Dyspareunie et vaginisme, quelles solutions en homéopathie ?

Expert

vaginisme

Les dyspareunies

Ce sont des rapports sexuels douloureux ou difficiles chez les femmes.

Elles peuvent être primaires, c'est à dire depuis toujours, ou secondaires, de survenue plus tardive. Elles peuvent être superficielles ou profondes. Dans tous les cas, le gynécologue doit vérifier qu'aucune cause organique n'occasionne de gêne lors des rapports.

Les dyspareunies superficielles

Elles peuvent être liées à

  • des cicatrices,
  • des malformations de la vulve (très très rares),
  • des problèmes cutanés, mycoses, allergies.

Les dyspareunies profondes

Elles peuvent être également liées à des pathologies gynécologiques,

  • endométriose,
  • infection gynécologique,
  • salpingite.
  • ou tout simplement à de la sécheresse vaginale, 

Mais une fois toutes ces pathologies éliminées restent nombre de dyspareunies qui ne sont que détresse, barrière entre la femme et son partenaire. La dépression est souvent sous-jacente. À l'origine de ce symptôme, on retrouve souvent la peur, peur du rapport sexuel, peur du partenaire masculin.

Le vaginisme

Il s'agit de la contraction réflexe des muscles qui enserrent le vagin à chaque tentative de pénétration. Cette affection est la plupart du temps primaire, mais elle peut être secondaire à un traumatisme comme un viol par exemple. La prise en charge doit être pluridisciplinaire, gynécologique en premier lieu pour éliminer une cause anatomique, et psychologique pour accompagner la patiente dans l'acceptation de son problème, puis dans la guérison.

Ce que l'homéopathie peut apporter

Quelques exemple de remèdes homéopathiques à évoquer selon l'origine de la dyspareunie ou du vaginisme.

POSOLOGIES : Ces médicaments peuvent être pris seuls ou combinés, à raison de 5 granules matin et soir.

Troubles liés à une hypersensibilité locale

  • BERBERIS 9 CH : Vagin brûlant et très sensible. Les rapports sont très douloureux et génèrent de l'aversion. 
  • STAPHYSAGRIA 9 CH : partie génitales très sensibles, prurit (démangeaisons) vulvaire ; coexistence de troubles urinaires.
  • COFFEA CRUDA 9 CH : excitation nerveuse avec intolérance à la douleur.

Sécheresse vaginale

Douleurs spasmodiques

Suite à un traumatisme

  • IGNATIA AMARA 15 CH : vaginisme ou dyspareunie occasionnels survenant après un choc émotif ou affectif, ou lors des premiers rapports sexuels.
  • STAPHYSAGRIA 15 CH : partie génitales très sensibles, prurit (démangeaisons) vulvaire ; coexistence de troubles urinaires.

Avec frigidité

  • SEPIA 15 CH
  • PLATINA 15 CH : hypersensibilité des organes génitaux avec sensation de pression, et aggravation au moindre attouchement ; vaginisme et sensation de défaillance lors desrapports. La frigidité est fréquente mais rarement verbalisée.
  • GELSEMIUM 15 à 30 CH : par trac ou appréhension des rapports.
Modifié le: 
11/10/2017
par: 
Véronique Baumann
Auteur : Véronique Baumann - Médecin homéopathe - 28/07/2008

À propos de l'auteur

Docteur Véronique Baumann, médecin homéopathe, fondatrice du site Homeophyto.com et auteure d'ouvrages grand public sur l'homéopathie. 

La référence en homéopathie, phytothérapie et médecines complémentaires depuis 1999