Dermatologie vétérinaire et homéopathie, les dermatoses parasitaires

Expert

Gale du chien au microscope

Gale, démodécie... Les solutions en homéopathie vétérinaire dans les parasitoses externes

Les dermatoses parasitaires prurigineuses sont dues à la présence et à la multiplication d’acariens ou d’insectes dans et en surface de la couche cornée. Elles tiennent une place de choix en dermatologie des carnivores de par leur fréquence, leur sous diagnostic actuel, leur gravité médicale et zootechnique, leur contagiosité possible à l’homme pour certaines d’entre elles.

Jacqueline PEKER, vétérinaire homéopathe

Ces dermatoses qui peuvent se rencontrer chez des animaux très jeunes, et qui font l’objet de nombreux traitements plus ou moins actifs, font souvent le lit de la PSORE.

Aucun remède homéopathique n’a d’action antiparasitaire, mais nous lui demanderons de lutter contre les différentes formes du prurit, de calmer l’animal sur le plan nerveux et, si possible, de renforcer son potentiel de défenses naturelles.

Dermatoses provoquées par des ectoparasites de surface :

Les cheyletielloses

Ce sont des acarioses dues à la prolifération à la surface de la peau de cheyletiella yasguri chez le chien, de cheyletiella blakei chez le chat. On les rencontre chez les chiots (york, caniches) et les chats (persan).

Les contaminations humaines sont fréquentes dans plus de 50 % des cas sous forme de prurigo.

Chez le chat, la cheyletiellose se traduit par un prurit intense avec réflexe autopodal souvent positif et un squamosis important sur la tête, le dos et les lombes.

En homéopathie, penser à :

Chez le chat adulte, les lésions cutanées sont plus inflammatoires et entrent dans le cas de la dermatite miliaire. Le traitement repose sur l’application de topiques acaracides.

Les phtirioses

Ce sont des entomoses dues à la multiplication d’insectes apterygotes.

Chez le chien : - Trichodectes Canis - Ligoganthus setosus

Chez le chat : - Felicata subrostratus

Les phtirioses atteignent généralement les jeunes animaux provenant de collectivités ou débilités par une maladie intercurrente.

Sur le plan clinique, elles se traduisent par un prurit essentiellement facial (à la base des oreilles) et un mauvais état général du pelage : PETROLEUM, SULFUR, SILICEA, NATRUM MURIATICUM, CALCAREA CARBONICA de la 5ème à la 9ème CH.

Le traitement repose sur l’utilisation de topiques insecticides.

L’otodectose

C’est une acariose contagieuse commune au chien et au chat due au développement et à la multiplication à la surface du conduit auditif externe d’otodectes cynotis.

Elle est plus fréquente chez le chat. La contagiosité est très importante.

La gale octodectique se traduit cliniquement par une otite, le plus souvent bilatérale, érythromato-cérumineuse, avec présence d’un cérumen sec et brun noirâtre. Le prurit est intense. Des lésions secondaires sont observées : lésions provoquées par le grattage qui s’étendent à la région dorso-lombaire, othématome, voire même rupture de tympan, et syndrome vestibulaire.

Dermatoses provoquées par des ectoparasites vivant dans l’épiderme ou ses annexes

La gale notoédrique

Plus fréquente en Espagne et en Italie, elle est due à l’action de Notoedres cati qui vit dans l’épaisseur de l’épiderme. La contagiosité est très importante, surtout par contact direct aux chats, aux chiens et à l’homme (prurigo). Les animaux malades ou affaiblis sont plus réceptifs. (rôle des oligoéléments).

Les lésions cutanées ont une topographie initiale faciale. Alopécie, érythème, squames, croûtes épaisses, lichenification, pyodermite secondaire sont observées chez les animaux résistant aux traitements. Le traitement allopathique repose sur l’utilisation du fipronil, de l’amitraz.

L’homéopathie cherche là encore à intervenir sur la lésion, sur le prurit, mais aussi sur l’état général du malade.

La gale sarcoptique :

C’est une acariose à caractère infectieux, très contagieuse, due au développement et à la prolifération, sur et dans l’épiderme, de Sarcoptes scabiei var. canis affectant le chien, le chat, l’homme et le cheval.

Actuellement, on oublie la présence constante de cette gale, et on a tendance à mal préciser son diagnostic.

La forme clinique classique se traduit par un prurit intense et l’apparition de lésions cutanées : érythème, papules, boutons de gale, dépilations en moucheture, croûtes, puis lichénification et hyperpigmentation. La topographie lésionnelle est très évocatrice en début d’évolution : la face, les membres, le sternum. Les symptômes généraux peuvent être observés lors de gale ancienne ou sur des chiens âgés. La forme juvénile se manifeste par un prurit discret et un squamosis tronculaire.

La gale « norvégienne », se traduisant principalement par des lésions cutanées très hyperkératosiques, s’observe surtout chez des animaux débilités par une maladie générale. Le traitement topique nécessite une tonte, l’application de shampooings kerato modulateurs, des frictions acaricides (une fois par semaine).

Nous n’avons jamais utilisé de traitements chimiques par voie générale. Par contre, PSORINUM ou SULFUR s’associent bien aux traitements locaux.

La démodécie

C’est une dermatose parasitaire contagieuse due à la multiplication excessive dans les follicules pileux et les glandes sébacées de Demodex canis.

La démodécie juvénile généralisée apparaît à la faveur d’un immunodéficit acquis (Cushing, tumeur…). La prédisposition de la démodécie juvénile est raciale certes, mais elle frappe aussi certaines lignées.

Il n’y a pas ou peu de prurit, et les lésions autour des yeux et sur les membres antérieurs sont caractéristiques, mais la forme généralisée, les pododémodécies sont d’emblée graves, de même que toutes les infections bactériennes secondaires locales ou généralisées.

Une thérapeutique acaricide atopique est indispensable et sera plus efficace sur un animal tondu, mais oligoéléments, draineurs et médicaments homéopathiques veilleront au maintien de la guérison.

Illustration : Sarcoptes scabei
Auteur : Kalumet Wikimedia Commons

Modifié le: 
26/07/2018
par: 
Véronique Baumann
Auteur : Jacqueline PEKER - Auteur - 7/06/2018
La référence en homéopathie, phytothérapie et médecines complémentaires depuis 1999