Constitution phosphorique en homéopathie


 
Constitution phosphorique en homéopathie

La constitution de l’individu représente le terrain fondamental, le matériau de construction, en quelque sorte, sur lequel vont se développer les maladies. Les tissus vivants, en particulier les os et les dents, intègrent dans des proportions et combinaisons variables des éléments tels que carbone, phosphore et fluor.

Les rapports entre ces différents éléments vont déterminer des constitutions ; on en distingue trois :

  • La constitution carbonique.
  • La constitution phosphorique.
  • La constitution fluorique.Un type n’est jamais pur, mais l’on retrouve quasiment toujours un élément dominant. Nous étudierons chaque constitution, et évoquerons les remèdes homéopathiques qui s’y rattachent de préférence.

La constitution fluorique

Chez le nourrisson

Il est grand, le thorax est long, l’abdomen volumineux ; il est vorace, mais interrompt volontiers son repas quand il est distrait. Il a très faim, ou à l’inverse, pourra être sujet à l’anorexie. Plus tard, les repas sont peu importants pour lui ; ils doivent être répétés et stimulants. Il aime la phase de diversification, l’introduction de nouvelles saveurs, mais il aura tendance à être très sélectif. Il préfère les saveurs salées. C’est un enfant précoce et éveillé, très sensible à l’affectif.

Ses points faibles

Les troubles digestifs :

  • Tendance à l’anorexie, surtout si on le force.
  • Vomissements en jet : Ferrum phosphoricum, Arsenicum album, Ignatia.
  • Diarrhées aqueuses.
  • Amaigrissement : Calcarea phosphorica, Natrum muriaticum, Aethusa.
  • Intolérance au lait.
  • Les poussées dentaires : elles sont pénibles et peuvent occasionner des diarrhées.

En homéopathie, la constitution d’un individu représente son terrain fondamental, découvrez la constitution phosphorique et ses remèdes homéopathiques

Le jeune enfant.

Il subit une poussée de croissance vers l’âge de 2-3 ans. Le physique est harmonieux, les dents sont hautes et parfois jaunes. Lycopodium, Silicea, Natrum muriaticum.

  • C’est un enfant précoce, il s’adapte bien, son imagination est vive, mais son travail est irrégulier, il se fatigue vite et peut présenter des céphalées à l’effort.
  • Il s’endort difficilement.
  • Il a une mauvaise régulation thermique, et sera aussi bien sensible au chaud qu’au froid. Il est sujet aux problèmes ORL. Sur le plan du métabolisme, il brûle plus qu’il n’assimile, ce qui explique en partie son aspect longiligne.

Il pourra évoluer vers :

Le grand enfant et l’adolescent.

Il est sensible à l’environnement, et se trouve amélioré, à la montagne, au grand air, et apprécie la détente.

  • Il manque de résistance et peut présenter des pathologies ostéo-articulaires après l’âge de 7 ans : rhumatisme articulaire aigu, scoliose, troubles de l’ossification, déminéralisations.
  • L’appareil respiratoire est fragile, avec en outre une tendance aux rhumes et aux otites.
  • Il est très fatigable.

Évolution.

C’est un sujet inquiet et excitable, sensible, avec une grande curiosité et une imagination vive. Il se décourage rapidement et se fatigue souvent. Les troubles ostéo-articulaires se poursuivent avec une tendance à la décalcification. Cette constitution fait le lit de la spasmophilie.

Le remède type de cette constitution est Calcarea phosphorica.

Articles liés