Diabète et homéopathie

Expert

L'homéopathie pour la prise en charge du syndrome métabolique, ou pour prévenir les complications du diabète

Il sera ici question du diabète de type II, non insulino-dépendant (DNID) dit diabète gras.

 

Le diabète de type 2, rappels

C’est la forme la plus fréquente de diabète, 90 à 95 % des cas. Compte tenu du caractère silencieux de la maladie, environ 20 % des personnes diabétiques entre de 18 à 74 ans ne sont pas diagnostiquées. Ce n’est souvent qu’à un stade évolué de la maladie que les complications apparaissent ; elles concernent principalement les vaisseaux sanguins, artères et micro-vaisseaux, qui sont lésés par l’excès de glucose dans le sang.

Le diabète multiplie par trois à cinq le risque d’infarctus du myocarde, il augmente aussi le risque d’insuffisance rénale, d’amputation d’un membre inférieur ou encore de cécité. Ce type de diabète est liée à l’insulino-résistance, l’insuline continue à être sécrétée par le pancréas mais les récepteurs membranaires y deviennent insensibles.

On retrouve très fréquemment dans les antécédents récents un syndrome métabolique, état pré-diabétique qui fait le lit du diabète maladie. https://www.homeophyto.com/le-sucre-et-la-maladie-metabolique-ou-syndrome-x

Le traitement de référence du diabète de type 2 est la modification des habitudes de vie :

  • Une perte de poids quand elle est nécessaire,
  • Une activité physique régulière
  • Et une alimentation équilibrée

Ces mesures peuvent être suffisantes pour contrôler la glycémie, et ce n’est qu’en cas d’échec de ces mesures qu’un traitement allopathique est prescrit.

Diabète et homéopathie

Le traitement homéopathique ne fait que compléter les mesures hygiéno-diététiques et les traitements antidiabétiques allopathiques.

Nous l’avons dit en introduction, la stratégie thérapeutique en matière de diabète de type 2 passe en premier lieu par la modification des habitudes de vie, et c’est là que l’homéopathie qui traite un individu et non seulement un diabétique prend toute sa place en soutenant le patient dans sa démarche. Un traitement homéopathique bien choisi peut également améliorer le patient sur un plan purement métabolique.

Les grands profils homéopathiques sujets au diabète

 

☛ SULFUR : On décrit le SULFUR FLORIDE, joyeux, optimiste aimant fortement la bonne chair en général. Sur un plan métabolique, c’est un gros mangeur et buveur, qui ressent un fort besoin de sucre. Les malaises hypoglycémiques de 11 heures du matin le caractérise. Il est sujet à l’embonpoint, voire à l’obésité, et particulièrement au syndrome métabolique, et il aura du mal à se restreindre sur le plan alimentaire. Pour le soutenir, SULFUR en 9 CH, 5 granules matin et soir

☛ LYCOPODIUM CLAVATUM: Il a toujours faim, une faim accompagnée de mauvaise humeur, il a besoin de prendre ses repas à heure fixe, mais est très rapidement rassasié. Son désir de sucre est marqué. Le foie est « fragile » et il présente des troubles digestifs (ballonnements) voire des céphalées au moindre écart. Il a moins tendance au surpoids que le profil de type SULFUR, mais la prescription du médicament homéopathique, par exemple en 7 CH, 5 granules matin et soir peut le soutenir dans le cadre de l’état pré-diabétique et du diabète.

☛ BRYONIA ALBA: L’appétit est important surtout pour la viande et les protéines en général. La soif est importante avec un désir de grandes quantités d’eau froide. Refuse les légumes. En 9 CH, 5 granules matin et soir

☛ ARGENTUM NITRICUM: désir compulsive de sucre et de sucreries qui sont mal tolérés sur le plan digestif avec douleurs gastro-œsophagiennes. C’est un sujet plutôt maigre, nerveux, instable et agité. En 9 CH, 5 granules matin et soir.

☛ ARSENICUM ALBUM: C’est un médicament homéopathique généralement indiqué dans l’aggravation d’un état, la rechute. Chez un patient amaigri, anxieux et très frileux. Il conviendra donc, et si le profil général correspond, au patient diabétique en phase d’aggravation. Il est également très pertinent dans la prévention des complications, notamment les artériopathies, le pied diabétique, les rétinopathies voire l’insuffisance coronaire. Traitement du terrain et en accompagnement des traitements conventionnels, en 9 CH, 5 granules par jour.

☛ PHOSPHORUS: l’appétit est important, voire incontrôlable, et la soif est intense. Le pancréas est vulnérable, ainsi que tout le système vasculaire. PHOSPHORUS peut intervenir à tous les stades du diabète, y compris en prévention des complications vasculaires.., des atteintes rénales. Il se prescrit en moyenne à haute dilution, et en prises espacées si le profil correspond, et en basse dilution et en prise quotidienne dans le cadre de la prévention des complications.

 

 

Modifié le: 
07/05/2018
par: 
Véronique Baumann
Auteur : Véronique Baumann - Médecin homéopathe - 14/03/2017

À propos de l'auteur

Docteur Véronique Baumann, médecin homéopathe, fondatrice du site Homeophyto.com et auteure d'ouvrages grand public sur l'homéopathie. 

La référence en homéopathie, phytothérapie et médecines complémentaires depuis 1999