Défauts de vision et troubles de la convergence

Les défauts de convergence, myopie, hypermétropie, influencent notre façon d'être !

Dans les défauts de vision liés aux problèmes de convergence, on retrouve généralement un terrain familial, une composante héréditaire ; c’est le regard que la famille porte sur le monde.

Dr. Petra Kunze, Ophtalmologiste

La myopie

Dans une famille de myopes, par exemple, on a tendance à être un peu « intellos », à favoriser le côté cérébral des choses et à se renfermer sur soi.

Le myope voit mieux de près, il est à l’aise dans son 1 mètre 50, dans son petit univers. Il n’est pas réellement connecté au monde alentour, il plane un peu, il est peu « incarné », mais il est très capable sur le plan intellectuel, il apprend avec de bonnes capacités de concentration. 

On trouve par exemple plus de myopes dans le corps médical dont les études ont été longues et éprouvantes, parce qu’ils ont cette capacité de concentration. Ils ont en revanche une moindre perception de l’autre, ils sont un peu déconnectés, ce qui est paradoxal pour cette profession.

 

L'hypermétropie

Pour l’hypermétrope, c’est le contraire.

Il est très ancré dans la terre, en rapport avec les autres, toujours entrain de bouger, de communiquer, il rayonne. C’est la caricature du commercial.

 

 

                                                                               

Œil normal

Œil hypermétrope, l’image se focalise en arrière de la rétine

Œil myope, l’image se focalise en avant de la rétine

 

En observant bien le comportement des enfants, on peut déduire s’ils ont une tendance à la myopie ou à l’hypermétropie.

 

L'astigmatisme

L’astigmate, lui, est « tordu », son œil n’est pas de courbure égale, il est plus « ballon de rugby » que « ballon de football », il voit les choses à sa façon, il est en rapport avec la vie à sa manière et c’est ce qui lui donne du charme. Certains astigmates ne portent jamais leur correction, car leur manière de voir le monde leur convient.

 

Il faut, en ce sens, toujours se méfier de la correction chirurgicale de ces défauts. Le résultat de l’opération paraît spectaculaire au premier abord, on voit clair sans lunettes quasi immédiatement, mais le patient peut se trouver perturbé dans son fonctionnement vis à vis du monde. Le myope, par exemple, se sent comme projeté dans le monde, et l’atterrissage peut lui sembler brutal, comme un changement total de paradigme. Nouvelle vue, nouvelle vie !

« J’ai par exemple opéré un musicien de sa myopie, il était auparavant caché chez lui avec son violon. Après l’intervention, il a créé un orchestre, voyagé, donné des concerts dans le monde entier, il s’est fait des amis, il est transformé. »

La vue influence jusqu’à la posture du corps.  Les déficiences oculaires peuvent occasionner des problèmes de genoux, de dos, de pieds.

Les enfants qui ont par exemple des troubles orthopédiques au niveau des pieds doivent impérativement consulter un ophtalmologue.

Il est difficile voire illusoire de vouloir traiter les défauts de vision ; la myopie repose sur «un « œil trop long » sur le plan anatomique.  C’est comme si l’on voulait traiter une personne qui chausse du 45 pour qu’il ne chausse plus que du 40.

Modifié le: 
06/06/2018
par: 
Véronique Baumann
Auteur : - Auteur - 19/09/2016
La référence en homéopathie, phytothérapie et médecines complémentaires depuis 1999