Énurésies nocturnes des enfants et homéopathie



Traitement homéopathique de l’énurésie nocturne
Nous parlerons essentiellement de l’énurésie nocturne : émission répétée, involontaire d’urines durant le sommeil chez les enfants âgés d’au moins 5 ans (âge à partir duquel les enfants contrôlent à priori leurs sphincters).

Énurésie, définitions

Avec plus de 10% des enfants de 5 à 7 ans concernés, l’énurésie est un motif de consultation très fréquent chez l’homéopathe. Son traitement pose toujours des problèmes tant sont intriqués les aspects organiques et psychologiques. Il faut la prendre en charge et éviter qu’elle ne génère anxiété, culpabilité voire perte de l’estime de soi chez l’enfant.

Il convient en premier lieu de s’assurer de l’absence de lésion organique : malformation de l’appareil urinaire, infection urinaire chronique… Le médecin, après un examen clinique et un interrogatoire sérieux, jugera de l’utilité de réaliser des examens complémentaires (échographie, analyse d’urines…).

L’énurésie touche plus frequemment les garçons et peut s’intégrer dans différents tableaux cliniques :

L’énurésie primaire : l’enfant n’a jamais été propre

  • L’énurésie isolée, sans manifestation psychopathologique associée : c’est la plus fréquente, elle touche plus volontiers le garçon. Les causes sont une vessie petite, un sommeil trop profond et parfois un léger conflit avec les parents, entretenu par l’énurésie elle même.
  • L’énurésie en rapport avec de troubles du comportement et souvent un environnement familial ou social instable.
  • L’énurésie chez l’enfant en opposition ; elle s’accompagne souvent d’échec scolaire et parfois d’encoprésie (émission involontaire de selles durant la journée).

L’énurésie secondaire : le problème est récent, l’enfant était « propre » auparavant (pendant au moins 6 mois)

  • Là encore, il faut impérativement faire examiner l’enfant ; cela peut être lié à une cause organique, infectieuse ou autre.
  • Plus fréquemment, elle se développe dans un contexte familial particulier : séparation, changement important ou tout autre événement entraînant un sentiment de jalousie.

Énurésie et homéopathie.

On comprend aisément qu’un traitement de fond est indispensable, et celui-ci ne peut être instauré que par un médecin homéopathe.

Énurésie le jour.

  • CAUSTICUM 9 à 15 CH, trois granules matin et soir, lorsque l’enfant ne se sent pas uriner. On retrouve souvent une grande émotivité.
  • ARGENTUM NITRICUM 7 à 9 CH : chez un enfant agité et anxieux qui ne se sent pas uriner. Trois granules matin et soir.

Enurésie lors de la première partie de nuit.

  • CAUSTICUM 9 à 15 CH. Une prise au coucher.
  • CHLORALUM 15 CH : le sommeil est très profond, et le lit inondé ne réveille pas l’enfant. Une prise au coucher.
  • KREOSOTUM 9 CH, l’enfant rêve qu’il urine, le premier sommeil est très profond. Une prise au coucher.
  • SEPIA 9 CH, les urines ont une forte odeur. Une prise au coucher.

Enurésie en fin de nuit.

  • BELLADONNA 9 CH, l’enfant parle et se découvre en dormant, enfant sensible, émotif, nerveux, sujets aux cauchemards, la mistion plutôt après minuit. 5 granules au coucher.
  • CHLORALUM 15 CH.

Il faudra par ailleurs supprimer les couches afin de faire « grandir  » l’enfant.

Enurésie, que faire d’autre ?

  • Face à des pipis au lit qui persistent au delà de 6 ans, il est impératif de consulter un médecin afin d’écarter un trouble organique et de faire du renforcement positif afin de limiter au maximum culpabilité et anxiété.
  • Il peut être interessant en fonction des cas de tenir un carnet des nuits propres, de faire pratiquer de la gymnastique ou réeducation mictionnelle

Le pipi au lit (énurésie) est un problème complexe qui mêle physiologie et psychologie. Au delà du traitement homéopathique des symptômes, des médicaments de fond s’imposent