Desmodium ascendens - Desmodium en phytothérapie

Le Desmodium protège et régénère les cellules hépatiques.

Le Desmodium est une plante herbacée présente à l’état sauvage en Amérique du Sud, mais elle pousse également dans d’autres zones tropicales humides, notamment en Afrique de l’Ouest. C’est une plante rampante ou grimpante.
C’est une plante vivace de la famille des fabacées à branches multiples, aux feuilles trilobées et alternes. Les fleurs sont mauve pâle à pourpres, les fruits sont en forme de gousses.
Les parties utilisées en phytothérapie sont la tige et les feuilles récoltées juste avant floraison.

Les principes actifs de Desmodium ascendens

  • Polyphénols : flavonoïdes, tanins
  • Anthocyanosides
  • Alcaloïdes d’isoquinoline (tétrahydroisoquinoléines)
  • Saponosides triterpénoïdiques 
  • Dérivés de la tryptamine

Les propriétés du Desmodium ascendens

Les médecines traditionnelles lui reconnaissent de nombreuses propriétés :

En Amérique latine

On l’emploie comme détoxifiant, anti-inflammatoire, anticonvulsivant, ainsi que comme anti-infectieux, particulièrement dans les infections génito-urinaires.

En Afrique

Dans la médecine traditionnelle africaine, il est recommandé dans l’asthme pour son action anti-histaminique et bronchodilatatrice, ainsi que dans le traitement de la jaunisse. Les guérisseurs africains utilisaient les tiges et les feuilles en décoction pour soigner les hépatites, les allergies (asthme, rhinite, eczéma), mais aussi l’épilepsie…

La phytothérapie moderne

Sur le foie

Elle lui reconnaît des propriétés détoxifiantes et dépuratives, et une action protectrice et régénérative sur les cellules du foie. Il restaure, régularise et renforce la fonction hépatique selon un mode d’action similaire à celui du Chardon marie, Silybum marianum.

Antispasmodique

L’un des composants du Desmodium, la déhydrosoyasaponine I est un activateur des canaux potassiques calcium-dépendants (1). Dans ce cadre, le Desmodium est utilisé dans les hôpitaux du Ghana comme traitement de l’asthme.

Antiallergique, antiasthmatique

Les indications du Desmodium ascendens

Sur le foie

Dans les hépatites

  • Les études sur animaux montrent que le Desmodium ascendens limite la toxicité hépatique induite par le tétrachlorure de carbone (réduction des transaminases) (2). Chez l'homme, on remarque également une réduction marquée des transaminases lors d'hépatites virales aiguës. Le Desmodium est surtout efficace en début de maladie dans la phase d'invasion du virus.
  • Il est aussi préconisé dans les souffrances hépatiques liées à des toxiques comme l’alcool, ou à des médicaments, notamment ceux utilisés lors des chimiothérapies.

Dans la prévention des effets secondaires des médicaments sur les cellules hépatiques

Dans ce cadre, on agit à titre préventif. Le traitement sera alors associé à chaque période de chimiothérapie et sera poursuivi entre les séances si nécessaire.

Dans les dysfonctionnements hépatiques mineurs

Dans l’asthme

Cet usage n’est pas commun en occident, il est effectivement surtout reconnu en Afrique où les praticiens l’utilisent depuis très longtemps dans ce cadre.

Posologies du Desmodium adscendens selon les indications

La posologie pour un adulte se situe

  • Entre 5 et 10 grammes de plante sèche selon les indications
  • Pour ce qui est des extraits secs, ils sont généralement titrés à 6/1 : ce qui signifie qu’un gramme d’extrait sec équivaut à six grammes de poudre de plante ou de plante sèche. Le dosage des comprimés ou des gélules varie selon le fabriquant.

Dans les hépatites

  • Hépatite virale ou hépatite toxique ou dans toutes les indications où l’hépatocyte est atteint (augmentation des transaminases) 
    • Pour un adulte (70 kg), 10 grammes de Desmodium adscendens plante sèche bouillis durant 10 minutes dans 1 litre d’eau (décoction), à répartir dans la journée.
    • 1600 mg d’extraits secs, en comprimés ou en gélules, répartis en trois prises avant les repas

Ce traitement doit être poursuivi jusqu’à disparition des symptômes et retour à la normale des facteurs biologiques, c’est-à-dire 2 à 4 semaines en phase aiguë et 6 à 8 semaines en phase chronique.

  • Prévention des troubles hépatiques liés à la chimiothérapie :
    • 6 à 7g de Desmodium adscendens plante sèche en décoction dans un litre d’eau, et à répartir dans la journée,
    • Ou 1000 mg d’extraits secs, en comprimés ou en gélules, répartis en trois prises avant les repas

Démarrer une semaine avant la chimiothérapie : le prendre pendant 4 jours, arrêter 3 jours avant la cure de chimiothérapie pour éviter les hypothétiques interactions médicamenteuses, et poursuivre pendant une semaine après la chimiothérapie.

Dans les insuffisances hépatiques

  • 6 à 7g de Desmodium adscendens plante sèche en décoction dans un litre d’eau, et à répartir dans la journée,
  • Ou 1000 mg d’extraits secs, en comprimés ou en gélules, répartis en trois prises avant les repas

En cures de un mois

Allergies/asthme

  • 5 g de Desmodium adscendens plante sèche en décoction dans un litre d’eau, à répartir dans la journée
  • Ou 600 mg d’extraits secs, en comprimés ou en gélules, répartis en trois prises avant les repas

En cures de un mois

Dans les cures de détox

Desmodium adscendens est également préconisé dans ce cadre, et à raison de 5 g de Desmodium adscendens plante sèche ou 600 mg d’extraits secs. En cures de un mois

Toxicologie

Des expertises toxicologiques in vitro et in vivo ont été réalisées par le CIT Centre International de Toxicologie, Evreux, (France) et par le Laboratoire des Substances Naturelles Bioactives, équipe ethnobotanique et pharmacologie, Metz (France).

Les résultats n’ont montré ni morbidité ni mortalité pour des doses allant jusqu’à 10 000 mg/Kg par voie orale chez la souris que ce soit en termes de toxicité aiguë, subaiguë et chronique. De plus, il n’a pas été mis en évidence d’éventuels effets mutagènes. Desmodium ascendens apparaît donc comme une plante d’usage sûr, et non toxique aux doses habituelles de prescription.

Associations possibles

  • Avec le Chardon marie pour son action protectrice et régénératrice sur les cellules hépatiques.
  • Avec L’artichaut, cholérétique, cholagogue et diurétique

(1) https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/7685635?dopt=Abstract

(2) Magielse J, Arcoraci T, Breynaert, Dooren I, Kanyanga C, Fransen E., VanHoof V, Vlietinck A, Pieters L, Hermans N, Anti-hepatotoxicactivity of a quantified Desmodium adscendens decoction and D-pinitol against chemically-induced liver damage in rats. Journal of Ethnopharmacology 2013;146:250-56.39. Dharmani P, Mishra PK, Maurya R, Chauhan VS, Palit G. Desmodium gangeticum,

 

Nom latin: 
Desmodium ascendens
Nom usuel: 
Desmodium
Modifié le: 
07/05/2018
par: 
Véronique Baumann
Auteur : Véronique Baumann - Médecin homéopathe - 13/03/2017

À propos de l'auteur

Docteur Véronique Baumann, médecin homéopathe, fondatrice du site Homeophyto.com et auteure d'ouvrages grand public sur l'homéopathie. 

La référence en homéopathie, phytothérapie et médecines complémentaires depuis 1999