De l'avenir des médecins homéopathes

Samule Hahnemann Portrait

L'homéopathie survivra

Une consœur m'a adressé un courrier dans lequel elle encourage à la mobilisation pour éviter le déremboursement de l'homéopathie en proposant d'écrire au président de la république.


Voici la réponse que j'ai faite !

"Mon analyse est la même que la votre, mais je diffère dans les solutions à apporter. Nous le savons les attaques contre l'homéopathie ne sont rien d'autre que des histoires de lobbies et de politique et ne reposent pas sur des fondements scientifiques, épidémiologiques, sociétaux.

En réalité nous sommes sous le coup d'une décision qui est déjà prise (l'interdiction de pratiquer l'homéopathie par un médecin), c'est juste la mise en œuvre qui prend du temps par ceux qui l'ont décidé, pour ne pas choquer. D'abord on monte en épingle des cas où un patient est mort de mauvais soins d'un homéopathe (ce qui est bien évidemment déplorable, mais n'oublions pas que la iatrogénie chimique est la 4° cause de mortalité aux Etats Unis et représente 4 à 10 % des admissions à l’hôpital) , puis on publie une tribune dans le figaro sur les fake médecines, puis on dérembourse, puis l'ordre supprime la possibilité du titre d'homéopathe, la suite sera l'interdiction pure et simple comme au Canada par exemple.

Pour inverser cela il faudrait un raz-de-marée humain, et cela ne sera pas le cas, car l'opinion a déjà été manipulée.

A ce stade le problème n'est pas le déremboursement ou pas, car de toute façon, l'homéopathie ne coûte pas grand chose. Le déremboursement est une simple étape pour faire accepter par l'opinion qu'il faut supprimer l'homéopathie. Et de toute façon le nombre de médecins homéopathes a déjà sérieusement baissé depuis de nombreuses années, et d'ici à mon avis 5 ans, il n'y aura plus personne. C'est un constat objectif.

Mais l'homéopathie survivra.

Pour moi la solution ne peut être qu'une organisation structurée d'une formation de praticiens de santé homéopathes comme en Allemagne les Heilpraktikers. L'homéopathe sera comme l'ostéopathe non médecin à l'avenir, et il sera plus libre. Et il faudra que le gouvernement reconnaisse le diplôme de façon à ce que la formation soit sérieuse".
Mais les français sont moins pragmatiques que les anglo-saxons, et cela prendra peut être plus de temps.

Dr. Frédéric Schmitt

http://www.simillimum.org/

Modifié le: 
04/11/2019
Auteur : Frédéric Schmitt - Médecin - 4/11/2019

À propos de l'auteur

Médecin homéopathe

http://www.simillimum.org/

La référence en homéopathie, phytothérapie et médecines complémentaires depuis 1999