Comment l’excès de poids affecte votre santé


Un article de Harvard Health

Comment l’excès de poids affecte votre santé

Comprendre les risques accrus pour votre santé

Gros homme vérifiant son poids

L’excès de poids fait plus qu’augmenter votre poids, il augmente votre risque de problèmes de santé majeurs. Les personnes en surpoids ou obèses sont plus susceptibles de souffrir de maladies cardiaques, d’accidents vasculaires cérébraux, de diabète, de cancer et de dépression. Heureusement, perdre du poids peut réduire votre risque de développer certains de ces problèmes.

Le poids et votre santé

Si vous transportez beaucoup de kilos en trop, vous courez un risque supérieur à la moyenne de 50 problèmes de santé différents. Ces problèmes de santé comprennent les principales causes de décès au pays – les maladies cardiaques, les accidents vasculaires cérébraux, le diabète et certains cancers – ainsi que des affections moins courantes telles que la goutte et les calculs biliaires. Peut-être encore plus convaincant est le lien étroit entre l’excès de poids et la dépression, car ce trouble de l’humeur courant peut avoir un impact négatif profond sur votre vie quotidienne.

Une étude de Harvard qui a combiné les données de plus de 50 000 hommes (participants à l’étude de suivi des professionnels de la santé) et de plus de 120 000 femmes (de l’étude sur la santé des infirmières) a révélé des statistiques qui donnent à réfléchir sur le poids et la santé.

Les volontaires ont fourni leur taille et leur poids, ainsi que des détails sur leur régime alimentaire, leurs habitudes de santé et leurs antécédents médicaux. Les chercheurs ont suivi les volontaires pendant plus de 10 ans. Ils ont noté la survenue de maladies et ont comparé ces développements avec l’indice de masse corporelle (IMC) de chaque sujet – une estimation de la graisse corporelle relative d’un individu calculée à partir de sa taille et de son poids).

L’obésité a multiplié par 20 le risque de diabète et a considérablement augmenté le risque de développer une hypertension artérielle, une maladie cardiaque, un accident vasculaire cérébral et des calculs biliaires. Parmi les personnes en surpoids ou obèses, il y avait une relation directe entre l’IMC et le risque : plus l’IMC est élevé, plus la probabilité de maladie est élevée.

Thérapie en ligne abordable

Obtenez l’aide professionnelle du réseau de thérapeutes agréés de BetterHelp.

TROUVER UN THÉRAPEUTE MAINTENANT

HelpGuide est pris en charge par le lecteur. Nous pouvons recevoir une commission si vous vous inscrivez à BetterHelp via le lien fourni. Apprendre encore plus.

Besoin d’une aide urgente ? Cliquez ici.

L’excès de poids cause de nombreux problèmes de santé

Prise de poids excessive

Poids et dépression

Les gens prennent-ils du poids parce qu’ils sont déprimés ou deviennent-ils déprimés parce qu’ils sont en surpoids ? Un examen de 15 études a trouvé des preuves que les deux scénarios sont probablement vrais. L’étude, publiée en 2010 dans les Archives of General Psychiatry, a révélé que les personnes obèses ont un risque 55% plus élevé de développer une dépression au fil du temps par rapport aux personnes de poids normal. Voici quelques raisons pour lesquelles l’obésité peut augmenter le risque de dépression :

  • Les deux conditions semblent provenir (au moins en partie) d’altérations de la chimie du cerveau et de la fonction en réponse au stress.
  • Des facteurs psychologiques sont également plausibles. Dans notre culture, mince est synonyme de beauté, et le surpoids peut réduire l’estime de soi, un déclencheur connu de la dépression.
  • Les habitudes alimentaires étranges et les troubles de l’alimentation, ainsi que l’inconfort physique d’être obèse, sont connus pour favoriser la dépression.

L’étude a également révélé que les personnes déprimées ont un risque 58% plus élevé de devenir obèses. Voici quelques raisons pour lesquelles la dépression peut mener à l’obésité :

  • Selon une théorie, des niveaux élevés de cortisol, l’hormone du stress (courante chez les personnes souffrant de dépression), peuvent altérer les substances dans les cellules graisseuses qui rendent plus probable l’accumulation de graisse, en particulier dans le ventre.
  • Les personnes qui se sentent déprimées se sentent souvent trop bleues pour manger correctement et faire de l’exercice régulièrement, ce qui les rend plus susceptibles de prendre du poids.
  • Certains médicaments utilisés pour traiter la dépression entraînent une prise de poids.
  • Apnée du sommeil : pourquoi le ronflement peut être grave

    Si vous ronflez bruyamment et arrêtez temporairement de respirer plusieurs fois pendant la nuit, en vous réveillant soudainement avec un grognement ou un étouffement, vous souffrez probablement d’apnée du sommeil, un trouble courant qui est plus répandu avec le surpoids et l’obésité.

    Votre compagnon de lit remarquera probablement ces symptômes, alors que vous ne le remarquerez peut-être pas. Les personnes souffrant d’apnée du sommeil ne réalisent pas qu’elles ont été réveillées parce qu’elles ne deviennent pas pleinement conscientes, mais ces réveils peuvent perturber le sommeil. Non seulement l’apnée du sommeil entraîne souvent une somnolence diurne, mais elle augmente également le risque d’hypertension artérielle, de crise cardiaque et d’accident vasculaire cérébral.

    Poids, maladies cardiaques et accidents vasculaires cérébraux

    Certains des problèmes les plus courants observés chez les personnes en surpoids, tels que l’hypertension artérielle et des taux malsains de cholestérol et d’autres graisses dans le sang, ont tendance à se produire ensemble. Les deux peuvent entraîner des problèmes de santé concomitants, à savoir les maladies cardiaques et les accidents vasculaires cérébraux.

    L’hypertension artérielle est environ six fois plus fréquente chez les personnes obèses que chez celles qui sont maigres. Selon l’American Heart Association, un excès de poids de 22 livres augmente la pression artérielle systolique (le premier chiffre d’une lecture) d’une moyenne de 3 millimètres de mercure (mm Hg) et la pression artérielle diastolique (le deuxième chiffre) d’une moyenne de 2,3. mm Hg, ce qui se traduit par une augmentation de 24 % du risque d’AVC.

    Une étude de 2007 dans Archives of Internal Medicine a examiné le lien entre le poids et les maladies cardiaques en regroupant les résultats de 21 études différentes impliquant plus de 300 000 personnes. L’étude a trouvé:

    • Le surpoids augmente le risque de maladie cardiaque de 32 %
    • L’obésité augmentait le risque de 81%

    Bien que les effets néfastes du surpoids sur la tension artérielle et le taux de cholestérol puissent représenter 45 % du risque accru de maladie cardiaque, même un excès de poids modeste peut augmenter les risques de maladie cardiaque indépendamment de ces risques bien connus, ont conclu les auteurs.

    Par rapport aux personnes de poids normal, les personnes en surpoids courent un risque d’AVC 22 % plus élevé. Pour ceux qui sont obèses, le risque accru s’élève à 64%, selon un rapport de 2010 dans la revue Stroke, qui a regroupé les résultats de 25 études impliquant plus de deux millions de personnes.

    Poids et diabète

    Le surpoids et l’obésité sont si étroitement liés au diabète que les experts ont inventé le terme « diabésité » pour décrire le phénomène. Environ 90 % des personnes atteintes de diabète de type 2 (la forme la plus courante de la maladie) sont en surpoids ou obèses. L’incidence du diabète a augmenté de façon spectaculaire – de près de 65 % – entre 1996 et 2006.

    Un taux élevé de sucre dans le sang, caractéristique du diabète, est l’une des caractéristiques du syndrome métabolique. S’il n’est pas traité ou mal contrôlé, le diabète peut entraîner un certain nombre de problèmes de santé graves, notamment l’insuffisance rénale, la cécité et l’amputation des pieds ou des jambes. Le diabète est actuellement la septième cause de décès aux États-Unis.

    Avez-vous un syndrome métabolique?

    Le syndrome métabolique, un groupe de conditions qui se produisent ensemble, augmente également le risque de maladie cardiaque, d’accident vasculaire cérébral et de diabète. L’une des principales caractéristiques est l’obésité abdominale. Si vous avez ce problème, vous êtes plus susceptible d’avoir les autres caractéristiques.

    Vous avez un syndrome métabolique si vous avez au moins trois de ces cinq traits :

    • Grosse taille. Un tour de taille de plus de 35 pouces chez les femmes ou de 40 pouces chez les hommes.
    • Triglycérides élevés. Un taux de triglycérides sanguins à jeun de 150 milligrammes/décilitre (mg/dL) ou plus.
    • Faible HDL. Un HDL (« bon ») cholestérol inférieur à 40 mg/dL chez l’homme ou inférieur à 50 mg/dL chez la femme.
    • Hypertension artérielle. Une pression artérielle systolique (le nombre supérieur d’une lecture) de 130 mm Hg ou plus, ou diastolique (le nombre inférieur) de 85 mm Hg ou plus.
    • Glycémie élevée. Une glycémie à jeun de 100 mg/dL ou plus.

    (Remarque : vous êtes considéré comme ayant l’un des traits ci-dessus si vous recevez un traitement pour cela, même si votre nombre est normal avec ce traitement.)

    Source : Institut national du cœur, des poumons et du sang.

    Poids et cancer

    Certains experts estiment que l’obésité se classe au deuxième rang des causes de décès par cancer, après le tabagisme.

    Une étude de l’American Cancer Society, publiée dans Le New England Journal of Medicine, suivi plus de 900 000 personnes pendant 16 ans. L’étude a montré un lien entre l’excès de poids et de nombreux cancers différents. Quelques découvertes :

    • Chez les personnes âgées de 50 ans et plus, le surpoids et l’obésité peuvent représenter 14 % de tous les décès par cancer chez les hommes et 20 % de tous les décès par cancer chez les femmes.
    • Chez les hommes comme chez les femmes, un IMC plus élevé était associé à un risque plus élevé de mourir d’un cancer de l’œsophage, du côlon et du rectum, du foie, de la vésicule biliaire, du pancréas ou du rein.
    • Chez les hommes, l’excès de poids augmentait également le risque de mourir d’un cancer de l’estomac ou de la prostate.
    • Chez les femmes, les décès par cancer du sein, de l’utérus, du col de l’utérus ou de l’ovaire étaient élevés chez les femmes ayant un IMC plus élevé.

    Un article de synthèse de 2008 dans Le Lancet sont parvenus à des conclusions similaires. Une partie du problème réside peut-être dans le fait que les personnes très obèses sont moins susceptibles de subir des tests de dépistage du cancer tels que les frottis vaginaux et les mammographies.

    Un rapport en Le Journal international de l’obésité ont montré que plus la femme était grande, plus elle était susceptible de retarder l’examen pelvien, en grande partie à cause d’expériences négatives avec les médecins et leur personnel de bureau. Chez les hommes, les tests de dépistage tels que les examens de la prostate peuvent être physiquement difficiles si les personnes sont très en surpoids, en particulier si elles ont tendance à stocker de la graisse dans les hanches, les fesses ou les cuisses.

    Poids et durée de vie

    Être en surpoids ou obèse peut compliquer les déplacements. Par rapport aux personnes ayant un poids santé, celles qui ont des kilos en trop ont plus de mal à marcher un quart de mile, à soulever 10 livres et à se lever d’une chaise sans bras. Le fardeau de ces problèmes semble être plus important que par le passé, probablement parce que les gens sont maintenant obèses pendant une plus grande partie de leur vie, spéculent les experts.

    Et parce que l’excès de poids joue un rôle dans de nombreuses maladies courantes et mortelles, le surpoids et l’obésité peuvent réduire votre vie de plusieurs années. Une étude du New England Journal of Medicine qui a suivi plus d’un demi-million de personnes âgées de 50 à 71 ans pendant une décennie a révélé une augmentation de 20 à 40 % des taux de mortalité chez les personnes en surpoids à la quarantaine. Chez les personnes obèses, le taux de mortalité était deux à trois fois plus élevé.

    Une étude de 2010 dans le même journal, qui a regroupé les résultats de 19 études qui ont suivi près de 1,5 million d’adultes blancs âgés de 19 à 84 ans pendant une période similaire, a révélé que le risque de décès augmentait avec la taille corporelle, allant de 44% plus élevé pour ceux qui étaient légèrement obèses à 250% plus élevé pour ceux avec un IMC de 40 à 50.

    Perdre du poids, se sentir mieux

    Perdre du poids peut vous aider à vous sentir mieux physiquement et émotionnellement et peut vous aider à vivre plus longtemps et en meilleure santé. Particulièrement encourageant est le fait que vous n’avez pas à perdre énormément de poids pour être en meilleure santé. Même une perte de poids modeste de 5 à 10 % de votre poids de départ peut avoir des effets bénéfiques importants sur la santé. Quelques exemples:

    • Les personnes souffrant d’hypertension artérielle qui ont perdu un modeste 10 livres en six mois ont réduit leur tension artérielle systolique de 2,8 mm Hg et leur tension artérielle diastolique de 2,5 mm Hg. Ces réductions de la pression artérielle étaient équivalentes aux réductions provoquées par le traitement avec certains médicaments contre l’hypertension.
    • La perte de poids est si efficace que de nombreuses personnes souffrant d’hypertension artérielle peuvent arrêter de prendre des médicaments contre l’hypertension après avoir perdu du poids, aussi longtemps qu’elles sont capables de le maintenir.
    • Dans une étude menée auprès de personnes à risque de diabète de type 2, celles qui ont perdu seulement 7 % de leur poids et fait environ 30 minutes d’exercice par jour ont réduit leur risque de diabète de près de 60 %.

Adapté avec la permission de Lose Weight and Keep it Off, un rapport spécial sur la santé de Harvard Health Publishing

Lire aussi  Page d'accueil de l'aide sur le coronavirus

Dernière mise à jour : 16 août 2022