et Angela Pallie (sophrologue)

Références :.
Epicure, lettres et maximes; ed. puf
André Comte Sponville, dictionnaire philosophique.ed. phf
Montaigne II, 12, III 13

 

Modifié le: 
11/10/2017
par: 
Véronique Baumann
Auteur : Véronique Baumann - Médecin homéopathe - 4/02/2002

À propos de l'auteur

Docteur Véronique Baumann, médecin homéopathe, fondatrice du site Homeophyto.com et auteure d'ouvrages grand public sur l'homéopathie. 

La référence en homéopathie, phytothérapie et médecines complémentaires depuis 1999